GE maintient son projet de délocalisations de Belfort vers les États-Unis et l’Arabie

L’intersyndicale gagne du temps sur les délocalisations de General Electric.

L’intersyndicale annonce dans un communiqué la volonté du consortium de poursuivre son projet de délocalisations équivalent à 23000 heures de travail. Un CSE extraordinaire est programmé le mercredi 3 juin.

C’est un peu la douche froide en cette fin de semaine pour l’intersyndicale de GE Belfort. Ce vendredi soir, elle publie un communiqué dans lequel elle annonce que « GE confirme les délocalisations par manque de capacité, mais maintient les suppressions d’effectifs ».

Cette annonce intervient alors qu’une pointe d’optimisme s’était faite jour en milieu de semaine, à la suite du comité de suivi du plan social avec les représentants du Gouvernement et alors qu’un accord a été trouvé pour une médiation entre GE et ses fournisseurs.

« Le comité paritaire de mercredi avec Bercy et la réunion du CSE de jeudi de présentation détaillée par l’expert Secafi du plan, alternatif d’augmentation de 40 000 heures de capacité du site de Belfort pour éviter les délocalisations était pourtant de bon augure avant les négociations de ce jour », indique l’intersyndicale dans son communiqué « Mais le groupe américain en a décidé autrement en considérant qu’il n’y avait pas d’alternative réaliste autre que la délocalisation de 23000 des 40000 heures et en programmant un CSE extraordinaire le mercredi 3 juin pour recueil d ‘avis sur ce projet de délocalisation aux États-Unis et en Arabie Saoudite ».

L’intersyndicale indique ensuite que la direction a rejeté des propositions comme le recours à 40 intérimaires, le recours aux heures supplémentaires, l’augmentation du temps de travail de 7 h à 7 h 30 ou encore la suppression de l’arrêt de quinze jours en août.

L’intersyndicale réaffirme donc sa position et énonce comme base de négociation l’augmentation de capacité de 40 000 heures d’ici fin 2020, afin d’éviter les délocalisations annoncées par la direction.

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : 300 suppressions de postes chez Steam Power en France, dont 240 à Belfort
GE - 300 suppressions de poste dans la branche steam/charbon

General Electric prévoit la suppression de 300 postes en France dans son entité steam/charbon, apprend-t-on de sources concordantes. Belfort serait Lire l'article

General Electric : « Je suis sidéré », déclare Damien Meslot

Damien Meslot, maire de Belfort. | ©Le Trois – archives La France va être encore sérieusement touchée par un plan de Lire l'article

General Electric : « Cette mascarade a assez duré », déclare Cédric Perrin
Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de loi, approuvée au Sénat, pour avoir deux procurations au second tour des élections législatives de 2020, le 28 juin.

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort. | ©Le Trois – archives General Electric prévoit un nouveau plan social d’envergure en France, Lire l'article

General Electric : « Nationaliser pour mettre fin au carnage », affirme Belfort en Grand
Les élus d'opposition au conseil municipal de Belfort, de Belfort en Grand.

Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Bastien Faudot, de Belfort en Grand. | ©Le Trois x 3 Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut