Covid-19 : léger ralentissement, mais pression toujours forte sur les hôpitaux

Les données épidémiologiques de l’épidémie de la covid-19 se stabilisent à l’échelle régionale. Mais le système hospitalier est toujours sous pression. Et la Bourgogne-Franche-Comté est toujours l’un des territoires les plus touchés par cette seconde vague en France.

Les données épidémiologiques de l’épidémie de la covid-19 se stabilisent à l’échelle régionale. Mais le système hospitalier est toujours sous pression. Et la Bourgogne-Franche-Comté est toujours l’un des territoires les plus touchés par cette seconde vague en France.

Un signe d’espoir. Le taux d’incidence. Il était de 540 pour 100 000 habitants à l’échelle de la Bourgogne-Franche-Comté, vendredi dernier. Il est de 542 ce vendredi 13 novembre au soir, selon le dernier bulletin de l’agence régionale de santé (ARS). Le taux de positivité est passé de 22,3 % 21,7 %. Un demi-point en moins. Dans le Territoire de Belfort, le taux d’incidence continue de croître, par contre, de 437 à 485. Et le taux de positivité est passé de 18,5 %à 19,4 %. De fait, « le niveau de circulation du coronavirus reste très élevé en Bourgogne-Franche-Comté, la région faisant partie des plus durement touchées par cette deuxième vague, juste derrière Auvergne-Rhône-Alpes », indique l’ARS dans son bulletin hebdomadaire.

2 236 décès

Les hôpitaux de la région prennent en charge 1 751 personnes atteintes de la covid-19, dont 235 en réanimation. « Le niveau du pic de la première vague est d’ores et déjà dépassé (de près de 370 patients) alors que le flux des entrées à l’hôpital ne faiblit pas », tempère l’ARS. Selon la préfecture du Territoire de Belfort, 145 patients sont hospitalisés à l’hôpital Nord-Franche-Comté pour la covid-19, dont 23 en réanimation.

« Pour prévenir la saturation des services de réanimation comme de médecine, différentes actions sont mises en œuvre dont des transferts de patients au sein de la région, près de 160 depuis octobre en particulier depuis la Saône-et-Loire et le Jura. Des transferts de patients hors de la région sont par ailleurs organisés depuis le 12 novembre : 4 patients transférés hier de Dijon et Besançon vers des établissements de Nancy, 4 personnes transférées ce jour de Dijon, Auxerre et Mâcon vers des établissements de Strasbourg », détaille l’ARS.  

L’agence régionale de santé rappelle également que le pic n’est toujours pas franchit. 2 236 personnes ont déjà perdu la vie à cause de cette épidémie en Bourgogne-Franche-Comté, dont 1 501 en établissements hospitaliers et 835 en établissements médico-sociaux. En France, 42 960 personnes sont mortes depuis le début de la pandémie.

PUB
Ceci vous intéressera aussi
L’inquiétude de l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté à la veille du Nouvel An

Alors que la situation est « très défavorable », l'agence régionale se montre inquiète lors de son bilan mensuel et appelle à Lire l'article

Le docteur Mohamed Si Abdallah nommé directeur adjoint de l’ARS
Le docteur Mohamed Si Abdallah, nommé directeur général adjoint de l'agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté.

Le docteur Mohamed Si Abdallah, directeur général adjoint de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté. | ©ARS BFC Le docteur Mohamed Si Abdallah a Lire l'article

14 000 doses de vaccin Moderna arrivent à Besançon, Dijon et Lons-le-Saunier
14 000 doses de vaccin Moderna et 30 000 doses de vaccin Pfizer sont livrées cette semaine, selon l'ARS. Image par Willfried Wende de Pixabay 

L'ARS de Bourgogne Franche-Comté annonce l'arrivée du vaccin Moderna, validé en fin de semaine dernière, dans la région cette semaine. Lire l'article

Covid-19: la Bourgogne-Franche-Comté semble avoir évité le risque de flambée après les fêtes

v Les données de l'ARS sur l'évolution de l'épidémie en Bourgogne-Franche-Comté.| DR Pas d'explosion du nombre de cas, et baisse Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut