L’établissement français du sang encourage le don de plasma

L’établissement français du sang encourage le don de plasma

L’établissement français du sang (EFS) a lancé une campagne de communication pour encourager le don de plasma, dont les besoins sont croissants. Plus long, le don permet aussi de se poser. Et c’est ce que promeut l’EFS. Il peut être réalisé à la maison du don de Belfort.

L’établissement français du sang (EFS) a lancé une campagne de communication pour encourager le don de plasma, dont les besoins sont croissants. Plus long, le don permet aussi de se poser. Et c’est ce que promeut l’EFS. Il peut être réalisé à la maison du don de Belfort.

L’établissement français du sang (EFS) a lancé sa première campagne de communication pour sensibiliser au don de plasma pour attirer de nouveaux donneurs et répondre aux besoins croissant. Le don de plasma nécessite environ 1 heure 30. On est installé tranquillement sur un fauteuil incliné. On peut éventuellement bouquiner, regarder une série ou surfer sur la toile. Et l’EFS a bien compris qu’elle pouvait communiquer sur cet aspect : prendre du temps pour soi et pour les autres. « Buller, regarder une série, trier des photos, errer sur les réseaux sociaux sans culpabiliser… car en même temps, on sauve une vie », interpelle à ce sujet l’EFS dans son communiqué de presse.

Quel est la différence avec un don de sang ? « Un don de sang permet de recueillir trois composants essentiels pour fabriquer des produits sanguins pour les malades : des globules rouges, des plaquettes et du plasma », répond l’EFS. Et le don de sang de nécessite qu’une dizaine de minutes. « Pour un don de plasma, l’EFS n’extrait que le plasma du sang du donneur et lui restitue les autres composants, détaille l’EFS. Cette méthode permet de récolter deux à quatre fois plus de plasma que lors d’un don de sang. » Le don dure entre 45 et 60 minutes. Il permet de se poser.

Qui peut donner ?

  • Être âgé au minimum de 18 ans et avoir moins de 66 ans
  • Peser plus de 55 kg
  • Être muni d’une pièce d’identité ou de sa carte de donneur disponible dès le 2e don sur l’appli don de sang
  • Parfois vous ne pouvez pas donner votre sang, mais vous pouvez quand même donner votre plasma. Par exemple, certains voyages peuvent contre-indiquer le don de sang alors que le don de plasma, lui, reste le plus souvent possible.

Possible tous les 15 jours

L’EFS a besoin de dons de plasma car les dons de sang classiques ne permettent pas de répondre aux besoins en plasma. « En 2021, 17 000 dons de plasma sont nécessaires en région, soit près de 15 % de plus qu’en 2020 », estime l’établissement français du sang.

Le plasma permet de soigner des « personnes polytraumatisées, [des] grands brulés, [des] hémophiles ou encore [des] enfants immunodéprimés, [qui ont] besoin des protéines contenues dans le plasma, pour être soignés », explique l’EFS dans son communiqué de presse. « Ces protéines leur sont délivrées soit sous forme de médicaments soit par transfusion », poursuit le document. « Le plasma est également plein de ressources en transfusion. Ses protéines permettent de soigner des malades présentant une hémorragie importante, des malades soignés en neurochirurgie, en chirurgie cardiaque ou obstétrique », complète l’EFS.

Le don de plasma ne se fait que sur rendez-vous. On peut le faire tous les 15 jours, alors qu’il est nécessaire d’attendre 8 semaines entre chaque don de sang.

Le plasma convalescent

« Au plus fort de l’épidémie de la covid-19, au printemps 2020, l’EFS a fait appel à des personnes guéries de la Covid-19 pour un prélèvement de leur plasma. Il s’agissait de tester l’efficacité du transfert de plasma de convalescent de la Covid-19 pour soigner les personnes malades dans le cadre d’un essai clinique intitulé CORIPLASM (notre article). Les donneurs de plasma ont été nombreux à répondre. Aujourd’hui d’autres études sont en cours et la recherche de nouveaux donneurs de plasma guéris de la COVID-19 est toujours d’actualité. Le don de plasma fait aussi avancer la recherche », écrit l’établissement français du sang.

Ceci vous intéressera aussi
La covid-19 à l’origine de la baisse de donneurs de sang
Don de sang, à la maison du don de Belfort.

En 2020, l’EFS Bourgogne-Franche-Comté a enregistré 41 722 donneurs. Mais depuis la pandémie de la covid-19, les centres de dons de Lire l'article

Bourgogne-Franche-Comté: face à la 3e vague, nouvelles déprogrammations chirurgicales

Avec la 3e vague qui déferle sur les établissements hospitaliers de Bourgogne-Franche-Comté, l’agence régionale de santé a décidé d’accentuer les Lire l'article

La SNCF commande 12 trains à hydrogène à Alstom
La SNCF a commandé ses 12 trains hydrogène Alstom, pour 4 régions pionnières.

Lancé en Allemagne en 2018, le train à hydrogène doit enfin démarrer en France avec la signature d'un contrat pour Lire l'article

Covid-19 : la pression de la 3e vague se renforce

Taux d’incidence et hospitalisations s’accroissent en Bourgogne-Franche-Comté, mais aussi dans le nord Franche-Comté. L’agence régionale de santé a acté une Lire l'article

Défilement vers le haut