Inlassable témoin de la Shoah, Jacqueline Teyssier est décédée

Rescapée du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, Jacqueline Teyssier est décédée dimanche à 98 ans après avoir inlassablement témoigné des horreurs de la Shoah, a annoncé mardi la ville de Besançon.

(AFP)

Rescapée du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, Jacqueline Teyssier est décédée dimanche à 98 ans après avoir inlassablement témoigné des horreurs de la Shoah, a annoncé mardi la ville de Besançon.

Née à Paris le 6 octobre 1923, Jacqueline Teyssier, résistante et qui confectionnait des faux papiers, avait été arrêtée sur dénonciation en mai 1944. Lors de son arrestation, les miliciens avaient découvert qu’elle était juive.

Elle fut internée au camp de Drancy, avant d’être déportée à l’âge de 20 ans à Auschwitz-Birkenau (Pologne), le 20 mai 1944. Sélectionnée pour travailler, elle avait échappé à la chambre à gaz. La jeune femme avait ensuite été transférée au camp de Bergen-Belsen (Allemagne), avant sa libération par les Anglais en avril 1945. « Elle se trouvait alors dans un état critique, atteinte du typhus et pesant 28 kg », relève Vincent Briand, directeur du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.

« Je rêve encore d’Auschwitz toutes les nuits. Chaque matin, je regarde couler mon café et je suis heureuse », avait-elle récemment confié à ce dernier. « Jacqueline Teyssier témoignait inlassablement auprès de toutes les générations dans les écoles ou au cours des cérémonies, sur sa déportation, sur son histoire de rescapée du camp de la mort, tout en faisant preuve d’aucune haine envers ses oppresseurs », salue la maire écologiste de Besançon, Anne Vignot, dans un communiqué. « Elle n’hésitait pas à rappeler aux plus jeunes la chance de vivre en démocratie ou l’obligation de défendre les valeurs républicaines », souligne la maire.

Ceci vous intéressera aussi
« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Défilement vers le haut