21 agents de l’hôpital Nord-Franche-Comté risquent la radiation le 15 décembre

Une vingtaine d’employés de l’hôpital de Belfort qui refusent la vaccination, dont une minorité de soignants, risquent d’être radiés à la mi-décembre, a indiqué mardi la direction de l’établissement où le « plan blanc » a été déclenché face à la 5e vague de Covid-19.

Avec l’AFP

Une vingtaine d’employés de l’hôpital de Belfort qui refusent la vaccination, dont une minorité de soignants, risquent d’être radiés à la mi-décembre, a indiqué mardi la direction de l’établissement où le « plan blanc » a été déclenché face à la 5e vague de Covid-19.

« Nous appliquons la loi depuis le 9 août dernier, à savoir respecter l’obligation vaccinale » qui est « exigible depuis le 15 septembre », a déclaré lors d’un point presse le directeur de l’Hôpital Nord-Franche-Comté (HNFC), Pascal Mathis. « On a été amenés dans un premier temps à suspendre (sans salaire) une cinquantaine de professionnels », dont une trentaine, « depuis, se sont faits vacciner », a poursuivi M. Mathis. « À ce jour, nous avons 21 professionnels » toujours « suspendus », parmi lesquels « trois ou quatre » soignants, qui « n’ont pas respecté ou ne veulent pas respecter le schéma vaccinal complet » et risquent donc d’être radiés de l’hôpital le 15 décembre, a détaillé le directeur.

À l’exception d’une infirmière, la situation des soignants semble toutefois en passe d’être régularisée. Pour ceux « qui ne veulent absolument pas se faire vacciner », l’objectif, c’est de « pouvoir occuper un emploi le plus rapidement possible » mais « ailleurs que dans le milieu de la santé », a poursuivi Pascal Mathis, qui insiste sur le fait qu’ils sont « accompagnés en permanence ». Il faut trouver « ensemble une solution de sortie au cours des prochaines semaines » afin qu’ils « puissent porter un nouveau projet » personnel « et que nous, au niveau de l’hôpital, on puisse les remplacer », a insisté le directeur.

3e plan Blanc depuis mars 2020

Il faut que « le moins de professionnels possible se retrouvent dans une situation de déshérence, sans avenir, sans projet alors même qu’ils ne pourront pas revenir à l’hôpital aussi longtemps qu’ils ne seront pas vaccinés », a-t-il dit. « On devrait pouvoir apporter une réponse probante à toutes les solutions de suspension », a encore estimé le directeur du HNFC, qui, à l’image de nombreux autres établissements hospitaliers, a déclenché mardi son « plan blanc » (lire notre article) un dispositif qui permet la déprogrammation d’opérations non urgentes et de solliciter des renforts de personnels.

C’est la troisième fois depuis le début de l’épidémie de Covid-19 que l’hôpital franc-comtois le déclenche. L’établissement, qui accueille une cinquantaine de patients Covid – dont une dizaine en réanimation, principalement des non-vaccinés –, va également réduire le nombre des visiteurs à un par malade, a annoncé Pascal Mathis. le taux d’incidence dans le Territoire de Belfort est de actuellement de 475 pour 100 000 habitants, selon le site CovidTracker.

L’hôpital Nord-Franche-Comté compte 3 250 agents (soignants, médico-techniques, administratifs, logistiques et techniques) et 455 médecins, internes et attachés.

Ceci vous intéressera aussi
Les coups de cœur d’À la conquête de l’Est #1

Pour cette rentrée, les chroniques de Cécile et Lucie, du blog À La Conquête de l'Est évolue. Chaque mois, elles Lire l'article

L’hôpital Nord Franche-Comté va agrandir les urgences

Plus de 830 millions d’euros vont être investis en Bourgogne-Franche-Comté dans les hôpitaux et les Ehpad, sur 10 ans, a Lire l'article

La chambre des métiers change de majorité dans le Territoire de Belfort

La liste Fiers d’être artisans, soutenue par la CPME et la fédération du bâtiment, a remporté d’un cheveu les élections Lire l'article

Trévenans : des infirmiers de l’hôpital alertent sur les incohérences du redéploiement des effectifs
Filtrage des visites pendant la période de plan Blanc, en novembre 2020, à l'hôpital Nord-Franche-Comté.

Ce vendredi, à l’initiative des infirmiers de blocs opératoires (Ibode), un mouvement de grève surprise a été initié. En cause : Lire l'article

Défilement vers le haut