Règlements de comptes armés à Besançon : une deuxième équipe de malfaiteurs démantelée

Règlements de comptes armés à Besançon: une deuxième équipe de malfaiteurs démantelée

Quinze personnes ont été mises en examen dans le cadre de l’enquête liée aux affrontements sur fond de trafic de drogue dans le quartier Planoise de Besançon. Des procédures qui font suite à la vaste opération lancée lundi, qui a mobilisé près de 200 policiers.

Angela Schnaebele – AFP

Quinze personnes ont été mises en examen dans le cadre de l’enquête liée aux affrontements sur fond de trafic de drogue dans le quartier Planoise de Besançon. Des procédures qui font suite à la vaste opération lancée lundi, qui a mobilisé près de 200 policiers.

Quinze personnes ont été mises en examen dans l’enquête sur les affrontements armés liés au trafic de stupéfiants qui ont rythmé la vie du quartier Planoise de Besançon pendant plusieurs mois, a indiqué vendredi le procureur.

Outre deux mère de familles suspectées de « blanchiment d’argent », les jeunes mis en examen pour « tentative d’assassinat » et « trafic de stupéfiants en bande organisée » sont mineurs ou âgés d’une vingtaine d’années, a indiqué le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux, lors d’une conférence de presse. « L’ensemble de ces personnes a été placé en détention provisoire ou sous contrôle judiciaire, et les mineurs ont été placés en structures éducatives », a-t-il précisé.

« L’objectif de ce dossier, c’est également d’avoir une vision très large de ce qui se passe à Planoise » en essayant de « comprendre où vont les flux d’argent, d’où l’interpellation de ces deux mères de famille qui ont des enfants impliqués dans des dossiers de trafic de produits stupéfiants », a noté Étienne Manteaux.

Une équipe démantelée en mars

La vague d’interpellations menée lundi dans le quartier sensible de Planoise a permis de démanteler l’une des deux équipes suspectées d’avoir participé aux fusillades qui ont eu lieu depuis novembre 2019 sur fond de rivalités pour le contrôle du marché de la drogue.

Près de 200 policiers ont participé à cette vaste opération lancée lundi à l’aube et diligentée par la police judiciaire en co-saisine avec la sûreté départementale de Besançon. Des armes et des produits stupéfiants ont été saisis lors des perquisitions, mais pas d’armes de guerre, a précisé le procureur.

Une première équipe avait déjà été visée en mars dernier avec l’interpellation et la mise en examen de quinze personnes déjà. Une mère de famille et sept hommes âgés de 18 à 25 ans avaient alors été placés en détention provisoire et sept autres personnes sous contrôle judiciaire.

Entre novembre dernier et le mois de mars, le quartier Planoise a été le théâtre d’une série de tentatives d’assassinat et de l’assassinat par balles d’un jeune homme de 23 ans. Ces tirs ont fait une douzaine de blessés, âgés de 14 à 31 ans.

Quartier dit de reconquête républicaine de 18 000 habitants, Planoise est en proie à « une guerre de clans entre deux équipes qui se disputent un territoire de revente de produits stupéfiants », avait expliqué le procureur, Étienne Manteaux.

Les deux équipes visées « avaient l’activité la plus visible et active au niveau du trafic de stupéfiants » à Planoise, a noté Étienne Manteaux. Au total, 30 personnes ont été mises en examens, dont 13 incarcérées. Néanmoins, « les donneurs [d’ordre] restent à interpeller, ça mettra des semaines, des mois, mais on t y arrivera », a-t-il assuré. « L’objectif, c’est de réoccuper le terrain au maximum dans ce quartier de reconquête républicaine » et « d’empêcher que les deals ne se réinstallent et ne reprennent la même ampleur », a pour sa part souligné le Directeur départemental de la sécurité publique Michel Klein.

Ceci vous intéressera aussi
Doubs : 5 membres de la famille de la jeune Bosniaque tondue expulsés vers Sarajevo
Les parents de la jeune Bosniaque tondue ont été expulsés.

Condamnés hier vendredi en première instance, les parents de la jeune femme ont été expulsés ce samedi matin. Les parents Lire l'article

Relaxe disciplinaire confirmée en appel pour l’avocat de Jonathann Daval
Me Randall Schwerdorffer

Me Randall Schwerdorffer était accusé de violation du secret professionnel. Me Randall Schwerdorffer| © photo profil Facebook (AFP) Me Randall Lire l'article

Besançon: un automobiliste condamné pour avoir délibérément percuté la terrasse d’un bar
Justice

Un automobiliste de 46 ans qui avait percuté la terrasse d'un bar en septembre à Besançon, sans faire de blessé, Lire l'article

Besançon : manifestation contre la « marchandisation » de la santé
Les manifestatnts réclamaient des moyens pour l'hôpital.

Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut