On a testé le futur bus hydrogène du réseau Optymo [vidéo]

La régie des transports du Territoire de Belfort (RTTB), qui exploite le réseau urbain Optymo, a organisé ce jeudi après-midi une démonstration d’un bus hydrogène Van Hool. Elle vient d’en acheter sept au constructeur belge (notre article), qui seront livrés fin 2022.

La régie des transports du Territoire de Belfort (RTTB), qui exploite le réseau urbain Optymo, a organisé ce jeudi après-midi une démonstration d’un bus hydrogène Van Hool. Le réseau Optymo vient d’en acheter sept au constructeur belge (notre article), qui seront livrés fin 2022. Reportage.

Le silence. C’est la première impression qui se dégage dans ce bus hydrogène Van Hool testé par le réseau Optymo ce jeudi 25 novembre, alors que le véhicule se meut dans les artères belfortaines avec une cinquantaine de personnalités locales venues découvrir cette nouvelle technologie. Au volant, David Ripamonti. Il est chauffeur à la régie des transports du Territoire de Belfort (RTTB) depuis vingt-deux ans. C’est la première fois qu’il conduit un bus à hydrogène. « On n’a même pas senti quand le bus a démarré », confie-t-il, alors qu’il quitte le dépôt de Danjoutin et qu’il s’engage rue de Besançon.

Premières impressions ? « Il n’y a pas d’à-coups, c’est agréable. » Le démonstrateur de Van Hool d’embrayer : « Ce qu’on entend, ce sont les pneus et la ventilation. » Et c’est tout. Pour échanger entre passagers, pas besoin de hausser la voix. L’ambiance est douce et pas polluée par un moteur qui pétarade. En termes de bruit, on s’approche de l’ambiance d’un tramway. David Ripamonti est quand même marqué « par la pêche » du véhicule. La vitesse grimpe de manière linéaire, sans à-coups ni changement de vitesse. « Il part aussi directement à la demande », ajoute le chauffeur qui jauge le véhicule, son accélération, ses capacités de freinage. Sous le capot, ce jeudi, le bus enregistre une puissance de 160 kW. Le réseau Optymo a commandé des bus d’une puissance de 210 kW, soit 285 chevaux. Car Optymo a acheté un cousin du modèle essayé : le nouveau modèle de Van Hool, en cours de présentation, le A12. Les bus Optymo auront aussi trois portes.

Une norme qui va faire du bruit

Depuis le 1er juillet 2021, tous les véhicules électriques ou hybrides n’atteignant pas le niveau sonore minimum, devront embarquer le système AVAS, pour approaching véhicule audible system. C’est un son qui doit être émis entre 0 et 20 km/h et être compris entre 56 et 75 décibels. Au-dessus de 20 km/h, le véhicule fait forcément du bruit, lié notamment à ses bruits de roulement détaille l’entreprise Sesaly, qui propose des solutions embarquées aux véhicules d’industries et aux flottes de bus, et qui détaille cette réglementation ECE R138.

David Ripamonti, chauffeur Optymo depuis 22 ans, conduit le bus hydrogène de démonstration de Van Hool, ce 25 novembre 2021 (©Le Trois).

Pas de bruit pour les riverains

Si l’absence de bruit est agréable à l’intérieur, pour « le confort des passagers », dixit Alain Matton, responsable production à la RTTB, et si elle sera certainement un élément limitant la fatigue des 139 chauffeurs de la régie, elle sera aussi un atout à l’extérieur, pour les riverains. « Pour les habitants à proximité des terminus, ce sera beaucoup plus agréable », apprécie Damien Meslot, président Les Républicains du Grand Belfort. Pour les habitants, l’absence d’émissions de gaz à effet de serre sera le grand plus. « On ne rejette que de l’eau », insiste Jérôme Salomon, responsable France de Van Hool. L’hydrogène sera produit dans une station conçue par Hynamics (lire notre article) et située juste à côté de la RTTB. Éric Oternaud, conseiller régional, membre d’Europe-Écologie Les Verts (EELV), retient que « l’énergie primaire » nécessaire à la fabrication de cet hydrogène sera fléchée depuis le parc éolien Les Coteaux, à Aubeterre, dans l’Aube.

Fin 2022, Optymo recevra ses sept bus full hydrogène (lire notre article), dotée d’une motorisation électrique. Une deuxième commande de 20 véhicules est programmée en 2025, si la première phase est concluante. À cette échéance, « 832 000 litres de carburant et 2 000 tonnes de CO2 seront évités chaque année par rapport à des véhicules diesel et 3 500 tonnes par rapport à des véhicules GPL, tels que ceux équipant actuellement la flotte », relève Optymo, qui compare : « 2 000 tonnes de CO2 évités représentent environ 4 000 places dans un vol Paris-New York. » En 2025, la moitié de la flotte de bus Optymo sera 0 émission.

À Anvers, le constructeur de bus Van Hool fabrique des véhicules à hydrogène depuis 2005. Aujourd’hui, 175 bus ont été vendus et 130 sont en exploitation, détaille Jérôme Salomon. Les 5 réservoirs, qui stockent 35 kg d’hydrogène, la pile à combustible et batterie sont situés sur le toit. La batterie se recharge aussi lors des freinages, redonnant du peps au véhicule quand il en a besoin. La recharge se fait en huit minutes, contre plusieurs heures pour une batterie et s’appuie sur une autonomie de 300 à 400 km. Le bus hydrogène Optymo mesurera 12 mètres, embarquera 90 personnes. La chaleur générée par la pile à combustible sera utilisée pour chauffer le bus, grâce à une pompe à chaleur.

Les bus sont attendus fin 2022. Ils rouleront dès le 1er avril 2023, annonce Damien Meslot, quand la station hydrogène d’Hynamics sera opérationnelle (lire notre article). « Vivement 2023 », sourit alors David Ripamonti, tout heureux d’essayer « un nouveau jouet ! » C’est la magie de Noël qui arrive.

Ceci vous intéressera aussi
Danjoutin : l’État annonce une aide de 3,5 millions d’euros pour les bus hydrogène d’Optymo
La station hydrogène de Danjoutin, construite par Hynamics, filiale d'EDF, vient de recevoir une subvention de la Commission européenne.

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’industrie, a annoncé lors de l’ouverture du forum Hydrogen business for climate, à Belfort, un Lire l'article

Danjoutin : un homme armé tué par les gendarmes après une course poursuite

Un homme armé qui avait pointé son arme en direction des gendarmes a été tué par les militaires mercredi matin Lire l'article

Danjoutin : la garde à vue des deux gendarmes a été levée
La brigade des douanes de Montbéliard a saisi 184 kg de cannabis, lundi 9 novembre, dans une camionnette en direction de l’Allemagne, au péage de Fontaine, dans le Territoire de Belfort, sur l’A36.

Les gardes à vue des deux gendarmes soupçonnés d'avoir mortellement blessé un homme armé de 37 ans qui aurait tiré Lire l'article

Danjoutin : l’arme de l’automobiliste tué par les gendarmes était factice
Un gendarme a été sérieusement blessé dans un accident, dimanche à Montbéliard, par un automobiliste qui avait pris la fuite après avoir refusé d'obtempérer à un contrôle routier,

L'arme utilisée par un automobiliste de 37 ans qui avait tiré en direction des gendarmes mercredi dans le Territoire de Lire l'article

Défilement vers le haut