[elementor-template id="14734"]

Le Département dessine son projet au ballon d’Alsace

Le conseil départemental a organisé une sortie au ballon d’Alsace avec plusieurs partenaires, vendredi, pour préciser les lignes de son projet touristique au sommet.

Le conseil départemental a organisé une sortie au ballon d’Alsace avec plusieurs partenaires, vendredi, pour préciser les lignes de son projet touristique au sommet. Le renforcement de l’offre d’hébergement est la clé de voûte, justifiant les multiples acquisitions effectuées ces derniers mois pour maîtriser le foncier.

– 7 °C. La température ressentie et les bourrasques de neige qui fouettent le sommet du ballon d’Alsace, ce vendredi matin, ne refroidissent pas les ardeurs de la délégation menée par le conseil départemental du Territoire de Belfort. Depuis quelques mois, les rapports votés en session plénière du Département concernant le ballon d’Alsace se multiplient. Ici, des acquisitions. Là, des études. On parlait des difficultés du syndicat mixte interdépartemental du ballon d’Alsace et de la gouvernance de ce massif, écrin aux confins du Territoire de Belfort, des Vosges et du Haut-Rhin. Puis on évoquait un vaste projet touristique, quatre saisons. Florian Bouquet, le président de l’exécutif départemental réitère les déclarations d’inttention. « J’en fais une priorité, confirme-t-il. C’est un enjeu fondamental pour le Territoire de Belfort. »

Développer l’hébergement

Vendredi, par la voix de sa directrice de l’aménagement, du développement et des partenariats territoriaux, Karine Ciszowski, le président a dessiné les grandes lignes de son projet, en résumant les actions menées depuis 2018 et en projetant celles de 2020.

Le projet du Département se construit aussi autour de l’offre d’hébergements. D’où l’acquisition du quartier des Sapins. Les bâtiments, délabrés, et qui répondent aux noms de Myrtilles, Campanules, Musardières et Clarines, ont été construits dans les années soixante, par des comités d’entreprises comme Peugeot ou Alstom (alors Alsthom). Dans le projet, ils doivent être démolis confirme Florian Bouquet, pointant notamment du doigt des problèmes liés à l’amiante. Ses services modèrent en rappelant l’attente d’un accord de l’administration pour pouvoir reconstruire ; un élément qui conditionne le format du projet. Il faut aussi garantir la constructibilité du lieu dans le futur plan local d’urbanisme intercommunal, en cours de rédaction dans le ressort la communauté de communes des Vosges du Sud. De fait, le calendrier de ce projet est difficile à définir.

Dans ce quartier, il y a une surface actuelle de plancher de 4 214 m2. L’objectif n’est pas forcément d’en refaire autant. Le discours valorise la qualité à la quantité et réfute l’idée du tourisme de masse. Et on tient à « la qualité forestière du site », insiste le président. On évoque plutôt des projets autour d’hébergements insolites, des hébergements de familles et de groupes, mais des bâtiments écologiques et non invasifs. Autour, l’idée est de développer des activités 4 saisons (balade en traîneaux, location de VTT à assistance électrique…) et d’installer une boutique proposant des produits du terroir.

L’organisation de ce quartier devrait changer. Le Département envisage d’acheter à l’État le bâtiment qui accueille actuellement le service d’exploitation de la R.D. 465, qui monte depuis Belfort. C’est ici que sont stockées les fraiseuses qui déneigent le sommet en hiver. Le conseil départemental veut s’appuyer sur ce chalet pour faire la porte d’entrée du nouveau site d’hébergement.

19 arrêts depuis Belfort pour le bus du Ballon

La station ouvre le samedi 21 décembre et fermera, si les conditions le permettent, le 8 mars 2020. Cette année, le Département propose une nouvelle offre de transport, avec le bus du Ballon. Il comptera 19 arrêts entre Belfort (lycée Follereau) et le sommet du Ballon (parking des Démineurs).

Son tarif est unique: 7 €, pour l’aller et le retour. Il sera gratuit pour les moins de cinq ans et sa circulation est systématique, y compris les jours fériés. Les mercredis, il part de Belfort à 12 h 45 et repart du sommet à 17 h 15. Deux départs sont prévus le samedi et pendant les vacances scolaires : 8 h 25 et 7 h 15 depuis Belfort ; et 13 h et 17 h 15 depuis le sommet. Et le dimanche, trois aller-retour sont programmés : 8 h 25, 11 h 25 et 12 h 45 depuis Belfort ; 9 h 45, 13 h et 17 h 15 depuis le sommet. À terme, il y a la volonté de faire évoluer cette offre de transport pendant les quatre saisons et sur les trois vallées du massif.

Nouveau site Internet

Des expertises menées ces derniers mois ont  révélé la vétusté du parc de remontées mécaniques de la station, qui date des années soixante. En 2020, un plan d’investissements devrait être défini. Autour de la maison du Tourisme, au sommet, une réflexion est également menée pour accueillir une antenne locale du parc naturel régional, afin d’animer l’opération grand site, dans laquelle s’est inscrit le massif du ballon d’Alsace. Le parc naturel régional doit également réhabiliter le sentier Le Tour du Ballon, notamment ses panneaux d’information (carte ci-dessus).

Un nouveau site Internet dédié au ballon est lancé. Un agenda des manifestations a été créé pour promouvoir les initiatives locales des prestataires, situés au sommet.

Le Département achète le chalet de la Tête des Redoutes et envisage d'autres acquisitions

Jeudi, à l’occasion de la séance plénière du conseil départemental, le Département a acquis un nouvel hébergement au sommet : la chalet situé à la tête des Redoutes, qui appartenait au Smiba. « Le bâtiment est élevé sur 4 niveaux et comporte 4 meublés touristiques, un studio, une salle polyvalente et dépendance », détaille le rapport approuvé par les élus. Le Département aura la jouissance complète du bien le 30 juin 2020. L’achat s’élève à 350 000 euros. Depuis 2018, 1,67 million d’euros ont été dépensés par le Département pour acquérir des biens au sommet : l’auberge du Ballon (498 555 euros) et le site des Sapins (827 000 euros). Si le Département a acquis l’auberge du Ballon, il ne va pas l’exploiter. Cette mission a été confiée à Frédéric Bergdoll, déjà propriétaire de l’hôtel Le Paradis des Loups, à Giromagny. Il rafraîchit actuellement l’établissement pour l’ouvrir dans les prochaines semaines. Une nouvelle acquisition est à l’étude, l’auberge Chez Rose, située au bord de la route montant au ballon d’Alsace, entre l’intersection des routes venant de Lepuix et de Sewen et le sommet du ballon. La propriétaire de ce site comprenant un bâtiment de 1 300 m2 souhaite vendre. Le prix de vente, aujourd’hui, est de 660 000 euros. Le Département entre donc en négociation. Le conseil départemental pourrait aussi se porter acquéreur du chalet accueillant les véhicules d’exploitation de la R.D. 465, qui appartient à l’État.

Défilement vers le haut