Les syndicats prudents face à la généralisation du télétravail chez PSA

Les syndicats souhaitent prendre le temps d'analyser les répercussions du télétravail pendant le confinement. Image par Engin Akyurt de Pixabay

Les syndicats invitent la direction à prendre le temps de la réflexion et de la négociation. Pour eux, les annonces sont précipitées, faute de retour d’expérience complet sur les semaines de confinement qui s’achèvent.

(AFP)

Les syndicats invitent la direction à prendre le temps de la réflexion et de la négociation. Pour eux, les annonces sont précipitées, faute de retour d’expérience complet sur les semaines de confinement qui s’achèvent.

Plusieurs syndicats du groupe automobile PSA ont appelé à la prudence après l’annonce mercredi par le constructeur que le travail à distance pourrait devenir la  » référence  » pour ses activités hors production partout dans le monde.
Dans un communiqué, FO, premier syndicat du groupe en France, s’est dit jeudi  » prêt à étudier une évolution, sans précipitation ».  » L’évolution de l’organisation du travail ne pourra se faire que par la coconstruction et sans brûler les étapes », alors que « nous ne sommes pas encore sortis de la crise sanitaire », prévient-il.
« La perspective de généraliser durablement ce mode de travail est un véritable changement de paradigme » qui nécessite « un retour d’expérience sur le télétravail imposé durant le confinement, ainsi que des phases de tests pour sa mise en œuvre », ajoute FO.
« Attention à ne pas créer de décalage ou de fracture entre les fonctions tertiaires et R&D et les équipes engagées au plan industriel et opérationnel », met aussi en garde Olivier Lefebvre, délégué central de FO PSA.

"D'accord pour parler de l'avenir de l'entreprise, mais pas que le télétravail"

La CFE-CGC, 2e syndicat du groupe, a également appelé à « ne pas tirer des conclusions trop hâtives » de la période actuelle,  » car nous n’en sommes pas encore sortis « . Elle se dit néanmoins prête à  » participer aux études de ce projet d’entreprise ».
« Nous sommes d’accord pour parler de l’avenir de l’entreprise et des nouvelles méthodes de travail, mais on ne doit pas se limiter au télétravail, il faut tout repenser « , a déclaré à l’AFP Franck Don, de la CFTC PSA (4e syndicat), en évoquant notamment la relocalisation de certaines activités.  » Pour discuter de tout ça, deux mois de négociations, ça me paraît court « , a-t-il souligné.
PSA prévoit de discuter avec les organisations syndicales en mai et juin et vise une  » mise en place à l’été pour l’ensemble des implantations dans le monde » du télétravail comme nouvelle norme.
La présence sur site ne serait plus que d’une journée à une journée et demie par semaine, en moyenne, pour les salariés dans le tertiaire, le commercial et la recherche-développement, selon ce projet.

Défilement vers le haut