Entre 2009 et 2019, les mutations de l’Axone [Décryptage]

En 10 ans, l’Axone est devenu un équipement incontournable du nord Franche-Comté. Le projet initial, lancé par la majorité de Louis Souvet en 2005, a bien évolué.

En 10 ans, l’Axone est devenu un équipement incontournable du nord Franche-Comté. Le projet initial, lancé par la majorité de Louis Souvet en 2005, a bien évolué. Équipement sportif d’envergure nationale, son fonctionnement repose surtout sur l’accueil de spectacles. Intégré à la politique sportive des clubs du pays de Montbéliard, l’Axone trace aussi sa route d’acteur culturel de son côté. Le point.

Patrick Bruel, Johnny Hallyday ou Jean-Louis Aubert pour la scène francophone. Lenny Kravitz, Manu Chao, Scorpions ou encore Deep Purple pour la scène internationale. La liste est longue des artistes montés sur la scène de l’Axone depuis le 9 avril 2009, jour de l’inauguration. La carte de visite est élogieuse. Côté sport, l’Axone a accueilli le championnat de France de judo élite en 2010, les équipes de France de volley et de handball ou encore le trophée des Champions de handball en septembre 2018. Il a également accueilli les légendaires Harlem Globetrotters. L’accueil de ces événements prestigieux érige l’équipement en phare du nord Franche-Comté. Les superlatifs sont nombreux dans la bouche des élus et la reconnaissance certaine dans les équipes de S-Pass, l’entreprise chargée de la délégation de service public, pour reconnaître le travail mené dans le rayonnement de l’équipement et son exploitation.

Le paradoxe sportif

La décision de créer un « grand équipement sportif et événementiel de l’Aire urbaine a été prise par le conseil de communauté du 15 décembre 2005 », rappelle Pays de Montbéliard Agglomération. L’un des objectifs était d’accueillir un club sportif à plein temps. Le Belfort aire urbaine handball (Bauhb) avait été évoqué. Cela ne s’est pas concrétisé. Premier écueil. Il n’y a ensuite pas eu l’ambition nécessaire pour installer durablement un projet sportif d’envergure entre ces murs confient des élus.

L’équipement a été pensé pour accueillir plus de vingt matchs de sport de haut niveau par saison. Il faudra finalement l’occuper autrement. L’Axone n’en demeure pas moins habilité à organiser des compétitions de niveau national ou international. Malgré ce faux départ, le sport reste dans son ADN et profite aux clubs de l’agglomération. Volley et handball dans le gymnase annexe, escrime ou encore judo. Chaque année, l’Axone accueille aussi des compétitions régionales. Et tous les jours, des scolaires investissent les lieux. À ce titre, S-Pass reçoit de l’agglomération 445 000 euros chaque année, une compensation financière pour contrainte de service public.

Si le sport est bien présent quotidiennement, la grande salle, cœur de l’équipement et du projet, est très peu utilisée dans ce cadre. Paradoxalement. Certes, 2018 a été une année sportive, conclue par l’accueil d’une phase préliminaire du championnat d’Europe féminin de handball. Mais cela ne représente que cinq jours d’exploitation dans l’année. Et c’était une première à cette échelle depuis 2009. Les autres années, c’était encore moins. « Entre le projet initial et la réalité, l’Axone est devenu essentiellement culturel et commercial », relève Éric Lançon, vice-président en charge des sports entre 2008 et 2012, puis de la culture et des sports entre 2012 et 2014.

0
En millions d’euros, le montant de l’Axone. Cela s’élève à 40 millions d’euros si l’on ajoute les aménagements extérieurs.

Un acteur culturel

Dans ses outils de communications et ses discours, PMA identifie essentiellement l’Axone comme un équipement sportif. L’agglomération travaille à ses côtés pour accueillir de grands événements sportifs*, car l’équipement respecte le cahier des charges de ces événements. Par contre, la collectivité ne l’intègre pas dans son schéma culturel, alors même que 25 spectacles y sont accueillis chaque année. Pourtant, l’Axone cherche à s’inscrire dans le paysage local de l’événementiel et à le dynamiser, en organisant notamment des événements populaires, comme la course d’obstacles la Montbéli’Hard, la Mondialette de Pétanque ou encore La Tournée des bars. Une diversification qui permet aux équipes de l’Axone d’accroître leur notoriété et de favoriser la fréquentation des spectacles. Des événements qui permettent aussi de garantir l’utilisation de l’équipement, initialement envisagée pour un club de sport.

L’Axone accueille bien la foire expo du pays de Montbéliard et d’autres événements de l’agglomération, notamment, le 27 avril, l’inauguration du réseau evolitY. Mais ne pourrait-on pas aller plus loin ? Peut-être. « Au bout de 10 ans, on ne peut plus s’en passer », acquiesce Christophe Froppier, vice-président en charge du pôle vie du territoire et solidarité (sport, culture et cohésion sociale). Mais justement, quelle vision donne-t-on à l’Axone, alors que ce projet a été façonné et porté par l’agglomération pour un coût de 40 millions d’euros ? Comment l’intègre-t-on au projet politique en-dehors de sa dimension sportive et des évènements créés par le délégataire ? Vastes questions.

L’Axone est devenu en dix ans un équipement incontournable. Un élément d’attractivité. « C’est une vraie force pour le pays de Montbéliard et, de manière générale, pour le nord Franche-Comté », poursuit Christophe Froppier. Il était pensé comme un lieu structurant de l’Aire urbaine par l’équipe de Louis Souvet et présenté comme tel. Le Territoire de Belfort a bien contribué au projet. À hauteur de 750 000 euros… Mais quelle est la volonté commune à l’échelle du nord Franche-Comté ? Si l’Axone attire bien des spectateurs de l’ensemble du territoire, aujourd’hui, la délégation de service publique est bien à l’adresse de Pays de Montbéliard Agglomération, qui exploite a minima la dimension culturelle. Le spectre Aire urbaine est donc bien réduit. On n’a pas encore, par exemple, de foire expo du nord Franche-Comté. Intégré cet équipement dans une logique sportive et culturelle nord franc-comtoise est un beau défi pour les 10 prochaines années.

 

* Dans ce cadre, Christophe Froppier doit rencontrer la fédération française de handball le 26 avril pour accueillir un match de l’équipe de France, féminine ou masculine, en amical ou en compétition.

 

Célébrer les 10 ans ?

L’Axone a été inauguré le 9 avril 2009. Pour l’instant, aucune festivité n’est programmée. « Nous travaillons à un double événement autour des 60 ans de l’agglomération (le district urbain du pays de Montbéliard a été créé le 1er juillet 1959, regroupant à l’époque 25 communes, NDLR) et des dix ans de l’Axone », informe le cabinet du président de Pays de Montbéliard Agglomération. Rien de plus concret pour le moment. Par contre, l’agglomération est contrainte sur sa communication dans le cadre des élections municipales de 2020. La vigilance est de mise dès un an avant le scrutin. Et 6 mois avant, « il ne faut rien faire de nouveau qui mettent en avant le bilan », informe le cabinet. L’agglomération est indirectement concernée par les municipales. Et le cabinet rappelle que les 50 ans ont été célébrés en 2009. Célébrer les 60 ans ne devrait donc pas poser de problèmes. Un spectacle équestre avait déjà été envisagé par l’Axone et accepté par PMA, mais il a dû être annulé.

Défilement vers le haut