La Bourgogne-Franche-Comté ouvre ses TER à la concurrence

La Bourgogne-Franche-Comté est devenue jeudi la première région de gauche à voter l’ouverture à la concurrence de ses trains régionaux, et sur l’ensemble du réseau, malgré une vive contestation jusque dans les rangs de la majorité.

(AFP)

La Bourgogne-Franche-Comté est devenue jeudi la première région de gauche à voter l’ouverture à la concurrence de ses trains régionaux, et sur l’ensemble du réseau, malgré une vive contestation jusque dans les rangs de la majorité.

Le conseil régional a voté l’ouverture à la concurrence de la totalité de ses 17 lignes de TER (1 951 km au total) au 1er janvier 2026. Les infrastructures et gares ne sont pas concernées. Les huit élus communistes, qui appartiennent à la majorité régionale de 57 sièges aux côtés du PS et d’EELV, ont voté contre. La présidente du groupe régional du PCF, Muriel Ternant, a dénoncé une « décision précipitée ». « Ce projet est sans précédent, il arrive au moment où des pays sont en train de rebrousser chemin, la Belgique, l’Angleterre, la Norvège… », a-t-elle dit devant l’assemblée.

Le RN s’est lui aussi opposé, son chef de file, Julien Odoul, dénonçant une « arnaque » qui signe « la condamnation à mort du service public des transports ». Peu avant le vote, quelque 500 cheminots ont manifesté devant le conseil régional. « Cela ne coûtera pas moins cher et ça ne rendra pas service à la population », a dénoncé Jean-Christophe Gossart, numéro un régional de la CGT Cheminots, premier syndicat à la SNCF.

Ce vote s’inscrit dans le cadre du droit européen qui impose la mise en concurrence du trafic ferroviaire régional à partir de décembre 2023, comme cela est déjà le cas pour les lignes TGV depuis décembre 2020. La présidente socialiste de la région, Marie-Guite Dufay, s’est retranchée derrière « la loi qui impose », promettant « un service aux usagers amélioré et une offre encore plus adaptée ». Mais l’intersyndicale SNCF, et les élus communistes, estiment que la loi autorise toute région à re-signer avec la SNCF, avant le 25 décembre 2023 et pour une durée allant jusqu’à dix ans. Ils veulent ainsi repousser au maximum l’ouverture à la concurrence, jusqu’en 2033. « Le temps de mieux se préparer » et « ne pas faire la même erreur que le fret », dont l’ouverture à la concurrence, en 2006, n’a pas enrayé la chute du trafic, estime Didier Garrido, secrétaire régional du syndicat UNSA Ferroviaire, deuxième syndicat à la SNCF.

Cinq régions, toutes tenues par la droite, ont lancé un processus d’ouverture à la concurrence: l’Île-de-France l’a fait sur tous les trains exploités par la SNCF et quatre sur une partie seulement de leur réseau (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Hauts-de-France, Grand Est, Pays-de-la-Loire).

Ceci vous intéressera aussi
« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Voitures neuves : quatrième mois de rebond en novembre

Les ventes de voitures neuves ont poursuivi leur léger rebond en novembre, pour le quatrième mois consécutif, et devraient s'approcher Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal