PSA et Fiat-Chrysler finalisent le conseil d’administration de Stellantis

Le géant automobile issu de la fusion PSA/Fiat Chrysler s'appellera Stellantis

Les constructeurs automobiles français PSA et italo-américain Fiat-Chrysler (FCA) ont dévoilé mardi les noms des 11 membres du conseil d’administration du groupe Stellantis qui doit naître de leur fusion.

(AFP)

Les constructeurs automobiles français PSA et italo-américain Fiat-Chrysler (FCA) ont dévoilé mardi les noms des 11 membres du conseil d’administration du groupe Stellantis qui doit naître de leur fusion. Le nom du groupe avait été dévoilé au mois de juillet.

Le conseil d’administration sera comme prévu présidé par John Elkann, le président de FCA, et Carlos Tavares, l’actuel patron de PSA et futur directeur général du groupe, y siègera également. « FCA et son actionnaire de référence Exor ont nommé 5 membres (dont John Elkann en tant que Président) et Groupe PSA et deux de ses actionnaires de référence (EPF/FFP et BPIfrance) ont nommé 5 membres (dont l’administrateur indépendant senior et le vice-président). Carlos Tavares, qui occupera la fonction de directeur général de Stellantis, siègera également au conseil », précise un communiqué commun. 

 

Les rôles de John Elkann, héritier de la famille fondatrice Agnelli, et de Carlos Tavares dans le futur organigramme du groupe avaient déjà été annoncés. Robert Peugeot, nommé lui à la vice-présidence du conseil d’administration de Stellantis, est le PDG de FFP, la société holding qui est l’actionnaire de référence de PSA et est majoritairement détenue par le groupe familial Peugeot. Henri de Castries, désigné administrateur indépendant senior, est l’ancien PDG de l’assureur français Axa. Il a rejoint fin 2017 le fonds d’investissement américain General Atlantic.

Fusion au 1er trimestre 2021

Le reste du conseil d’administration, dont la composition complète sera soumise au vote des actionnaires, compte sept administrateurs non-exécutifs : Andrea Agnelli, Fiona Clare Cicconi, Nicolas Dufourcq, Ann Frances Godbehere, Wang Ling Martello, Jacques de Saint-Exupéry et Kevin Scott.  « La réalisation du projet de fusion devrait avoir lieu d’ici la fin du premier trimestre de 2021 », réaffirment les deux constructeurs, qui ont proposé vendredi des concessions à la Commission européenne pour dissiper ses craintes sur les effets de leur fusion sur la concurrence. Selon des sources concordantes, ces « remèdes » portent sur les véhicules utilitaires, le secteur jugé problématique par la Commission, gardienne de la concurrence dans l’UE, et devraient lui permettre d’obtenir le feu vert de Bruxelles.

Ceci vous intéressera aussi
Le marché automobile européen repart à la hausse en septembre

Le marché automobile européen est légèrement reparti à la hausse en septembre, tiré par les ventes de véhicules en Italie Lire l'article

Automobile : le marché européen recule de nouveau en octobre
Le gouvernement s'apprête à débloquer des aides à l'automobile, plongée dans une crise historique à cause du coronavirus, mais la filière devra devenir plus verte et relocaliser des emplois.

Après un rebond au mois de septembre, le marché automobile européen a de nouveau reculé en octobre suite au reconfinement Lire l'article

Gregory Pastor (CGT) : « Il y a un désengagement total de General Electric en Europe »

Gregory Pastor est le coordinateur de la CGT pour General Electric, en France, mais également secrétaire pour le comité de Lire l'article

General Electric : partout en Europe, les syndicats crient leur ras-le-bol et voient leur avenir sans GE
Partout en Europe, les syndicats crient leur ras-le-bol et voient leur avenir sans General Electric

C’est un acte symbolique fort qui s’est noué ce vendredi 15 janvier 2021 à l’occasion du dernier comité de groupe Lire l'article

Défilement vers le haut