[Évasion] Aotearoa, le pays au long nuage blanc

La Nouvelle-Zélance est une destination de choix pour les amoureux de nature.

Globe-trotteuse, du journal du lycée Condorcet, L’Illuminé

Le Condorcet à résidence.-  Ce nom ne vous dit rien, et pourtant c’est un pays qui fait rêver. Éloigné de plus de 19 000 km de la France, ce pays composé de deux îles est riche de cultures, de paysages, d’histoires. On profite donc des vacances pour s’évader ! Dans cette rubrique évasion, on fait un zoom sur la Nouvelle-Zélande. Conseils de voyage, confidences, avis… tout ce que vous devez savoir avant de boucler vos valises.

Kia ora. Tēnā koutou, tēnā koutou, tēnā koutou katoa. Vous n’avez rien compris ? C’est bien normal, c’est du Te reo, la langue māori et je viens de vous saluer. Et oui, car la Nouvelle-Zélande ou Aotearoa est pleine de surprises.

Peuplée parmi les dernières îles du Pacifique entre 1 000 et 1 300 ap. J.C., elle fut « découverte » en 1642 par Abel Tasman. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que les Britanniques y fondèrent une colonie et signèrent le traité de Waitangi en 1840 avec les autochtones en proclamant la souveraineté britannique. Les deux partis pensant gagner l’autorité sur ce qu’il y avait de plus important, la terre, s’ensuivirent alors de nombreuses décennies de guerre. La Nouvelle-Zélande deviendra entièrement indépendante en 1947.

C’est également le premier pays au monde à avoir donné le droit de vote aux femmes en 1893 : nous en sommes bien loin, nous pays fondateur des droits de l’homme (et pas de la femme visiblement) ! Aujourd’hui, les Māori et les Pākehā (signifiant homme blanc) ne sont qu’un seul et même peuple même si bien sûr des inégalités persistent (de santé, d’éducation, de salaires).

The Emerald lakes, Tongariro National Park (©Coralie Pasteur).

Il y a tellement à dire sur ce pays que je ne saurais par où commencer. Déjà c’est là qu’a été tournée la célèbre trilogie du Seigneur des anneaux. Souvenez-vous de ces paysages magnifiques, ces gorges profondes, ces grandes étendues sauvages, la montagne du destin – que vous pouvez gravir au Tongariro National Park mais attention à ne pas glisser, ça brûle – et bien tout cela existe ! S’il y a bien une raison qui peut vous décider à partir en Nouvelle-Zélande, ce sont les PAYSAGES ! Aussi magnifiques que variés : les grandes étendues de sable blanc ou noir (Piha Beach), les lacs ultra limpides (Wanaka lake), les cascades impressionnantes (Huka falls), les glaciers (Franz Joseph), les sources d’eau chaude (Rotorua hot spa) et enfin les plus beaux chemins de randonnée (Tongariro National Park, Milford sound). Si vous voulez vous dépayser et profiter à fond de la nature, la Nouvelle-Zélande est the place to be (l’endroit où il faut être, NDLA).

Conseil de voyage : discuter avec les locaux

L’autre raison pour laquelle vous auriez envie de partir en Nouvelle-Zélande est la culture māori. Les Māori sont un peuple très accueillant. L’hospitalité est une règle d’or, à tel point qu’ils ont un nombre impressionnant de formules de politesse et de salutation. Attention à ne pas vous mélanger les pinceaux, je vous conseille le fameux kia ora et le hongi, que je pourrais traduire personnellement par bisous de nez, équivalent de notre poignée de main. Près de Rotorua vous pouvez assister à une soirée traditionnelle. C’est pour les touristes alors bien sûr ça se veut authentique sans vraiment l’être mais ça reste une bonne entrée en matière pour apprécier les costumes, les danses, les chants et tout le cérémoniel autour de la culture māori.

Objet de la culture Maori, visible à l'Auckland War Memorial Museum (©Coralie Pasteur).

Le mieux que je puisse vous recommander est de discuter avec les locaux, en dehors des villes c’est plus facile et vous serez toujours très bien reçus. En général, les Māori aiment beaucoup faire découvrir leur culture aux étrangers et ce sont de très bons orateurs.

Autre préoccupation pour nous, Français : l’art culinaire (autrement dit la bouffe quoi) ! Eh bien, comment dire, nos amis les Britanniques sont passés par là… Je me dois quand même de citer, la kumara : patate douce, le potiron (autrement qu’en soupe), les fried bread ou petits pains frits (très gras) et bien sûr le hangi, plat traditionnel māori cuit sur des pierres chaudes enterrées. Mais rassurez-vous, vous pourrez trouver du comté au marché d’Auckland pour 10$ … les 100 grammes !

Enfin, le coût d’un voyage comme celui-là est assez élevé, je ne vous le cache pas, mais vous en sortirez forcément plus riche !

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : « Bruno Le Maire joue les pompiers pyromanes », dénonce la CGT
Manifestation GE Belfort octobre 2019 diaporama (3)

La CGT réagit au nouveau plan social de General Electric chez Steam Power | ©Le Trois – archives « Après Gaz et Hydro, Lire l'article

General Electric : En commun pour Belfort demande aux collectivités de porter plainte
Un accord a été signé pour éviter la délocalisation d'heure de travail à General Electric à Belfort.

En commun pour Belfort demande aux collectivités d'attaquer en justice. | ©Le Trois – archives « Tout le monde politique local, départemental et Lire l'article

General Electric : les Hydro de Belfort font une télé-grève
Les salariés d'Hydro Belfort font une télé-grève ce mardi 1er décembre.

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut