Le marché automobile français encore convalescent au premier semestre

Verre à moitié plein ou à moitié vide? Le marché automobile français a repris des couleurs au premier semestre par rapport à la même période de 2020 marquée par le Covid-19, mais est resté en retrait vis-à-vis des niveaux de 2019. 

(AFP)

Verre à moitié plein ou à moitié vide? Le marché automobile français a repris des couleurs au premier semestre par rapport à la même période de 2020 marquée par le Covid-19, mais est resté en retrait vis-à-vis des niveaux de 2019. 

Sur les six premiers mois de l’année, il s’est immatriculé 28,9% de voitures particulières neuves de plus que lors du premier semestre 2020, a précisé jeudi le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).  Mais ces quelque 922.600 automobiles ont représenté un volume encore de 20,89% inférieur à celui des six premiers mois de 2019, dernière période correspondante avant la pandémie. 

Et signe que le secteur n’est pas encore remis de ce séisme, juin 2021 a été notablement moins bon que les mois correspondants de 2020 (-14,7%) mais aussi 2019 (-13,6%), selon les statistiques communiquées par le CCFA. 

Côté constructeurs, Stellantis, alliance de PSA (Peugeot, Citroën, DS et Opel) et de FCA (Fiat, Jeep, Alfa Romeo…) a régné au premier semestre sur 34,5% du marché des véhicules particuliers, périmètre excluant les utilitaires, avec des immatriculations en hausse de 26,3% sur un an, légèrement sous la moyenne. 

Son rival le groupe Renault, en pleine transition vers une stratégie davantage basée sur les marges unitaires que les volumes, n’a vu ceux-ci croître que de 15,4%, et sa part du marché français atteindre 23,4%. Les immatriculations de la marque « low cost » Dacia ont bondi de 54,7% tandis que celles de Renault restaient quasi stables (+4,3%). 

La déconfiture du diesel se poursuit

Forme olympique en revanche pour le premier groupe étranger, Volkswagen, dont les immatriculations se sont envolées de 40,4% au premier semestre sur un an, tirées par la marque éponyme (+54,8%). La part de marché du géant allemand a atteint 14%. 

Les autres importateurs sont restés à plusieurs longueurs, Toyota s’arrogeant 6,1% des immatriculations du semestre, devant le sud-coréen Hyundai (4,9%) et les allemands BMW (4,2%) et Daimler (2,9%). 

Côté carburants, la déconfiture du diesel s’est confirmée au premier semestre, avec une part réduite à 23%, trois fois moins qu’au plus fort historique de cette motorisation désormais supplantée par les hybrides (24,3%). Les voitures essence ont séduit 42,3% des acheteurs, les électriques pures près de 8%. 

Enfin, sur le podium des voitures les plus populaires du semestre, Peugeot a placé ses 208 et 2008 aux premières et troisièmes places, encerclant la Clio de Renault. La Dacia Sandero et la Citroën C3 complétaient le « Top 5 ».

Ceci vous intéressera aussi
TotalEnergies, EDF et Engie appellent les Français à consommer moins d’énergie

Les dirigeants des trois énergéticiens français TotalEnergies, EDF et Engie appellent ensemble dimanche les Français à réduire "immédiatement" leur consommation Lire l'article

Le confinement a accentué les inégalités autour du logement

Le confinement du printemps 2020 a "resserré" notre lien au logement, mais a aussi accentué les inégalités, au détriment des Lire l'article

Stellantis fonce dans l’autopartage et avale Share Now 

Avec l'acquisition de la société d'autopartage allemande Share Now, le groupe automobile Stellantis (Fiat, Peugeot, Citroën...) et sa filiale Free2Move Lire l'article

Le Gouvernement veut proposer une voiture électrique à 100 euros par mois

Une voiture électrique à 100 euros par mois pour les Français les plus modestes : cette mesure promise par le gouvernement Lire l'article

Défilement vers le haut