Nucléaire : la filière sera prête pour de nouveaux EPR, assure EDF

EDF a souligné lundi les avancées de son plan d’excellence industrielle dans le nucléaire et assuré que la filière « sera prête » en cas de commandes de nouveaux EPR en France

(AFP)

EDF a souligné lundi les avancées de son plan d’excellence industrielle dans le nucléaire et assuré que la filière « sera prête » en cas de commandes de nouveaux EPR en France

Après les dérives du chantier de l’EPR de Flamanville (Manche), EDF avait lancé un plan comprenant 25 engagements, présentés l’an dernier et destinés à restaurer la « confiance » dans la filière.  « Nous avons 22 des 25 engagements qui ont attaqué la phase de déploiement », a détaillé lundi Alain Tranzer, délégué général à la qualité industrielle et aux compétences nucléaires d’EDF, faisant le point sur ce projet lors d’une conférence de presse.  Cet ancien du groupe automobile PSA est chargé de mettre en oeuvre le plan « excell » d’EDF, qui doit s’appliquer à toute la filière française. Cette dernière espère des commandes de nouveaux réacteurs en France, un voeu qui pourrait se réaliser prochainement.

L’exécutif doit se prononcer avant la fin de l’année sur cette question, accélérant son calendrier après la publication récente du rapport du gestionnaire du réseau électrique RTE soulignant l’avantage économique du nucléaire. « La filière se transforme et elle sera prête », a affirmé M. Tranzer, qui a assuré que de nouveaux EPR pourraient être livrés dans le respect des coûts et du calendrier, contrairement à celui de Flamanville. « Nos entreprises se sont préparées et elles pensent être prêtes notamment pour de nouveaux projets », a ajouté Alain Gauvin, directeur général d’Onet Technologies et l’un des responsables du GIFEN (Groupement des industriels français de l’énergie nucléaire). « Pour consolider ces acquis, on a besoin de nouveaux projets, de nouveaux contrats, sur la durée », a-t-il souligné. 

Le plan « excell » porte sur plusieurs chantiers: gouvernance des grands projets, montée en compétence de la filière, fabrication et construction garanties conformes du premier coup, meilleures relations avec les fournisseurs et enfin standardisation pour renforcer la qualité et la sûreté.  Un volet spécifique est aussi consacré à un « plan soudage » – alors que les derniers retards de l’EPR de Flamanville sont justement dus à des soudures défectueuses qui doivent être reprises.  « Flamanville est sur sa trajectoire pour faire le chargement (du combustible) fin 2022 », a confirmé Alain Tranzer.  Le plan d’amélioration « aide à être plus serein et plus confiant dans le fait qu’on tiendra le jalon de fin 2022, parce que tous les petits grains de sable, on les aura évacués », a-t-il assuré.

Ceci vous intéressera aussi
Emmanuel Macron propose de nommer Luc Rémont à la tête d’EDF

Emmanuel Macron a choisi Luc Rémont, actuel dirigeant de Schneider Electric, pour remplacer Jean-Bernard Lévy à la tête d'EDF, le Lire l’article

Le marché automobile français toujours grevé par les pénuries

Le marché français des voitures neuves a légèrement rebondi en août mais reste encore près d'un tiers inférieur à son Lire l’article

Arnaud Deboeuf : « À Stellantis, il n’y a que les résultats qui comptent »

Le directeur monde des usines du groupe Stellantis était à Sochaux ce lundi pour présenter la nouvelle usine Sochaux 2022. Lire l’article

Jérôme Pécresse, dernier Français dans la direction mondiale de GE, quitte ses fonctions

Jérôme Pécresse, vice-président monde de la branche énergies renouvelables de General Electric, va quitter ses fonctions fin septembre. Une mauvaise Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal