Ophélie Claude-Boxberger risque deux ans de suspension supplémentaire pour dopage

Dans l'affaire Claude-Boxberger, l'audience pour "empoisonnement" aura lieu le 17 décembre

Deux ans de suspension supplémentaires ont été requis lundi au Conseil d’État pour l’athlète Ophélie Claude-Boxberger, déjà suspendue deux ans pour avoir été contrôlée positive à l’EPO en septembre 2019.

(AFP)

Deux ans de suspension supplémentaires ont été requis lundi au Conseil d’État pour l’athlète Ophélie Claude-Boxberger, déjà suspendue deux ans pour avoir été contrôlée positive à l’EPO en septembre 2019.

Contrôlée positive à l’EPO le 18 septembre 2019 à l’issue d’un stage à Font-Romeu, un autre contrôle pratiqué cinq jours plus tard le 23 septembre à Doha avant les Mondiaux-2019 d’athlétisme, avait de nouveau révélé des traces d’EPO dans le sang de l’athlète, quintuple championne de France et spécialiste du 3 000 m steeple. Alors qu’elle risquait jusqu’à 8 ans de suspension, ce qu’avait demandé l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), elle avait finalement écopé d’une suspension de deux ans en avril 2021 prononcée par la commission des sanctions de l’AFLD.

En plus de la prise d’EPO, l’AFLD demandait à ce que l’athlète soit sanctionnée également pour avoir falsifié des éléments du contrôle antidopage, notamment en influençant le témoignage de son ex-entraîneur et ex-beau-père, Alain Flaccus. Celui-ci s’était dans un premier temps accusé d’avoir injecté de l’EPO à l’athlète lors d’un massage avant de revenir sur ses aveux. L’AFLD estimait que ce témoin avait été manipulé par l’athlète, et avait également menti sur sa géolocalisation les jours précédant son contrôle. Mais, la commission des sanctions ne l’avait pas suivie sur cette voie, et avait été sensible aux arguments de la défense d’Ophélie Claude-Boxberger.

La présidente de l’AFLD avait fait appel de cette suspension de deux ans devant le Conseil d’État, estimant la sanction « insuffisamment sévère », a expliqué le rapporteur public du Conseil d’État lundi. Le rapporteur, dont les conclusions sont suivies dans la très grande majorité des cas, a estimé lors de l’audience que les « circonstances particulières » soulevées par la défense de l’athlète ne permettaient pas de réduire la suspension et a donc demandé de lui infliger quatre ans de suspension. Quant au délit supposé de falsification, il a estimé que les faits n’étaient pas suffisamment caractérisés pour les retenir. En septembre 2021, Alain Flaccus, poursuivie par Ophélie Claude-Boxberger pour « empoisonnement », avait été relaxé par le tribunal de Montbéliard (lire notre article).

Ceci vous intéressera aussi
Le pays de Montbéliard finaliste pour être capitale française de la culture 2024

Trois agglomérations, Alès, Bourg-en-Bresse et Montbéliard, sont finalistes pour devenir en 2024 la deuxième "capitale française de la culture", a Lire l'article

Pour les infirmières en psychiatrie dans le privé, l’amour du travail ne suffit plus

Plusieurs infirmiers en psychiatrie témoignent des mauvaises conditions dans le privé. Salaires inégaux, heures à gogo, intérimaires pour remplacer les Lire l'article

Proch’Parole à l’écoute des proches des patients souffrant de troubles psychiques

À l’initiative de trois infirmières, l’association hospitalière de Bourgogne-Franche-Comté a mis en place un groupe de parole destiné aux familles Lire l'article

Nord Franche-Comté : les eaux de baignade sont de bonne qualité

L’Agence Régionale de Santé (ARS) déploie chaque année une surveillance sanitaire de la qualité de l’eau des zones de baignade. Lire l'article

Défilement vers le haut