Quatre surveillants agressés à la prison de Besançon

la maison d'arrêt de Besançon sur Google Maps.

Selon le syndicat SNP-FO, deux frères s’en sont pris à quatre surveillants alors qu’ils venaient d’apprendre qu’ils devaient être séparés de cellule.

(AFP)

Selon le syndicat SNP-FO, deux frères s’en sont pris à quatre surveillants alors qu’ils venaient d’apprendre qu’ils devaient être séparés de cellule.

Quatre surveillants ont été violemment agressés vendredi à la maison d’arrêt de Besançon par deux détenus « d’une même fratrie » qui refusaient d’être séparés, a-t-on appris samedi de source syndicale.
L’agression s’est produite vendredi après-midi, a indiqué dans un communiqué le syndicat SNP-FO.
Les deux hommes se trouvaient dans la même cellule, mais devaient être séparés « suite à un incident survenu » jeudi, selon le communiqué. Selon le SNP-FO, les quatre surveillants venus les séparer ont alors essuyé « une débauche de violence » de la part des deux détenus, qui ont cassé « deux côtes » à un surveillant et brisé une dent à un de ses collègues. Les deux autres surveillants ont été touchés à une main pour l’un et aux « cervicales » pour l’autre », selon le syndicat.
« Il faut mettre un terme à cette banalisation d’agressivité qui malheureusement s’amplifie au fil des mois et des années », insiste SNP-FO dans son communiqué, exigeant le placement de deux détenus en « quartier disciplinaire » ainsi qu’une « peine pénale exemplaire ».
A l’image des autres établissements pénitentiaires, la maison d’arrêt de Besançon, qui dispose d’environ 280 places, est soumises depuis mi-mars à diverses restrictions en raison de l’épidémie de coronavirus, comme l’arrêt des parloirs et des activités collectives.

Ceci vous intéressera aussi
« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Défilement vers le haut