Covid-19: cinq évacuations de patients par hélicoptère depuis le Grand Est

StudioKlick de Pixabay Hélicoptère NH90

L’implication de l’Armée se confirme ce week-end, avec l’engagement d’Hélicoptères pour évacuer des malades de Metz, Mulhouse, dans la région Grand Est, mais aussi de Vesoul.

(AFP)

L’implication de l’Armée se confirme ce week-end, avec l’engagement d’hélicoptères pour évacuer des malades de Metz, Mulhouse, dans la région Grand Est, mais aussi de Vesoul.

Un hélicoptère de l’armée française a de nouveau transféré dimanche deux malades du coronavirus de Metz vers un hôpital en Allemagne, portant à cinq le nombre d’évacuations depuis l’est de la France par des hélicoptères militaires ce week-end, a-t-on appris de sources concordantes. Deux patients ont été installés par des équipes de soignants en blouses ou combinaisons blanches dans un NH90 Caïman, posé sur un parking, en contrebas du centre hospitalier régional (CHR) de Metz, ont constaté des journalistes de l‘AFP.

L’appareil, du 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg (Moselle), a décollé à 13 h 45 pour rejoindre l’hôpital d’Essen (ouest de l’Allemagne). Une première évacuation avait déjà été effectuée dans les mêmes conditions la veille. Selon le CHR de Metz, d’autres transferts seront « fort probablement » organisés par des moyens militaires dans les prochains jours.

Une évacuation de Vesoul à Clermont-Ferrand

« Les NH90 continuent leurs rotations entre les hôpitaux du Grand Est et des zones moins touchées par le covid-19. Ce matin, c’est en direction de Grenoble que deux patients en réanimation ont été évacués », a twitté l’état-major des Armées. Selon son porte-parole, le colonel Frédéric Barbry, l’appareil était en provenance de Besançon.

Au total, dix malades du Covid-19 ont été évacués depuis samedi par des hélicoptères de l’armée française dans le cadre de l’opération Résilience, annoncée mercredi par Emmanuel Macron.  Outre le premier vol entre Metz et Essen samedi, des NH90 avaient également évacué le même jour des patients de Mulhouse à Genève dans l’après-midi et de Vesoul à Clermont-Ferrand en soirée, a indiqué l’état-major des Armées dans un communiqué. La soute des appareils a été « configurée (pour) accueillir deux patients en réanimation » qui sont « accompagnés pendant le transfert par des équipes du Samu », a précisé l’état-major.

Avant d’engager des hélicoptères, l’armée française avait déjà participé à quatre reprises depuis mi-mars au transfert de malades du Grand Est vers d’autres régions moins touchées par l’épidémie, à bord d’un Airbus A330 de l’armée de l’air équipé du dispositif d’évacuations sanitaires Morphée. Pour désengorger les hôpitaux du Grand Est, l’une des régions les plus touchées par l’épidémie, des transferts de patients par voie aérienne, terrestre et ferroviaire sont réalisés depuis plusieurs jours. Dimanche, deux trains médicalisés avec 36 patients à bord ont quitté Nancy et Mulhouse pour la Nouvelle-Aquitaine. En Bourgogne-Franche-Comté, 50 évacuations étaient programmées ce week-end.

Ceci vous intéressera aussi
Belfort : un nouvel espace au commissariat pour « garantir la dignité » des victimes de violences
Le commissariat de police de Belfort a aménagé un nouvel espace pour accueillir les victimes de violences graves, notamment les femmes, particulièrement touchées par les violences conjugales.

Le commissariat de police de Belfort a aménagé un nouvel espace pour accueillir les victimes de violences graves, notamment les Lire l'article

Covid-19 : les restaurants de Suisse romande rouvrent à partir du 10 décembre

Les gouvernements des cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg, Genève  et Jura ont décidé conjointement la réouverture des restaurants dès le Lire l'article

Belfort : six mois avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet
Tribunal de Belfort / palais justice / tribunal judiciaire

Une restauratrice a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet du Lire l'article

Covid-19 : « Nous ne sommes pas déconfinés », met en garde l’hôpital

Si la situation sanitaire s’améliore, la pression reste importante sur l’hôpital Nord-Franche-Comté. L’assouplissement du confinement inquiète les soignants. Une balade Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut