Prix « record » pour des montres Lip vendues aux enchères à Besançon

La vente aux enchères de montres Lip a battu des recors, samedi. (photo d'illustration Pixabay - Succo)

Un modèle fantaisie avec un écran bleu marbré a été adjugé à près de 3200 € ? « La cote des Lip est en train de flamber », estime la commissaire priseur de la vente.

(AFP)

Un modèle fantaisie avec un écran bleu marbré a été adjugé à près de 3200 € ? « La cote des Lip est en train de flamber », estime la commissaire priseur de la vente.

Deux cent vingt montres Lip ont été vendues aux enchères entre 60 et 3 200 €, pour un total de près de 100 000 €, samedi à Besançon, ville historique de cette maison horlogère française, a-t-on appris auprès de la maison de vente. « Il y a eu des prix record » pour des montres Lip et certains modèles ont été vendus à dix fois leur estimation, a salué la commissaire-priseur Astrid Guillon. Selon elle, la vente, qui a rassemblé près de 200 acheteurs majoritairement français, a été « un formidable succès »: « Nous avons vendu tous les lots ».
Les enchères « se sont envolées » sur des montres fantaisie, a-t-elle précisé, ainsi que sur les chronographes, des montres plus compliquées dans leur mécanisme, avec plusieurs compteurs et qui avaient suscité l’engouement des collectionneurs dès l’annonce de cette vente.
Un de ces modèles emblématiques avec ses trois boutons de couleurs, dessiné par le designer français Roger Tallon (1929-2011), a été adjugé à près de 2 000 €. Et le modèle parti à près de 3 200 € est une montre avec un cadran « bleu marbré » remonté dans un boîtier en or, un « sacré prix pour une montre fantaisie », a souligné la commissaire-priseur. Elle était estimée entre 280 et 350 €.
« Je ne suis pas sûre qu’il y ait eu précédemment des prix aussi conséquents aux enchères » pour ces modèles: « la cote de Lip est en train de flamber », a souligné Mme Guillon. D’après elle, le « bel état » et la « grande variété » de la collection présentée à ces enchères ont suscité cet engouement.
Fondée en 1867 à Besançon, Lip représentait l’excellence de l’horlogerie française dans les années 1960 et la manufacture horlogère la plus puissante du pays avec 1 500 salariés et 300 000 montres produites par an. Mais la marque a périclité, avant d’être marquée par un important conflit social et une tentative d’autogestion inédite au début des années 1970.
Lip a ensuite été rachetée en 1990 par la future Manufacture Générale Horlogère (MGH), basée dans le Gers. En 2015, l’horloger SMB a conclu avec la MGH un accord d’exploitation de la marque Lip de dix ans, avec la possibilité de l’acquérir définitivement.
Les montres Lip sont de nouveaux développées et assemblées à Besançon, dans les locaux de SMB.

Ceci vous intéressera aussi
Belfort : un blocus fige les usines de General Electric

Des salariés de l’entité nucléaire de General Electric à Belfort bloquent le site depuis ce mardi. La tension est à Lire l'article

General Electric : cette hausse de 20 % d’un haut salaire qui irrite les syndicats

Les négociations salariales annuelles sont très tendues dans l’activité nucléaire de General Electric. Le site de Belfort est bloqué depuis Lire l'article

Belfort : David Journet, nouveau directeur de l’usine Alstom

David Journet va prendre la direction de l’usine Alstom de Belfort à partir du 1er février. Il succède à Romuald Lire l'article

Purple installe son premier parking de démonstration de dalles perméables [photos]

La start-up belfortaine, qui a inventé une dalle perméable, personnalisable et modulaire conçues à partir de matières plastique recyclées, vient Lire l'article

Défilement vers le haut