Plan jeunes : une enveloppe de 6,5 milliards d’euros sur 2020-2021

Une enveloppe globale de 6,5 milliards d'euros sur 2020-2021 a été annoncée pour le Plan Jeune a annoncé le Gouvernement à Besançon.

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel |

(AFP)

Depuis Besançon, Jean Castex, le Premier ministre, a dévoilé les contours du Plan Jeune concocté par le Gouvernement pour favoriser leur embauche. Une enveloppe de 6,5 milliards d’euros est envisagée pour 2020-2021.

Le Gouvernement a présenté jeudi un « plan jeunes » de 6,5 milliards d’euros sur deux ans face à la crise, « du jamais vu » selon Jean Castex, avec en mesure phare une aide de 4 000 euros pour favoriser 450 000 embauches d’ici janvier.  Ce plan « un jeune, une solution » table aussi sur la signature de 230 000 contrats d’apprentissage et 100 000 contrats de professionnalisation.

Outre 100 000 places supplémentaires en service civique, il prévoit 300 000 « parcours d’insertion », dont 60 000 contrats aidés dans le secteur marchand, et 200 000 places supplémentaires en formation. Ce plan est destiné à faire face à l’arrivée de 7 à 800 000 jeunes sur le marché du travail « dans une rentrée compliquée » selon le Premier ministre, qui a présenté le plan après la visite d’un centre de formation d’apprentis à Besançon, où il a multiplié les échanges avec les jeunes. Pour aider les entreprises qui hésitent à recruter en ce moment, le Gouvernement instaure une prime pour tout jeune de moins de 25 ans recruté entre août et janvier sur un contrat d’au moins trois mois jusqu’à 2 Smic.  Cette « compensation de cotisations » sera de 1 000 euros chaque trimestre pendant un an maximum. 

Retour des contrats aidés

Le plan reprend aussi les aides, déjà en vigueur depuis le 1er juillet, pour les embauches de jeunes en alternance d’ici fin février: 5 000 euros pour un apprenti ou un contrat de professionnalisation de moins de 18 ans, 8 000 euros pour un majeur.  Il prévoit également 20 000 missions supplémentaires en service civique dès cette année, d’une durée moyenne de 8 mois, et 80 000 l’année prochaine. 

Pour les jeunes en échec dans l’enseignement supérieur, 100 000 formations qualifiantes ou pré-qualifiantes seront proposées « dans les métiers d’avenir » (transition écologique, santé, numérique, secteurs prioritaires du plan de relance). 

Par ailleurs, le plan marque aussi le retour des « contrats aidés » dans le secteur marchand, qui avaient été supprimés en 2017 par la nouvelle majorité (sauf en outremer), mais en les ciblant sur les jeunes les plus éloignés de l’emploi.  Sont ainsi prévus 60 000 « contrats initiative emploi » (CIE) pour des jeunes rencontrant des difficultés particulières d’insertion dont une partie du salaire est financée par l’État.  Dans le secteur associatif ou public, les contrats aidés (« Parcours emplois compétences », au nombre de 94 000 en 2019) seront augmentés de 60 000 en 2021. 

Le plan prévoit aussi 150 000 entrées en Garantie jeunes en 2021 (contre 100.000 initialement programmées), un dispositif d’insertion géré par les Missions locales pour les jeunes sans emploi ni formation, avec un accompagnement renforcé pendant un an et une allocation mensuelle de 497 euros.

« Nous fixer les objectifs pour dégager des moyens substantiels, c’est bien, mais si nous ne nous préoccupons pas de leur mise en oeuvre, nous n’atteindrons pas le résultat escompté », a-t-il toutefois prévenu, en faisant valoir que « tout, plus que jamais, est dans l’art d’exécution ». « Et pour cela, il n’y a pas trente-six méthodes : la première, c’est celle du dialogue social », a-t-il ajouté.

Ceci vous intéressera aussi
Besançon: deux mineurs mis en examen pour avoir blessé un adolescent jeudi
Justice

Un adolescent a été blessé par arme blanche jeudi dans le tramway de Besançon. Un « conflit entre gamins », selon les Lire l'article

Covid-19: l’ouverture des écoles de Besançon menacée, faute de personnel
Les écoles de Besançon pourraient être amenées à fermer. (illustration / Image par soumen82hazra de Pixabay )

La Ville est confrontée à une vague d'absence en raison de personnels touchés par le covid. Jeudi, 80 agents des Lire l'article

« Castaner assassin! »: la condamnation d’un « gilet jaune » annulée par la Cour de cassation
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

La Justice a estimé que l'outrage n'était pas constitué et que les poursuites auraient dû être lancées sur la base Lire l'article

Pour le Conseil d’Etat, une commune peut refuser l’accueil d’un écolier à la cantine faute de places
Le Conseil d'Etat a donné raison à la Ville de Besançon.(illustration - Image par Ejilee de Pixabay )

Le conseil d'Etat vient de donner raison à la Ville de Besançon qui avait refusé d'inscrire un enfant au motif Lire l'article

Défilement vers le haut