Meurtre d’Alexia Daval: la garde à vue du mari prolongée

Le suspect, qui réfute être lié au meurtre de sa femme, a été entendu lundi soir en garde à vue à la gendarmerie à Besançon.

La garde à vue du mari d’Alexia Daval, soupçonné d’avoir tué son épouse au cours d’une dispute conjugale en octobre, ce qu’il nie, a été prolongée mardi, a indiqué son avocate. « La garde à vue de Jonathann Daval a été prolongée. Une nouvelle audition aura lieu ce mardi matin », a déclaré l’une de ses avocates Me Ornella Spatafora. Jonathann Daval, un informaticien de 34 ans, a été interpellé lundi à 9 h à son domicile de Gray-la-ville, en Haute-Saône, et une perquisition a été menée  dans le pavillon du couple, ensuite mis sous scellés.

Le suspect, qui réfute être lié au meurtre de sa femme, a été entendu lundi soir en garde à vue à la gendarmerie à Besançon. D’après son deuxième conseil, Me Randall Schwerdorffer, il a été questionné sur « deux éléments très lourds » : un véhicule serait sorti du domicile du couple la nuit précédant la disparition d’Alexia – un dispositif de traçage placé sur celui-ci l’attesterait – et des traces de pneus correspondant à celles de la voiture professionnelle de Jonathann Daval auraient été retrouvées près du corps de la jeune femme.
« Son audition a été difficile. C’est très compliqué de s’expliquer, mais il maintient sa version: ils sont rentrés après une soirée chez les parents d’Alexia, ils sont restés chez eux et elle est partie faire son jogging », a déclaré lundi soir Me Schwerdorffer.

La garde à vue de M. Daval doit prendre officiellement fin à 4 h 30, mercredi matin. La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot, a prévu de tenir une conférence de presse mardi après-midi. Le corps brûlé d’Alexia Daval avait été retrouvé le 30 octobre, dissimulé sous des branchages dans le bois d’Esmoulins, près de Gray. La jeune femme a été victime de violences, de coups et elle a été étranglée. Selon son mari, elle était partie courir l’avant-veille et n’est jamais revenue. C’est lui qui avait alerté les gendarmes, mais aucun témoin ne l’a vue courir ce jour-là. Les enquêteurs de la Section de recherches de Besançon explorent l’hypothèse d’une « dispute conjugale qui aurait mal tourné« .

(AFP)

Ceci vous intéressera aussi
Depuis Plancher-Bas, Romain Chatton s’organise pour traverser l’Atlantique en voilier

Romain Chatton, 52 ans, vit à Plancher-Bas. En 2017, après un infarctus, il se lance le défi de traverser l’Atlantique Lire l’article

L’international malien Yatabaré (Sochaux) incarcéré à Besançon

L'international malien de Sochaux (L2) Sambou Yatabaré a été incarcéré après une condamnation à de la prison ferme dans une Lire l’article

L’hôpital Nord Franche-Comté parvient à maintenir le service du Samu en journée

L’une des deux lignes de la structure mobile d’urgence et de réanimation (Smur) de l’hôpital Nord Franche-Comté était menacée de Lire l’article

FCSM : Charles Demouge dénonce des comportements de « voyous »

Il n’était pas à l’ordre du jour, mais le sujet du transfert du centre de formation et d’entraînement du FCSM Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal