Bruno Le Maire voit Belfort en « territoire pilote » de l’hydrogène

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a « bon espoir » que l’entreprise McPhy s’implante à Belfort et participe à transformer la ville en « territoire pilote » de développement de l’hydrogène, a-t-il déclaré à L’Est Républicain.

(AFP)

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a « bon espoir » que l’entreprise McPhy s’implante à Belfort et participe à transformer la ville en « territoire pilote » de développement de l’hydrogène, a-t-il déclaré à L’Est Républicain.

Dans cette interview publiée lundi en ligne, M. Le Maire espère que cette entreprise française spécialisée dans la production et le stockage d’hydrogène choisira « dans les mois à venir Belfort pour implanter son usine d’électrolyseurs ». Elle pourrait créer « 300 emplois dans un premier temps et jusqu’à 750 d’ici 2030 », relève-t-il, y voyant « pour Belfort et tout son territoire, une garantie majeure d’être pilote en matière de développement de l’activité hydrogène en France ».

Mi-mars, a-t-il souligné, le « comité Maugis » a décidé de soutenir l’entreprise McPhy (lire notre article) à hauteur de 10 millions d’euros si celle-ci décidait de s’implanter à Belfort. Ce « fonds Maugis », destiné à financer la réindustrialisation et la diversification du nord-Franche-Comté, est alimenté par la pénalité de 50 millions d’euros versée par General Electric (GE) pour n’avoir pas créé 1 000 emplois comme promis lors du rachat de la branche énergie d’Alstom en 2015. « L’hydrogène est pour Belfort une des activités les plus prometteuses pour les décennies à venir », selon le ministre, qui rappelle que le gouvernement a « fait le choix de l’hydrogène » en investissant « sept milliards d’euros sur cette énergie avec deux milliards d’euros qui seront décaissés d’ici 2022 ».

Le ministre de l’Economie souhaite que « GE investisse dans l’hydrogène » pour « développer l’activité industrielle sur le site de Belfort et donc rassurer les salariés », alors que plusieurs plans sociaux sont en cours au sein de différentes unités du groupe américain. Pour l’heure, déplore-t-il, « le compte n’y est pas encore ».

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : face à la 3e vague, Emmanuel Macron parle aux Français à 20h
Emmanuel Macron s'exprime devant les Français ce mercredi 31 mars à 20h.

Fermer les écoles en avançant les vacances? Étendre les mesures de freinage à d'autres départements? Ou bien "pousser les murs" Lire l'article

GE : après la réponse de la direction, 2 syndicats engagent une procédure judiciaire
Après la réponse de la direction, la CFE-CGC et Sud Industrie engagent une procédure judiciaire contre General Electric.

La réponse de la direction (notre article) est très loin de répondre aux attentes des syndicats CFE-CGC et Sud Industrie, Lire l'article

GE : et maintenant, les syndicats mettent en demeure l’État
Un accord a été signé pour éviter la délocalisation d'heure de travail à General Electric à Belfort.

Les syndicats CFE-CGC et Sud Industrie, de l'entité turbines à gaz de General Electric, mettent en demeure l'État français pour Lire l'article

[Tribune] « L’action de nos militaires n’est guère compatible avec les 35 heures »
Jean-Pierre Chevènement et Cédric Perrin co-signent une tribune dans Le Monde pour alerter sur les risques d'une directive européenne sur le temps de travail pour le modèle de l'armée française.

Appliquer à l’armée la directive européenne du temps de travail, comme le propose l’avocat général de la Cour de justice Lire l'article

Défilement vers le haut