Jura: deux hommes suspectés de l’incendie d’une antenne-relais incarcérés

Le 15 avril, un relais téléphonique a été incendié à Foncines-le-Haut, dans le Jura. Un des deux suspects a reconnu être l'auteur.

Le 15 avril, un relais téléphonique a été incendié à Foncines-le-Haut, dans le Jura. Un des deux suspects a reconnu être l’auteur.

(AFP)

Le 15 avril, un relais téléphonique a été incendié à Foncines-le-Haut, dans le Jura. Un des deux suspects a reconnu être l’auteur.

Deux hommes opposés au déploiement de la 5G pour des raisons environnementales et suspectés d’avoir incendié une antenne-relais dans le Jura ont été placés en détention provisoire dans l’attente de leur procès, a indiqué le parquet mercredi. Ils seront jugés le 9 juillet par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, après avoir passé un examen psychiatrique.
Le 15 avril, un relais téléphonique a été incendié à Foncine-le-Haut (Jura) au moyen « de cocktails molotov improvisés à partir de bouteilles en plastique remplies d’hydrocarbure », a indiqué dans un communiqué le procureur de la République de Lons-le-Saunier, Lionel Pascal.
La couverture téléphonique avait été coupée sur un vaste secteur et les dégâts matériels sont provisoirement chiffrés à 20 000 euros. L’enquête a permis la découverte des profils génétiques de deux individus connus de la justice, sur le relais et sur les objets incendiaires improvisés.
Le premier, âgé de 58 ans, conteste être lié à cet incendie du relais
téléphonique même s’il avoue être « complotiste » et indique être « contre la 5G qu’il accuse de causer des dégâts à l’environnement », a précisé le procureur.
Le deuxième mis en cause, un homme sans emploi de 39 ans, a reconnu être l’auteur de l’incendie du relais expliquant qu’il devait « passer à l’action et
détruire ce qu’il estimait être en lien avec la 5G », selon M. Pascal. « Il n’est pas connu pour évoluer dans la mouvance d’ultra gauche », a-t-il ajouté.
Le trentenaire a également reconnu avoir incendié plusieurs engins de chantier utilisés pour la restauration d’une tourbière, car il estimait que ces travaux étaient « néfastes à l’environnement et dissimulaient en réalité l’installation d’un réseau 5G« , ajoute le magistrat.

Ceci vous intéressera aussi
Sochaux : négociations salariales à haut risque pour Stellantis

Les négociations salariales obligatoires débutent ce jeudi 1er décembre, à Stellantis. Les attentes des salariés sont énormes, notamment avec les Lire l’article

Deux LRU du 1er régiment d’artillerie de Bourogne envoyés en Ukraine

Deux lance-roquettes unitaires (LRU) appartenant au 1er régiment d’artillerie de Bourogne ont été réceptionnés par l’armée ukrainienne, ce mardi, a Lire l’article

Alstom fait rouler une locomotive complètement autonome

Le constructeur ferroviaire Alstom a fait rouler mardi une locomotive de manœuvre complètement autonome lors d'un essai aux Pays-Bas, avec Lire l’article

Héricourt : au centre Bretegnier, une plateforme novatrice pour réapprendre l’équilibre

La fondation Arc-en-Ciel vient d’investir dans son centre de médecine physique et de réadaptation Bretegnier, situé à Héricourt. Elle y Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal