Recul de l’emploi et de l’intérim au premier trimestre

Au premier semestre 2020, on observe un recul de l'emploi et particulièrement de l'intérim en Bourgogne-Franche-Comté.

Même si les données s’arrêtent au 31 mars, les chiffres de l’emploi du premier trimestre témoignent déjà d’un recul de l’emploi en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers effets de la crise se font sentir. Et n’augure rien de bon pour la suite. L’intérim dévisse.

Même si les données s’arrêtent au 31 mars, les chiffres de l’emploi du premier trimestre témoignent déjà d’un recul de l’emploi en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers effets de la crise se font sentir. Et n’augure rien de bon pour la suite. L’intérim dévisse.

L’impact de la crise sanitaire se fait déjà sentir dans les données du 1er trimestre 2020, même si cet impact est mesuré jusqu’au 31 mars. L’emploi salarié perd 22 600 emplois entre le 1er janvier et le 31 mars, soit un repli de 2,3 %, par rapport au 4e trimestre 2019, où l’on observait « une embellie », pour reprendre les termes de l’institut national de la statistique et des études économiques (Insee) Bourgogne-Franche-Comté. Le secteur privé est plus touché ; son recul est de 3 %. La baisse régionale est légèrement plus marquée que la baisse nationale, de 2 %.

-40,6 % pour l’intérim

La « première victime de la crise », dixit l’Insee, c’est l’intérim. Elle s’effondre. Ses effectifs reculent de 40,6 % au premier trimestre, soit plus de 15 700 emplois en moins. « C’est l’effet de l’interruption des contrats par les entreprises clientes des sociétés d’intérim au lendemain des annonces de confinement (qui a débuté le 17 mars, NDLR). Dans les autres secteurs, la possibilité́ de mettre les salariés en chômage partiel a atténué́ les effets de la crise », analyse l’Insee. « Le tiers de cette baisse se concentre dans la fabrication d’autres produits industriels, avec environ 5 450 intérimaires en moins, en particulier dans la métallurgie, la fabrication de produits métalliques et la fabrication de produits en caoutchouc et en plastique », observe l’Insee. On observe aussi un repli des intérimaires dans le secteur de la construction, avec 3 040 intérimaires en moins, qui pèse dans ce recul. Cette baisse de l’emploi intérimaire est une baisse « historique », qualifie l’Insee. Lors de la crise économique de 2008-2009, l’emploi intérimaire avait reculé de 24 % au 4e trimestre 2008, le pic de la crise.

Le Territoire de Belfort particulièrement touché

Selon l’Insee, les pertes d’emplois concernent tous les secteurs d’activité, sauf l’industrie agro-alimentaire, qui enregistre une hausse de 0,2 % ce trimestre. Dans l’hébergement-restauration, l’emploi se rétracte de 3,7 % ; ce sont les premiers chocs de la crise. « Le secteur des services aux ménages suit la même tendance, – 3,1 %, avec une contraction plus importante sur un an, – 4,1 % », constate également l’Insee. Sur un an, seuls l’agriculture, l’agroalimentaire et les services aux entreprises gagnent des emplois. La construction et le commerce, quant à eux, parviennent à stabiliser leurs effectifs terminent l’analyse de l’Insee.

Les pertes d’emplois s’observent dans tous les départements de la région Bourgogne-Franche-Comté. Le plus fort repli est enregistré dans le Territoire de Belfort, avec une baisse de 3,2 % des emplois. Ce département est pénalisé par le recul de l’intérim, qui a perdu 60 % de ses emplois. En volume, le département le plus touché est le Doubs, qui perd 5 200 emplois au premier trimestre.

emploi salarié Bourgogne-Franche-Comté
Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : les 20 premiers établissements où vont commencer les vaccinations dans la région
Le vaccinations vont commencer dans les quinze premiers jours de janvier dans une vingtaine d'établissements.

La vaccination contre le covid va démarrer dans les quinze premiers jours de janvier dans une vingtaine d'établissements de Bourgogne-Franche-Comté. Lire l'article

L’inquiétude de l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté à la veille du Nouvel An

Alors que la situation est « très défavorable », l'agence régionale se montre inquiète lors de son bilan mensuel et appelle à Lire l'article

Le docteur Mohamed Si Abdallah nommé directeur adjoint de l’ARS
Le docteur Mohamed Si Abdallah, nommé directeur général adjoint de l'agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté.

Le docteur Mohamed Si Abdallah, directeur général adjoint de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté. | ©ARS BFC Le docteur Mohamed Si Abdallah a Lire l'article

14 000 doses de vaccin Moderna arrivent à Besançon, Dijon et Lons-le-Saunier
14 000 doses de vaccin Moderna et 30 000 doses de vaccin Pfizer sont livrées cette semaine, selon l'ARS. Image par Willfried Wende de Pixabay 

L'ARS de Bourgogne Franche-Comté annonce l'arrivée du vaccin Moderna, validé en fin de semaine dernière, dans la région cette semaine. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut