PSA en repli de 5,9% en janvier, dans un marché en baisse de plus de 13%

Le marché automobile français est globalement en baisse en janvier, après un bon en décembre. Renault accuse une baisse de presque 18%.

(AFP)

Le marché automobile français est globalement en baisse en janvier, après un bon en décembre. Renault accuse une baisse de presque 18%

Le marché automobile français a connu une nette baisse de 13,44 % en janvier, selon des chiffres publiés ce samedi 1er février, un recul qui était attendu après l’entrée en vigueur d’une nouvelle contrainte environnementale européenne et la hausse du malus au 1er janvier. Selon le comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), 134 232 voitures particulières neuves ont été mises sur les roues en France en janvier. Cette forte baisse intervient après un bond de 27,7 % en décembre. En fin d’année, les ventes ont été dopées, car les consommateurs ont anticipé la hausse drastique des malus sur les gros véhicules les plus polluants appliquée au 1er janvier.

Les constructeurs ont également avancé certaines immatriculations de gros véhicules émetteurs de CO2 pour éviter qu’ils entrent dans le calcul des émissions moyennes de CO2 de leurs ventes en 2020. Une nouvelle norme européenne leur impose en effet depuis le début de l’année de respecter un plafond de 95 grammes par kilomètre en moyenne sur l’ensemble de leur gamme, sous peine de fortes amendes.

La plus forte baisse pour Renault

Parmi les constructeurs français, Renault (avec Dacia, Alpine) a enregistré la plus forte baisse (-17,5 %), avec 29 749 nouvelles immatriculations, tandis que PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) a enregistré 51 620 immatriculations de véhicules neufs, soit un repli contenu à 5,9 %. Chez les constructeurs étrangers, le groupe Volkswagen a vu ses immatriculations chuter de 16,7 % à 14 799 véhicules. La plupart des marques du groupe allemand sont à la baisse. Volkswagen recule de 30,6 % et Audi de 12,1 %.

Mais Skoda (+5,7 %), Seat (+16,4 %) et Porsche (+32,9 %) tirent leur épingle du jeu en janvier. BMW (-17,3 %), Ford (-33,2 %), Fiat Chrysler (-37,7 %), en route pour sa fusion avec PSA, Daimler (-48,9 %), Hyundai (-8,7 %) ou Suzuki (-43,6 %) ont également souffert en janvier. À l’inverse de la tendance, les groupes Nissan (+28,2%) et Toyota (+15,2%) ont vu leurs immatriculations augmenter.

L'électrique passe de 2% à 8,2% en un an

Les immatriculations de véhicules électriques ont représenté en janvier 8,2 % des nouvelles immatriculations sur le marché français (10 952 voitures), contre seulement 2 % au mois de janvier 2019. La part de marché des véhicules hybrides rechargeables augmente aussi, passant de 0,7 % en janvier 2019 à 2,8% en janvier 2020 (3 734 voitures).

Défilement vers le haut