Covid-19 : 90% des personnes hospitalisées ont 60 ans ou plus

Les personnes âgées sont particulièrement touchées par les formes graves du covid-19. Image par Sabine van Erp de Pixabay

L’âge joue fortement dans le développement grave du nouveau coronavirus. Et l’hypertension, le surpoids, les problèmes cardiaques et pulmonaires agravent encore l’évolution de la maladie.

L’âge joue fortement dans le développement grave du nouveau coronavirus. Et l’hypertension, le surpoids, les problèmes cardiaques et pulmonaires agravent encore l’évolution de la maladie.

L’ARS Bourgogne Franche-Comté insiste dans son bilan du 8 mai sur les précautions particulières à prendre vis-à-vis des personnes âgées et des personnes présentant des facteurs aggravants. Pour cela, elle s’appuie sur
« A la date du 5 mai, la majorité des personnes hospitalisées ont 60 ans ou plus (90 %) et près de 70 % des patients placés en réanimation ont entre 60 et 89 ans », relève ainsi l’ARS. « 85 % des patients admis en réanimation présentent des facteurs de risque de sévérité : les plus fréquemment observés sont l’hypertension artérielle, le surpoids et l’obésité, le diabète et les pathologies cardiaques ou pulmonaires. Parmi les cas décédés, 86 % présentaient une comorbidité et 92 % avaient 75 ans et plus . »

L’ARS souligne également un ralentissement de l’épidémie. « Le dernier Point épidémiologique de Santé publique France , indique que depuis la semaine du 27 avril, et pour la 5e semaine consécutive, l’activité en ville et aux urgences pour suspicion de covid-19 est en diminution, confirmant un ralentissement de la circulation du virus dans la population générale sous l’effet des mesures de confinement exceptionnelles. A l’hôpital, la tendance à la diminution du nombre de nouvelles admissions est constatée depuis le 2 avril et surtout depuis le 22 avril, avec un nombre de nouvelles admissions quotidiennes qui fluctue entre 70 et 35 cas. »

L’ARS en conclut que « l’épidémie de covid-19 confirme sa lente décrue dans notre région, avec à nouveau une baisse significative du nombre de patients hospitalisés et une augmentation sensible du nombre de patients sortis d’hospitalisation. La diminution du nombre de patients admis en réanimation a toutefois tendance à marquer le pas au moment où les mesures de déconfinement vont se mettre en place. Le respect des mesures de précaution (gestes barrière, distanciation sociale, port du masque dans certaines situations) sera crucial pour prévenir tout risque de reprise de l’épidémie et de mise en tension du système de santé. »
« Au 5 mai, constate également l’ARS, ce sont les établissements de Côte-d’Or, de Saône-et-Loire, du Doubs et du Territoire de Belfort qui accueillent le plus de malades (avec pour l’hôpital nord Franche-Comté l’accueil de patients issus de l’ensemble du pôle métropolitain nord franc comtois).
Dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées, où sont désormais pratiqués des tests à grande échelle, le nombre de nouveaux signalements et de décès déclarés diminue également. Sur la période du 1er mars au 4 mai, un total de 3286 cas de covid-19 (confirmés ou possibles) ont été signalés dans ces établissements. Sur cette même période, 121 personnes sont décédées à l’hôpital et 621 en établissement. A noter : le taux d’hospitalisation des résidents d’Ehpad atteints de covid-19 avéré ou de symptômes évocateurs, sur la période du 1er mars au 4 mai, est en moyenne de 12 % au niveau régional. »

Les chiffres du jour

Les chiffres pour ce vendredi 8 mai;

  • 1 011 hospitalisations en Bourgogne-Franche-Comté pour des formes graves de covid-19 (1 049 hier ; – 38)
  • 115 des 1011 personnes hospitalisées le sont dans les services de réanimation de la région (112 hier ; + 3)
  • 914 décès sont recensés en établissements de santé (906 hier : +8)
  • 2 764 personnes sont sorties d’hospitalisation (2702 ; +62)
Défilement vers le haut