Hamed Rahal, clé anglaise de la création d’entreprise dans les quartiers

Depuis quelques mois, cinq quartiers de Belfort bénéficient du dispositif CitésLab. Un outil destiné à accompagner l’émergence de projets de création d’entreprises dans les quartiers dit prioritaires. Le référent est Hamed Rahal. Rencontre d’un facilitateur.

Depuis quelques mois, cinq quartiers de l’agglomération belfortaine bénéficient du dispositif CitésLab. Un outil destiné à accompagner l’émergence de projets de création d’entreprises dans les quartiers dits prioritaires. Le référent est Hamed Rahal. Rencontre avec un facilitateur.

Hamed Rahal a eu plusieurs vies. À 41 ans, il est responsable du dispositif CitésLab à Belfort, un outil dont l’objectif est de sensibiliser les publics des quartiers prioritaires à la création d’entreprise. Un poste qu’il occupe depuis le mois de juillet. Mais avant ça, il a travaillé dans une entreprise de transport en commun. Il a aussi créé sa société de vente de viande en gros. Une entreprise qu’il a vendue depuis,  et qui existe toujours. Il y a quelques années, il s’est même formé pour devenir conseiller en insertion. Un profil hétéroclite qui colle bien à la mission qu’il exerce aujourd’hui.

Coaching

« CitésLab est une marque et un dispositif national porté par la BPI », détaille Thierry Bourgeat, responsable de la pépinière Talents en Résidences, à Belfort, et responsable des actions politique de la ville dans le nord Franche-Comté, pour BGE Franche-Comté. Le dispositif existe depuis deux ans à Montbéliard. L’agglomération belfortaine vient de s’en saisir et à mandaté l’antenne locale de BGE Franche-Comté pour le mettre en place. Hamed Rahal a installé son bureau à la pépinière d’entreprises, Talents en Résidences, à Belfort. Au plus près du public concerné.

« La plus-value de CitésLab, c’est que je vais à la rencontre des personnes », explique Hamed Rahal, qui a mis en place des permanences dans les différents quartiers de l’agglomération belfortaine, identifiés comme des quartiers politique de la ville (QPV) : Les Résidences, Les Glacis, Dardel et Bougenel à Belfort ; et l’Arsot à Offemont. Il se rend dans les maisons de quartier, dans les espaces citoyens et est en lien avec les associations pour faire la promotion du dispositif ou tout simplement pour discuter avec les gens de leurs projets. « Je rencontre des personnes qui cherchent des idées, d’autres qui se cherchent et d’autres qui ont déjà leur projet », détaille Hamed Rahal.

« Il faut donner la bonne clé, au bon moment, à la bonne personne pour ouvrir la bonne porte »
Hamed Rahal
Chef de projet CitésLab à Belfort.

Ils ont tous en commun de ne pas avoir les outils pour créer leur entreprise. Il les conseille, les aide à affiner le projet ou à le réorienter, les renseigne sur les dispositifs, les financements et les informe sur le volet légal. « Il faut donner la bonne clé, au bon moment, à la bonne personne pour ouvrir la bonne porte », schématise Hamed Rahal.
Ensuite, il les suit. « Cela demande beaucoup de coaching, estime Hamed Rahal, qui se place comme un référent. Il faut les motiver pour qu’ils ne lâchent pas prise. »

« Lever les freins »

Au-delà des outils, le dispositif vise aussi à « lever des freins », remarque Thierry Bourgeat. « Des freins psychologiques », cite notamment Hamed Rahal. « Parfois, détaille-t-il, c’est infranchissable de devenir entrepreneur. » Il est là pour donner confiance et dire que c’est possible. Ces freins peuvent aussi être ceux de la mobilité ou liés à des problèmes de garde. « Imaginez une mère de famille avec trois enfants. Peut-elle se rendre à un rendez-vous dans une administration ? » interpelle Thierry Bourgeat. En allant à leur rencontre, Hamed Rahal, qui s’appuie sur un important réseau de connaissances dans les quartiers, lève ce souci.

Depuis le mois de juillet, il suit une dizaine de projets de création. L’un est une sandwicherie. L’autre une boucherie. Là, c’est une société de services. « On ne naît pas entrepreneur, on le devient ! » conclut Hamed Rahal. Il est là pour faire passer le message.

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : 300 suppressions de postes chez Steam Power en France, dont 240 à Belfort
GE - 300 suppressions de poste dans la branche steam/charbon

General Electric prévoit la suppression de 300 postes en France dans son entité steam/charbon, apprend-t-on de sources concordantes. Belfort serait Lire l'article

General Electric : « Je suis sidéré », déclare Damien Meslot

Damien Meslot, maire de Belfort. | ©Le Trois – archives La France va être encore sérieusement touchée par un plan de Lire l'article

General Electric : « Cette mascarade a assez duré », déclare Cédric Perrin
Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de loi, approuvée au Sénat, pour avoir deux procurations au second tour des élections législatives de 2020, le 28 juin.

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort. | ©Le Trois – archives General Electric prévoit un nouveau plan social d’envergure en France, Lire l'article

General Electric : « Nationaliser pour mettre fin au carnage », affirme Belfort en Grand
Les élus d'opposition au conseil municipal de Belfort, de Belfort en Grand.

Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Bastien Faudot, de Belfort en Grand. | ©Le Trois x 3 Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut