Quatre surveillants agressés à la prison de Besançon

la maison d'arrêt de Besançon sur Google Maps.

Selon le syndicat SNP-FO, deux frères s’en sont pris à quatre surveillants alors qu’ils venaient d’apprendre qu’ils devaient être séparés de cellule.

(AFP)

Selon le syndicat SNP-FO, deux frères s’en sont pris à quatre surveillants alors qu’ils venaient d’apprendre qu’ils devaient être séparés de cellule.

Quatre surveillants ont été violemment agressés vendredi à la maison d’arrêt de Besançon par deux détenus « d’une même fratrie » qui refusaient d’être séparés, a-t-on appris samedi de source syndicale.
L’agression s’est produite vendredi après-midi, a indiqué dans un communiqué le syndicat SNP-FO.
Les deux hommes se trouvaient dans la même cellule, mais devaient être séparés « suite à un incident survenu » jeudi, selon le communiqué. Selon le SNP-FO, les quatre surveillants venus les séparer ont alors essuyé « une débauche de violence » de la part des deux détenus, qui ont cassé « deux côtes » à un surveillant et brisé une dent à un de ses collègues. Les deux autres surveillants ont été touchés à une main pour l’un et aux « cervicales » pour l’autre », selon le syndicat.
« Il faut mettre un terme à cette banalisation d’agressivité qui malheureusement s’amplifie au fil des mois et des années », insiste SNP-FO dans son communiqué, exigeant le placement de deux détenus en « quartier disciplinaire » ainsi qu’une « peine pénale exemplaire ».
A l’image des autres établissements pénitentiaires, la maison d’arrêt de Besançon, qui dispose d’environ 280 places, est soumises depuis mi-mars à diverses restrictions en raison de l’épidémie de coronavirus, comme l’arrêt des parloirs et des activités collectives.

Ceci vous intéressera aussi
Doubs : 5 membres de la famille de la jeune Bosniaque tondue expulsés vers Sarajevo
Les parents de la jeune Bosniaque tondue ont été expulsés.

Condamnés hier vendredi en première instance, les parents de la jeune femme ont été expulsés ce samedi matin. Les parents Lire l'article

Relaxe disciplinaire confirmée en appel pour l’avocat de Jonathann Daval
Me Randall Schwerdorffer

Me Randall Schwerdorffer était accusé de violation du secret professionnel. Me Randall Schwerdorffer| © photo profil Facebook (AFP) Me Randall Lire l'article

Besançon: un automobiliste condamné pour avoir délibérément percuté la terrasse d’un bar
Justice

Un automobiliste de 46 ans qui avait percuté la terrasse d'un bar en septembre à Besançon, sans faire de blessé, Lire l'article

Besançon : manifestation contre la « marchandisation » de la santé
Les manifestatnts réclamaient des moyens pour l'hôpital.

Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut