Doubs: les gendarmes abattent un homme soupçonné d’avoir tué sa compagne

Guillon-les-Bains, près de Baume-les-Dames, entre Montbéliard et Besançon.

Un homme de 39 ans s’en est pris à plusieurs personnes vendredi soir près de Baume-les-Dames. Il est soupçonné d’avoir tué sa compagne de 54 ans, retrouvée morte dans le coffre de sa voiture. L’enquête est en cours.

(AFP)

Un homme de 39 ans s’en est pris à plusieurs personnes vendredi soir près de Baume-les-Dames. Il est soupçonné d’avoir tué sa compagne de 54 ans, retrouvée morte dans le coffre de sa voiture. L’enquête est en cours.

Le cadavre d’une femme a été retrouvé vendredi soir dans le coffre de sa voiture à Guillon-les-Bains, commune de 110 habitants près de Baume-les-Dames, où son compagnon a été abattu par les gendarmes après avoir agressé et menacé plusieurs personnes, a-t-on appris samedi auprès du parquet de Besançon. L’enquête devra confirmer si cet homme de 39 ans a tué sa compagne de 54 ans, comme les premiers éléments semblent le laisser supposer.
Selon L’Est Républicain, il aurait en effet confié à un pompier, « avant de s’écrouler », l’avoir « tabassée ». Le cadavre de la quinquagénaire a été retrouvé dans le coffre de la voiture, stationnée pour une raison inconnue sur le bas-côté d’une petite route sur les hauteurs du village, selon le parquet. Selon les premiers éléments, elle a été victime d’un « traumatisme crânien », a-t-on ajouté.
Le véhicule, une Twingo, présentait deux impacts au niveau du pare-brise avant et un phare arrière brisé. Le pare-brise arrière était complètement absent, selon la même source. Pour une raison elle aussi inconnue, son compagnon a frappé « à coups de pierre » un conducteur qui s’était arrêté après avoir aperçu le véhicule. La victime a toutefois réussi à prendre la fuite et à donner l’alerte.
Redescendu à pied au village où se déroulait une fête, l’agresseur, « visiblement très excité », a ensuite « menacé le maire et les gens » présents, qui ont réussi à le faire fuir, selon la même source.
De retour vers le véhicule, il est tombé nez à nez avec les pompiers arrivés sur place, assénant « un coup de poing à l’un d’eux », avant de s’enfuir dans la forêt où régnait « une nuit totale ».
Également alertés, des gendarmes l’ont retrouvé. « Menaçant », il s’est avancé vers les militaires qui ont alors fait usage d’un taser, avant de lui tirer dans le thorax, selon le parquet, qui précise que l’individu est décédé « deux heures plus tard ». L’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a été saisie, a-t-on précisé.
Le parquet dit n’avoir reçu aucun signalement pour violences conjugales concernant ce couple, domicilié dans les environs. Le suspect n’avait que deux mentions à son casier : pour vol et conduite en état alcoolique.
L’autopsie des corps aura lieu en début de semaine

Ceci vous intéressera aussi
« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Doubs: les gendarmes abattent un homme soupçonné d’avoir tué sa compagne

Un homme de 39 ans s’en est pris à plusieurs personnes vendredi soir près de Baume-les-Dames. Il est soupçonné d’avoir tué sa compagne de 54 ans, retrouvée morte dans le coffre de sa voiture. L’enquête est en cours.

(AFP)

Un homme de 39 ans s’en est pris à plusieurs personnes vendredi soir près de Baume-les-Dames. Il est soupçonné d’avoir tué sa compagne de 54 ans, retrouvée morte dans le coffre de sa voiture. L’enquête est en cours.

Le cadavre d’une femme a été retrouvé vendredi soir dans le coffre de sa voiture à Guillon-les-Bains, commune de 110 habitants près de Baume-les-Dames, où son compagnon a été abattu par les gendarmes après avoir agressé et menacé plusieurs personnes, a-t-on appris samedi auprès du parquet de Besançon. L’enquête devra confirmer si cet homme de 39 ans a tué sa compagne de 54 ans, comme les premiers éléments semblent le laisser supposer.
Selon L’Est Républicain, il aurait en effet confié à un pompier, « avant de s’écrouler », l’avoir « tabassée ». Le cadavre de la quinquagénaire a été retrouvé dans le coffre de la voiture, stationnée pour une raison inconnue sur le bas-côté d’une petite route sur les hauteurs du village, selon le parquet. Selon les premiers éléments, elle a été victime d’un « traumatisme crânien », a-t-on ajouté.
Le véhicule, une Twingo, présentait deux impacts au niveau du pare-brise avant et un phare arrière brisé. Le pare-brise arrière était complètement absent, selon la même source. Pour une raison elle aussi inconnue, son compagnon a frappé « à coups de pierre » un conducteur qui s’était arrêté après avoir aperçu le véhicule. La victime a toutefois réussi à prendre la fuite et à donner l’alerte.
Redescendu à pied au village où se déroulait une fête, l’agresseur, « visiblement très excité », a ensuite « menacé le maire et les gens » présents, qui ont réussi à le faire fuir, selon la même source.
De retour vers le véhicule, il est tombé nez à nez avec les pompiers arrivés sur place, assénant « un coup de poing à l’un d’eux », avant de s’enfuir dans la forêt où régnait « une nuit totale ».
Également alertés, des gendarmes l’ont retrouvé. « Menaçant », il s’est avancé vers les militaires qui ont alors fait usage d’un taser, avant de lui tirer dans le thorax, selon le parquet, qui précise que l’individu est décédé « deux heures plus tard ». L’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a été saisie, a-t-on précisé.
Le parquet dit n’avoir reçu aucun signalement pour violences conjugales concernant ce couple, domicilié dans les environs. Le suspect n’avait que deux mentions à son casier : pour vol et conduite en état alcoolique.
L’autopsie des corps aura lieu en début de semaine

Intertitre

Orientis vero limes in longum protentus et rectum ab Euphratis fluminis ripis ad usque supercilia porrigitur Nili, laeva Saracenis conterminans gentibus, dextra pelagi fragoribus patens, quam plagam Nicator Seleucus occupatam auxit magnum in modum, cum post Alexandri Macedonis obitum successorio iure teneret regna Persidis, efficaciae inpetrabilis rex, ut indicat cognomentum.Orientis vero limes in longum protentus et rectum ab Euphratis fluminis ripis ad usque supercilia porrigitur Nili, laeva Saracenis conterminans gentibus, dextra pelagi fragoribus patens, quam plagam Nicator Seleucus occupatam auxit magnum in modum, cum post Alexandri Macedonis obitum successorio iure teneret regna Persidis, efficaciae inpetrabilis rex, ut indicat cognomentum.Orientis vero limes in longum protentus et rectum ab Euphratis fluminis ripis ad usque supercilia porrigitur Nili, laeva Saracenis conterminans gentibus, dextra pelagi fragoribus patens, quam plagam Nicator Seleucus occupatam auxit magnum in modum, cum post Alexandri Macedonis obitum successorio iure teneret regna Persidis, efficaciae inpetrabilis rex, ut indicat cognomentum.Orientis vero limes in longum protentus et rectum ab Euphratis fluminis ripis ad usque supercilia porrigitur Nili, laeva Saracenis conterminans gentibus, dextra pelagi fragoribus patens, quam plagam Nicator Seleucus occupatam auxit magnum in modum, cum post Alexandri Macedonis obitum successorio iure teneret regna Persidis, efficaciae inpetrabilis rex, ut indicat cognomentum.

Défilement vers le haut