Jonathann Daval condamné à 25 ans de réclusion criminelle

Jonathann Daval procès novembre Vesoul

Epilogue de la semaine de procès à Vesoul: Jonathan Daval est condamné à 25 ans de prison. Ses avocats ont annoncé qu’il ne ferait pas appel. La mère d’Alexa a évoqué une « très bonne décision ».

(AFP)

Epilogue de la semaine de procès à Vesoul: Jonathan Daval est condamné à 25 ans de prison. Ses avocats ont annoncé qu’il ne ferait pas appel. La mère d’Alexa a évoqué une « très bonne décision ».

Jonathann Daval a été condamné samedi à 25 ans de réclusion criminelle par la Cour d’assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en octobre 2017, au terme d’une affaire et d’un procès extrêmement médiatisés.
A l’énoncé du verdict, rendu après environ deux heures et demi de délibéré, l’accusé est resté calme et impassible. L’une de ses avocates, Me Ornella Spatafora, a rapidement indiqué que M. Daval ne ferait pas appel du jugement. M. Daval a regardé sa propre famille, tandis que sur les bancs des parties civiles, Jean-Pierre Fouillot, le père d’Alexia, a passé un bras autour des épaules de son épouse, Isabelle, mère de la victime.
Quelques minutes plus tard, cette dernière est allée à la rencontre des journalistes, comme elle l’avait fait régulièrement tout au long du procès: « C’est une très bonne décision, exactement ce que j’espérais, à la hauteur de notre souffrance, ça va nous permettre de tourner une page ».
« C’était trois ans de combat » mené « juste pour elle », et « nous sommes arrivés à la fin », a-t-elle enchaîné les larmes aux yeux et le regard tourné vers le ciel, « j’espère qu’aucun d’entre vous, aucun Français ne l’oubliera ». « La justice a bien fait son travail, a compris notre douleur », a renchéri Jean-Pierre Fouillot.
Ce verdict est inférieur aux réquisitions de l’avocat général, qui avait réclamé dans la matinée la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de cet informaticien de 36 ans.
Invité à s’exprimer une dernière fois en début d’après-midi avant que la Cour ne se retire, M. Daval, qui avait reconnu durant le procès l’intention homicide, a fixé les parents d’Alexia avant de leur dire : « Pardon. Pardon« .
M. Daval avait déjà présenté ses « excuses » aux parties civiles à l’ouverture lundi du procès, émotionnellement très intense.
« C’est peut être pas adapté, mais je voudrais d’abord avoir des excuses, même si c’est pas excusable ce que j’ai fait », avait déclaré le trentenaire, la voix étranglée par l’émotion.

Samedi matin, l’avocat général, Emmanuel Dupic, avait requis la réclusion à perpétuité à l’encontre de Jonathann Daval, qui comparaissait pour « meurtre sur conjoint ».
« Je crois qu’il l’a tuée parce qu’Alexia voulait le quitter, tout simplement », avait soutenu M. Dupic.
Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, avait été retrouvée morte dans un bois de Haute-Saône le 30 octobre 2017. C’est son mari Jonathann qui avait donné l’alerte en premier, affirmant que son épouse n’était jamais rentrée de son jogging.
Il avait été arrêté en janvier 2018 après avoir joué le veuf éploré pendant trois mois.
Selon la défense, le meurtre s’est noué lors d’une violente dispute sur fond de graves problèmes conjugaux.
Après de multiple revirements, dont la mise en cause de sa belle-famille, il a reconnu le meurtre de sa femme au cours d’une violente dispute conjugale ainsi que la crémation de son corps.

Ceci vous intéressera aussi
La famille d’Alexia réclame une peine « à la hauteur de nos souffrances, Daval prêt à « payer »
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

Jonathann Daval s'est dit prêt à "payer" pour le meurtre de sa femme Alexia, vendredi devant les assises de la Lire l'article

Réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval
Palais de justice de Vesoul en Haute-Saône.

L'avocat général a demandé la perpétuité. Les avocats de la défense doivent plaider ce samedi après-midi, pour un verdict attendu Lire l'article

« Pardon, pardon », demande une dernière fois Jonathann Daval
Me Randall Schwerdorffer

Les avocats de Jonathann Daval ont réclamé ce samedi après-midi « un jugement, pas une vengeance », avant que l'accusé ne demande Lire l'article

L’affaire Daval, mécanique d’une ultramédiatisation
'affaire Daval, mécanique d'une "ultramédiatisation"

De la prétendue disparition d'une joggeuse en plein mouvement #MeToo au procès hors normes, l'affaire Daval a fasciné les médias Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut