« La Maison Essert ne tourne pas rond ! »

Le point de rupture est atteint au conseil municipal d'Essert.

Après plusieurs semaine de discordes et la démission de René Girod en avril, le point de non-retour semble atteint à Essert. Vendredi 4 juin, cinq autres démissions ont été annoncé par un communiqué de presse rédigé par Alain Burger. De nouvelles élections approchent.

Éva Chibane

Après plusieurs semaines de discordes et la démission de René Girod en avril (notre article), le point de non-retour semble atteint à Essert. Vendredi 4 juin, cinq autres démissions ont été annoncées par un communiqué de presse rédigé par Alain Burger. De nouvelles élections approchent.

Les discordes entre le maire d’Essert, Frédéric Vadot, et le conseil municipal ont mené au point de non-retour. Cinq démissions ont été annoncées par Alain Burger, ce vendredi. « Nous ne pouvions plus tolérer le mal-être et la démoralisation qui s’installaient au sein du personnel communal comme au sein de l’équipe des élus municipaux », écrit le groupe Essert renouveau, formé des déçus de la majorité de Frédéric Vadot, élu maire d’Essert il y a un an. Le désaveu de ces démissionnaires, porté par la voix d’Alain Burger, porte sur plusieurs points : « La maison Essert ne tourne pas rond ! Le maire a fait le choix hasardeux et arbitraire de ne pas remplacer immédiatement la directrice générale des services, malgré le caractère essentiel de ce poste. Dans une précipitation toute récente, le maire, contre l’avis de 5 adjoints sur 6, souhaitait imposer un candidat dont les compétences n’étaient pas adaptées au poste ».

Le maire est aussi accusé d’opacité dans les décisions prises, sans consultation du conseil municipal : « Au nom de la municipalité, le maire s’engage sur des décisions et des projets apparus soudainement (déplacement du Monument aux Morts, projet du Château, etc.) de manière unilatérale, sans jamais avoir reçu l’approbation du groupe. La transparence et la concertation n’étaient aucunement au rendez-vous. Notamment : pas de collégialité dans la prise de décisions, même sur les sujets sensibles (finances, urbanisme, revue municipale) ; réunions d’adjoints et de groupe superficielles. Pas de commission finances prévue pour exposer la construction du budget 2021 », regrette le groupe dans un communiqué adressé ce vendredi midi, qui dénonce une absence « de remise en question ». Fin avril, le maire, Frédéric Vadot avait estimé que l’opposition était « disproportionnée » (lire notre article). Le 23 avril, le budget de la commune n’avait pas été approuvé, plaçant les dépenses courantes sous la coupe de la chambre régionale des comptes (lire notre article).

« La situation n’est plus tenable »

C’est dans ce contexte que s’enchaînent les démissions. Déjà trois postes de conseillers municipaux étaient vacants. La décision du jour entraîne le départ d’un adjoint et de quatre conseillers municipaux. Et projette la cité vers de nouvelles élections. Par contre, Alain Burger, adjoint à l’urbanisme et qui a rédigé ce communiqué du groupe de « frondeurs » n’a pas démissionné. Pour conserver une opposition face au maire, les élus ont refusé de démissionner en bloc, « pour préserver la commune en ne laissant pas le maire et l’opposition seuls aux commandes et de manière à assurer la continuité des services municipaux ».

« Notre volonté de continuer à œuvrer pour Essert et ses habitants reste intacte, poursuit Alain Burger au nom du groupe. Nous allons dès aujourd’hui orienter nos efforts vers la constitution d’une nouvelle liste pour remporter les élections qui arrivent. Nous sommes déterminés à apporter un vrai changement, en proposant un programme qui permettra enfin à Essert de se diriger résolument vers une gestion responsable, transparente et concertée », annonce Alain Burger. On s’oriente vers l’organisation d’un nouveau scrutin.

Ceci vous intéressera aussi
Essert : « On peut ne pas être d’accord, mais on ne prend pas la ville en otage »

Sur demande expresse du préfet du Territoire de Belfort, le conseil municipal d’Essert est réunis ce vendredi 23 avril à Lire l'article

Essert : le point de rupture est atteint au conseil municipal
Le point de rupture est atteint au conseil municipal d'Essert.

Le conseil municipal d’Essert, qui traverse une crise majeure depuis le début du mois d’avril, était réuni ce vendredi pour Lire l'article

Un cèdre du Liban planté au parc de la Douce pour marquer le soutien du département à Beyrouth

Un cèdre du Liban a été planté au parc de la Douce, à Essert. | ©CD 90 Le 4 août 2020, Lire l'article

Essert : « Dès le début, il y a eu une attitude de sabotage », estime le maire Frédéric Vadot

La semaine dernière, cinq nouvelles démissions ont été enregistrées au conseil municipal d’Essert (notre article). Les frondeurs de la majorité Lire l'article

Défilement vers le haut