Nord Franche-Comté : l’emploi en recul dans le secteur privé

L’Urssaf a publié au mois de juillet les données de l’emploi dans le secteur privé(1), au premier trimestre 2019. L’emploi repart dans la région. Mais la situation est plus difficile dans le nord Franche-Comté. Une situation marquée par les difficultés de l’industrie.

L’Urssaf a publié au mois de juillet les données de l’emploi dans le secteur privé (1) au premier trimestre 2019. L’emploi repart dans la région. Mais la situation est plus difficile dans le nord Franche-Comté. Une situation marquée par les difficultés de l’industrie.

En Bourgogne-Franche-Comté, la hausse de l’emploi salarié dans le secteur privé est de + 0,2 %, au premier trimestre 2019, par rapport au dernier trimestre 2018. Cela représente 420 emplois permanents en plus (supérieur à un mois). À l’échelle nationale, cette tendance est supérieure, avec une hausse de 0,5 % de l’emploi dans le secteur privé.

Sur une annnée, on enregistre cependant une baisse de 0,3 %, soit 2 130 postes en moins dans le secteur privé. Une baisse surtout entraînée par le ralentissement de l’intérim durant l’année, qui a enregistré un recul de 5,9 % entre le premier trimestre 2019 et le premier trimestre 2018 (- 2 510 postes), alors que l’emploi permanent dans le secteur privé a augmenté de 0,1 % sur un an (+ 380 postes). Cette tendance est marquée par un secteur du service dynamique sur un an (+ 1 090 postes, soit +0,4 %), alors que l’industrie est à la peine dans les recrutements (- 990, soit -0,6 %). Le nombre d’emplois dans l’industrie s’établit à 164 000. « [L’industrie] est le seul secteur qui continue à perdre de l’emploi permanent dans la région », constate l’Urssaf dans son analyse. À l’échelle nationale, la tendance de ce secteur s’est inversée (+0,6 %). Les dynamiques sont plus positives : + 1,3 % de l’emploi dans le secteur privé, avec une catégorie intérim qui ne recule que de 1,7 %.

L’intérim repart en début d’année

Une dynamique positive est aussi enclenchée dans la construction : + 0,6 % (+ 300 postes) entre le premier trimestre 2019 et le quatrième trimestre 2018 ; et + 0,5 % (+ 250 postes) entre le premier trimestre 2019 et le premier trimestre 2018.

Si l’intérim a ralenti sur un an, on observe en revanche une reprise entre le premier trimestre 2019 et le dernier trimestre 2018, enrayant cette chute. Entre ces deux temps, la hausse est de 3,1 %, représentant 1 200 postes supplémentaires en intérim, notamment dynamisé par le secteur de la construction (+0,6 % d’emplois). Cela explique « en grande partie les bons résultats du trimestre. Le tertiaire privé et la construction gagnent également des postes ce trimestre. Les hausses restent cependant moins marquées qu’au niveau national », analyse l’Urssaf Franche-Comté.

0
En euros, le salaire moyen par tête au premier trimestre 2019 dans la région, contre 2 633 au niveau national. Il évolue de + 1,9 % sur un an Franche-Comté, contre + 1,4 % en France.

Trois zones, dans la région, sont en difficulté, dont le nord Franche-Comté. « Toutes les activités hors intérim et plus particulièrement l’industrie sont en berne sur l’année », constate l’Urssaf. Le Territoire de Belfort est le seul département qui n’enregistre pas de hausse de l’emploi salarié privé au premier trimestre. Dans le nord Franche-Comté, on observe sur les emplois de longue durée un recul de 0,74 % dans entre le premier trimestre 2019 et le premier trimestre 2018. Dont, dans cet ensemble, une baisse 1,75 % dans le secteur secondaire. Entre le premier trimestre 2019 et le dernier trimestre 2018, on enregistre même un recul de 630 emplois dans l’industrie.

On enregistre, au premier trimestre, 680 000 postes dans le secteur privé, dont 40 000 sont des emplois intérimaires (5,8 %). Dans le nord Franche-Comté, on comptabilise 83 800 emplois (hors intérim) dans le secteur privé.

  • Données publiées dans Conjoncture n° 14, premier trimestre 2019, par l’Urssaf Franche-Comté.