Les mises en demeure adressées aux personnels suspendus sont annulées

Alors que les tensions sont à leur comble au sujet de la mise en demeure des salariés non vaccinés, la direction vient d’annoncer leur annulation. Pour garantir un climat serein durant le plan Blanc.

Alors que les tensions sont à leur comble au sujet de la mise en demeure des salariés non vaccinés, la direction vient d’annoncer leur annulation. Pour garantir un climat serein durant le plan Blanc.– mis à jour le 10 décembre à 20h43

« Le déclenchement du plan blanc à l’HNFC depuis mardi dernier, consécutif à la gravité de la crise épidémique, ainsi que les fortes tensions sur les effectifs exigent que le climat social de l’établissement soit le plus serein possible et concentré sur toutes les mesures d’exception que nous aurons à prendre au cours de ces prochaines semaines », a communiqué ce jeudi matin la direction de l’hôpital. En conséquence, il ne sera donné aucune suite aux décisions de mises en demeure adressées aux personnels encore suspendus (notre article). Celles-ci seront donc annulées.

Lors d’une conférence de presse, mardi, le directeur de l’hôpital avait indiqué que 21 personnes n’avaient toujours pas de schéma vaccinal complet. Le personnel risquait la radiation au 15 décembre. Des propos qui inquiétaient les syndicats, qui avaient tenu à réagir dans des communiqués (lire notre article).

Entretiens individuels

« Le directeur général de l’HNFC évoquera avec chacun des agents concernés tous les moyens qui leur permettront de sortir de cette situation inextricable, dans le respect de l’obligation vaccinale », détaille le communiqué.

Céline Durosay, secrétaire nationale du syndicat de la CNI le confirme : « Nous l’avons appris hier soir. La direction nous indique qu’elle s’entretiendra avec chacun des agents individuellement. » Elle confirme qu’aucune réunion n’a eu lieu pour en discuter. « Personne n’est dupe et tout le monde est inquiet. La direction sait très bien que la situation est tendue », a argué la secrétaire nationale. « Je ne suis pas sûre que ses entretiens individuels puissent avoir une issue favorable », a-t-elle conclu.

La CGT met en garde sur Facebook : « Il ne s’agit pas de réintégrer le personnel mais bien de trouver un accord : demande de disponibilité, démission. » Malgré nos sollicitations, nous n’avons pas réussi à joindre la CGT et la CFDT. Tant qu’ils n’auront pas été vaccinés, ces personnels ne pourront pas retravailler à l’hôpital de Belfort et resteront suspendus sans toucher leur salaire a précisé à l’AFP ce vendredi la direction.

A côté de ça, les chiffres liés à la cinquième vague continuent de grimper. Dans le Territoire de Belfort, le taux d’incidence est de 467 et le nombre de cas positifs, mercredi 8 décembre, était de 59 000, à l’échelle nationale. Un taux d’incidence qui dépasse la 3e et 4e vague. L’année dernière, à la même période, le taux d’incidence était de 106. D’une capacité de plus de 1 200 lits et places, le HNCF emploie 3 800 personnes, selon son site internet.

Ceci vous intéressera aussi
Sécheresse : passage en état de crise dans les 3 départements du nord Franche-Comté

Le Doubs vendredi 5 août. La Haute-Saône ce lundi et le Territoire de Belfort ce mardi 9 août. Les trois Lire l'article

Les 4 infos à retenir sur la natalité en Bourgogne Franche-Comté

L'INSEE a publié son bilan démographique pour 2021 dans la région. Au-delà de la crise sanitaire, le recul de la Lire l'article

Le pôle métropolitain met en garde sur les risques du « zéro artificialisation nette »

Damien Meslot, président du pôle métropolitain Nord-Franche-Comté et président Les Républicains du Grand Belfort, a écrit un courrier à Éric Lire l'article

Des vers luisants dans la nuit

Les habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté sont invités à participer à une enquête en ligne pour recenser les vers luisants Lire l'article

Défilement vers le haut