Le retour des concerts debout entre optimisme et méfiance face au passe vaccinal

Lors d’une conférence de presse ce jeudi, le premier ministre a annoncé le retour des concerts debout le 16 février. Après une re-fermeture ressentie comme une injustice en janvier, cette annonce redonne de l’espoir aux équipes des salles de concert de la région, qui reste méfiantes sur les conséquences du passe vaccinal.

Lors d’une conférence de presse ce jeudi, le premier ministre a annoncé le retour des concerts debout le 16 février. Une annonce qui redonne de l’espoir aux équipes des salles de concert de la région. Mais qui suscite des inquiétudes sur les conséquences du passe vaccinal.

L’optimisme ne régnait pas avant les annonces du gouvernement, ce jeudi. L’interdiction des concerts debout au mois de janvier, après seulement trois mois et demi de réouverture, avait été vue comme une punition par le monde de la culture. A la Poudrière à Belfort comme au Moloco à Audincourt, l’annonce de la ré-autorisation des concerts dans une configuration debout à partir du 16 février est inespérée.

« Nous sommes très contents », argue Hélène Faure, chargée de communication de la Poudrière. « Nous pensions à une reprise mi ou fin mars, avec des jauges. C’est au-delà de nos espérances. »  Elle promet un dévoilement d’ici quelques jours de nombreuses dates pour la période mars-avril. Au Moloco, à Audincourt, même enthousiasme concernant la réouverture. « Nous avions tablé sur une reprise des concerts le 25 février par prudence. Et nous allons pouvoir le faire ! », se réjouissait au téléphone Lucile Volpei, chargée de communication du Moloco.

Quelques craintes subsistent cependant. Au sujet du passe vaccinal. Mis en application à partir de ce lundi, les salles de concert sont inquiètes quant à la perte de clientèles. « Nous ne savons pas encore à quel point cela affectera notre public », se questionne Hélène Faure. Une inquiétude partagée par Lucile Volpei, qui explique qu’au Moloco, une partie de la clientèle avait déjà déserté avec le passe sanitaire. « Même si on se réjouit de ces annonces, le passe vaccinal soulève effectivement beaucoup de questions », relève Vincent Ihle, directeur de la Poudrière. Tout d’abord, au sujet des spectateurs. « Cela va diviser une partie du public, alors que le cœur de notre métier, c’est de permettre le brassage. Là, nous allons exclure toute une partie de la clientèle. » Vincent Ihle partage aussi ses inquiétudes en tant qu’employeur : « On nous demande de briser le secret médical en demandant à nos salariés le passe vaccinal. Nous rentrons dans la vie privée. C’est gravissime. » Il conclut : « Nous sommes heureux de rouvrir. Mais nous faisons preuve de méfiance pour que le passe ne devienne pas une norme. Le maintien des aides à la culture ne doit pas devenir un prétexte pour nous museler. »

Concerts à venir

27 janvier : Laura Perrudin + Thais Lona (new pop & soul) au Moloco

10 février : Alfred Massaï à La Poudrière (violoncelle)

12 février : Thibault Cauvin (guitare crossover) au Moloco

18 février : Glauque + Don Gabon & Kreg à la Poudrière (duo rap/electro)

19 février : Gaspar Claus + Bruit (violoncelle) au Moloco

Ceci vous intéressera aussi
Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Voitures neuves : quatrième mois de rebond en novembre

Les ventes de voitures neuves ont poursuivi leur léger rebond en novembre, pour le quatrième mois consécutif, et devraient s'approcher Lire l’article

Belfort : des températures de 3,45 °C au-dessus des normales à l’été 2022

Le comité interdépartemental de la ressource en eau du bassin de l’Allan a tiré le bilan de la sécheresse de Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal