Ne pas oublier les start-ups de l’hydrogène à l’échelle locale

Les start-ups et les PME liées à la filière de l’hydrogène font entendre leur voix concernant le déploiement de cette technologie, à la suite des annonces du Gouvernement.

Les start-ups et les PME liées à la filière de l’hydrogène font entendre leur voix concernant le déploiement de cette technologie, à la suite des annonces du Gouvernement. Elles insistent sur leur intégration dans les territoires et leurs capacité à créer des emplois.

Les start-ups et les PME liées à la filière de l’hydrogène, à l’image d’H2sys à Belfort, font entendre leur voix concernant le déploiement de cette technologie, à la suite des annonces du Gouvernement. Elles insistent sur leur intégration dans les territoires et leurs capacité à créer des emplois.

Entrepreneurs for hydrogen est un collectif qui regroupe une quinzaine de dirigeants de PME et ETI, implantés en France. Ce groupe « entend porter la voix des entreprises innovantes actives dans le segment de l’hydrogène », remarque-t-il. Dans le Territoire de Belfort, l’entreprise H2sys fait partie des fondateurs. Ce collectif entend nourrir le débat autour de trois thématiques : soutenir les pouvoirs publics dans leurs choix en matière de politique énergétique et de déploiement de solutions d’usage intégrant l’hydrogène ; détecter les tendances émergentes dans un domaine caractérisé par un fort potentiel d’innovation ; accompagner le grand public dans l’adoption des nouveaux usages dans ce segment.

Ce groupe a été créé quelques jours avant les annonces du Gouvernement, concernant le plan de relance. Un plan de relance dont 7 milliards d’euros doivent être fléchés vers le développement de l’hydrogène, d’ici 2030. Ces annonces sont « sont des signaux très positifs pour une filière qui ne demande qu’à se déployer », souligne Stéphane Paul, président de H2X-Ecosystems et membre cofondateur d’Entrepreneurs for Hydrogen. « Nous attirons l’attention des pouvoirs publics sur le fait qu’ils peuvent compter sur les start-up et les PME du secteur, dont la capacité à créer des emplois est un atout majeur pour notre pays », poursuit-il. Jean Rognetta, président de l’association PMEfinance-Europe Entrepreneurs, fondatrice aussi du collectif, insiste pour « instiller une stratégie d’unité nationale où les grands groupes de l’énergie trouvent dans les acteurs de l’amont à l’aval de la chaîne de l’hydrogène des partenaires de confiance et des acteurs de première ligne de la transition énergétique ».

Un atout majeur

« Les nombreuses start-up et PME-PMI de l’hydrogène sont prêtes à contribuer à la croissance économique attendue, en devenant des relais essentiels à l’échelle locale et régionale », note Pierre Forté, président de Pragma Industries et membre cofondateur d’Entrepreneurs for Hydrogen. Ces entreprises interviennent comme concepteurs et installateurs de solution de transformation de l’énergie, comme créateurs de produits dans la mobilité, mais aussi dans l’alimentation en électricité de produits nomades. « Elles représentent un atout majeur pour constituer une filière industrielle solide que nous appelons tous de nos vœux », poursuit-il.

À l’horizon 2050, le Gouvernement estime que l’hydrogène et les piles à combustible représenteront un chiffre d’affaires de 40 milliards d’euros et plus de 150 000 emplois en France. A plus court terme, les industriels de l’hydrogène estiment que 12 000 emplois pourraient être créés dans les 10 prochaines années. « Le groupe Entrepreneurs for Hydrogen entend poursuivre ses travaux et formuler des propositions concrètes aux pouvoirs publics, complémentaires aux actions initiées par les grands groupes du secteur, en juin dernier », indique le groupe dans un communiqué de presse.  Avant de conclure : « Nous sommes collectivement en mesure de répondre aux attentes des pouvoirs publics. Il faut cependant veiller à tirer les leçons du passé, afin d’éviter des situations comme le retard préjudiciable du lancement du plan ‘Airbus de la batterie’ ou encore le déploiement des infrastructures télécoms où les producteurs français de fibre ne trouvent pas leur place. »

Ceci vous intéressera aussi
Sécheresse : le niveau « crise » activé dans le Territoire de Belfort
L'étiage de la Savoureuse est très bas en septembre 2020.

Comme le département du Doubs, le Territoire de Belfort passe au niveau « crise » pour la sécheresse. C’est l’échelon le plus Lire l'article

Covid-19 : deux classes de plus ferment à Valdoie
classe élève école

La préfecture du Territoire de Belfort décide ce mercredi de fermer deux classes supplémentaires ce mercredi. Toutes deux sont localisées Lire l'article

Belfort : les rodéos urbains en ligne de mire
Les rodéos urbains en ligne de mire des autorités à Belfort.

Les autorités se mobilisent contre les rodéos urbains dans l'agglomération belfortaine. | ©Le Trois – illustration « Le phénomène des rodéos motorisés, Lire l'article

Covid-19 : le Doubs et le Territoire de Belfort dépassent le seuil d’alerte
Docteur santé blouse cavodi-19 coronavirus

L’accélération de la propagation du virus ne faiblit pas. Le Doubs et le Territoire de Belfort dépassent le seuil d’alerte Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut