La LPO lance un appel pour observer les cigognes

Février marque le retour de la Cigogne blanche dans nos contrées, après un périple de milliers de kilomètres depuis ses aires d’hivernage en Afrique. Afin de recenser le passage des individus en Bourgogne Franche-Comté, la Ligue de Protection des Oiseaux locale sollicite l’aide des habitants.

Février marque le retour de la cigogne blanche dans nos contrées, après un périple de plusieurs milliers de kilomètres depuis ses aires d’hivernage en Afrique. Afin de recenser le passage des individus en Bourgogne-Franche-Comté, la ligue de protection des oiseaux (LPO) sollicite l’aide des habitants.

Comme chaque année désormais, la ligue de protection des oiseaux (LPO) Bourgogne-Franche-Comté invite les habitants à lever les yeux au ciel, pour guetter le vol majestueux de la cigogne. Le grand échassier, étendard de l’Alsace, entre dans sa période de migration prénuptiale et survole la région. L’espèce était encore il y a quelques années en danger d’extinction. On recensait seulement 11 couples nicheurs en 1974 contre près de 5 000 aujourd’hui.

Certains de ces oiseaux noir et blanc viennent d’Afrique du nord ou sub-saharienne, d’Espagne ou du Maroc, ou remontent depuis l’Afrique du Sud. D’autres auront profité des températures de plus en plus douces pour s’arrêter dans le sud de la France. La Bourgogne-Franche-Comté est un passage incontournable dans leur migration vers les aires de reproduction. Des milliers de spécimens traversent la Bourgogne-Franche-Comté deux fois par an, en suivant principalement la vallée du Rhône puis la vallée de la Saône, avant de rejoindre la vallée du Rhin.

Partager ses observations

La LPO, dans une logique participative, fait appel aux bonnes volontés pour signaler les groupes de cigognes à proximité. L’association récolte et centralise ces informations pour réaliser les cartes des flux migratoires.

On observe particulièrement les cigognes dans des zones en hauteur (pylônes électriques, toits de bâtiments, arbres imposants…). Les champs et les prés peuvent être également concernés. Plusieurs méthodes de recensement sont possibles :

  • Enregistrer ses données sur www.faune-france.org, utilisé par de nombreux ornithologues amateurs et professionnels. Après une première inscription rapide, on complète soi-même les informations ;
  • Utiliser l’application mobile NaturaList, qui permet de se géolocaliser ;
  • Transmettre les observations directement à l’association via Facebook (LPO Bourgogne-Franche-Comté) et Instagram (@lpo_bfc)

La LPO demande seulement d’enregistrer son nom et prénom, le nombre de cigognes aperçues, le lieu et l’heure.  Une manière ludique de faire avancer les connaissances sur les cigognes et d’aider la LPO dans ses actions en faveur des oiseaux.

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : la 7e vague se renforce en Bourgogne-Franche-Comté

Les autorités sanitaires invitent les personnes éligibles à recevoir la 2e dose de rappel. | ©Le Trois – archives « La dynamique épidémique Lire l'article

Des TER à prix réduits pour les festivals de Bourgogne-Franche-Comté

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum Lire l'article

Covid-19 : forte poussée de contaminations dans la région
Agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté.

Depuis 7 jours, les contaminations repartent à la hausse en Bourgogne-Franche- Comté. L'agence régionale de santé (ARS) appelle à relancer Lire l'article

Les élus de la Région alertent sur un hôpital public « en grande souffrance »

La Région lance, en chœur, un cri d’alarme sur la situation de l’hôpital public. A l’unanimité, les élus ont adopté Lire l'article

Défilement vers le haut