Départementales : Florian Bouquet : « candidat » à sa « succession »

Florian Bouquet a lancé sa campagne aux élections départementales, organisées les 20 et 27 juin. Il brigue une nouvelle fois la présidence du conseil départemental. Pour y arriver, il est de nouveau candidat dans le canton de Châtenois-les-Forges, en binôme avec Maryline Morallet.

Florian Bouquet a lancé sa campagne aux élections départementales, organisées les 20 et 27 juin. Il brigue une nouvelle fois la présidence du conseil départemental. Pour y arriver, il est de nouveau candidat dans le canton de Châtenois-les-Forges, en binôme avec Maryline Morallet.

« Je suis candidat à ma succession à la présidence du Département. » Florian Bouquet n’a pas ménagé le suspens, ce vendredi matin, en annonçant sa candidature aux élections départementales des 20 et 27 juin, dans le canton de Châtenois-les-Forges. Le président Les Républicains du conseil départemental, élu depuis 2011 dans le canton, brigue un nouveau mandat si la droite obtient la majorité des neuf cantons du département.

Dans le canton de Châtenois-les-Forges, il est associé à Maryline Morallet, maire de Trévenans et 1re vice-présidente du Grand Belfort. Elle est également conseillère départementale depuis 2015. Leurs remplaçants sont Stéphane Guyod, maire de Meroux-Moval et président de l’association des maires du Territoire de Belfort, et Geneviève Sanglard, 1re adjointe à Bourogne.

Assume son côté « écureuil »

Florian Bouquet assume sa « gestion d’écureuil et de pépère des familles », que lui reproche l’opposition et évoque rapidement son bilan, « en reboostant la section investissement », citant ainsi les travaux au foyer de l’enfance, le plan gymnase, la création de deux nouveaux espaces des solidarités départementaux (ESD) à Bourogne et Giromagny. Il a rappelé aussi « les situations d’urgence auxquelles on a répondu », listant la crise sanitaire, les masques, la situation à l’Ehpad La Rosemontoise ou celle de la Villa des Sapins.  

Sans vouloir tout présenter, Florian Bouquet a révélé quelques intentions : faire un effort sur les routes départementales et leur environnement – « nos ronds-points sont moches », dixit le président-candidat. Il faut lancer « une réflexion », confirme Maryline Morallet ; refaire le tronçon de la route allant de Bermont à Cora ; renforcer la sécurité à l’abord des collèges en déployant des systèmes de vidéo-protection ; créer une cafétéria avec l’Adapei 90 à la JonXion ; faciliter « la porosité cyclable entre les trois départements », insiste celui dont le canton jouxte la Haute-Saône et le pays de Montbéliard ; « anticiper le réchauffement climatique », notamment sur les forêts. Sur ce dernier sujet, « il y a un virage à prendre », insiste-t-il, dévoilant son envie de rénover la maison de l’environnement, au Malsaucy. Sur le social, principale mission du Département, il assume toujours sa démarche « d’un social juste, mais exigeant », rappelant sa charte des droits et des devoirs.

En 2015, le binôme avait été élu au second tour, recueillant 43,95 % des suffrages.

Florian Bouquet, Maryline Morallet et Genevière Sanglard (il manque Stéphane Guyod) se lancent dans les élections départementales 2021 dans le canton de Châtenois-les-Forges.
Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : « Le système est au bord de la rupture »

La situation était tendue à l’hôpital Nord-Franche-Comté. Elle empire, alors que débutent les vacances de Noël. Les soignants invitent à Lire l'article

Covid-19 : l’épidémie repart à la hausse en Bourgogne-Franche-Comté

Les données épidémiologiques de la covid-19 sont de nouveau orientées à la hausse dans la région Bourgogne-Franche-Comté, la plus touchée Lire l'article

La CGT de l’hôpital Nord-Franche-Comté appelle à se mobiliser le 21 janvier
La CGT de l'hôpital Nord-Franche-Comté appelle à manifester le 21 janvier.

La CGT de l’hôpital Nord-Franche-Comté appelle à se mobiliser ce jeudi 21 janvier, devant les grilles de la préfecture. Elle Lire l'article

Covid-19 : le centre de vaccination de l’hôpital est ouvert aux plus de 75 ans

L'hôpital Nord-Franche-Comté peut vacciner les plus de 75 ans. | ©Le Trois – Thibault Quartier Le centre de vaccination de l’hôpital Nord-Franche-Comté Lire l'article

Défilement vers le haut