GE : « la vigilance » du comité de groupe Europe sur le rachat par EDF

Le comité de groupe Europe de General Electric se prononce sur le rachat du nucléaire par EDF.

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric a partagé un avis sur le projet de cession de la partie nucléaire. Si le projet semble pertinent en termes industriels, le comité émet des doutes sur la vision, la place de l’usine indienne et le rôle de Rosatom. Il alerte aussi sur le manque d’investissements des dernières années.

(AFP)

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric a partagé un avis sur le projet de rachat par EDF de la partie nucléaire, le 10 juin. Si le projet semble pertinent en termes industriels, le comité émet des doutes sur la vision, la place de l’usine indienne et le rôle de Rosatom. Il alerte aussi sur le manque d’investissements des dernières années.

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric associe des représentants du personnels de tous les pays où est présent cette division du conglomérat américain en Europe. GE est présent dans 27 pays sur le vieux continent ; en septembre 2020, 57 200 personnes étaient employées par le géant américain. Au mois de mars, une présentation a été faite par General Electric à ce comité du projet de vente de la partie nucléaire du business Steam power (lire notre article). Au niveau mondial, le rachat doit intégrer 3 400 personnes (lire notre article).

« L’opération constitue un vrai sens industriel », écrit le comité dans son avis, même s’il remarque déjà la destruction des capacités en Europe, ces dernières années. « Les compétences au cœur des activités vapeur (STEAM) sont au cœur du mix énergétique actuel (fossile et nucléaire) mais aussi du mix énergétique futur (SMR, biomasse, traitement des déchets, géothermie, solaire par concentration), et également des process industriel (cogénération, production d’hydrogène, etc.) », rappelle l’avis. Il met en garde aussi sur « la stratégie de concentration sur le nucléaire ». C’est un risque, notamment si le consensus autour de la relance du nucléaire s’estompe. Dès l’annonce du projet, en février, des représentants du personnel avaient émis des doutes similaires (lire notre article)

Quid de Rosatom dans le rachat ?

Le projet de rachat par EDF comprend le transfert industriel de Belfort, Rugby (Angleterre) et Sanaand (Inde). Ils ont un doute sur ce dernier site, « du fait du délai d’émergence des [small modular reactor] et de la nécessité́ pour EDF de maintenir la charge de Sanaand d’ici à 2030 ». « Si la capacité́ de l’usine indienne à concurrencer l’usine de Belfort sur les EPR peut sembler limiter, la question reste ouverte pour les activités de services », relève le document. L’avis évoque également la relation avec Rosatom, qui représente plus de 50 % du chiffre d’affaires de l’entité. La guerre en Ukraine rebat les cartes. « Les questions de partage de la propriété́ intellectuelle semblent avoir été́ structurées pour permettre un bon fonctionnement des entités autonomes. On notera, cependant, l’absence d’accord de collaboration pour permettre un développement des technologies à l’exception des SMR », ajoute le document, que Le Trois a consulté.

Le comité rappelle que le rachat s’inscrit « dans une dynamique de manque d’investissement sur les dernières années ». Et d’énumérer : « C’est le cas sur les usines notamment en termes de dépenses obligatoires, c’est le cas sur les systèmes d’information et c’est le cas sur la R&D. » Le comité se questionne enfin sur « la stratégie envisagée pour maintenir et développer les compétences, les technologies et les moyens de production nécessaires au futur marché des SMR ». Il regret un manque d’anticipation. Le comité sera « extrêmement vigilant » sur la mise en œuvre.

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : une pétition européenne pour dire stop à la casse industrielle
Les représentants du personnel européen de General Electric ont déploré la casse industrielle et ont lancé une pétition.

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric s’est réuni ce vendredi, marquant la fin de Lire l'article

L’automobile cale au 3e trimestre, à cause de la pénurie de semi-conducteurs

Une baisse de 27 % chez Stellantis et de 24 % chez Volkswagen : les ventes des groupes automobiles ont été paralysées Lire l'article

General Electric : l’inquiétude des syndicats européens sur la scission du conglomérat

Le comité de groupe Europe, qui rassemble les représentants du personnel de General Electric à l’échelle de l’Europe, a réagi Lire l'article

Les ventes de voitures se sont effondrées de 20% en Europe en mars

Difficiles à produire, les automobiles neuves ont vu leurs ventes plonger dans l'Union européenne en mars, victimes des pénuries de Lire l'article

Défilement vers le haut