Coupe-file soignants et commandes sur Facebook aux Coupons d’Alsace

Les 4 boutiques des Coupons d'Alsace ont rouvert le 27 avril.

Depuis la réouverture de ses magasins, fin avril, Les Coupons d’Alsace enregistrent des records de fréquentation. L’entreprise met en place un service de coupe-file pour les soignants.

Depuis la réouverture de ses magasins, fin avril, Les Coupons d’Alsace enregistrent des records de fréquentation. L’entreprise met en place un service de coupe-file pour les soignants.

Depuis le 27 avril, les quatre magasins (3 dans le nord Franche-Comté à Belfort, Montbéliard et Audincourt) des Coupons d’Alsace sont ouverts. Et ne désemplissent pas. « Dès les premiers jours, des records de fréquentation ont été́ observés pour s’équiper en masques avant le 11 mai. Les visiteurs se composent aussi bien de couturières solidaires mobilisées pour équiper la population en masques barrières artisanaux, que de couturiers et couturières novices qui profitent du confinement pour se lancer et se découvrir des nouveaux talents. La demande en machines à coudre débutant a d’ailleurs explosé en peu de temps », constate l’entreprise familiale, créée en 1930 à Belfort, dans un communiqué.

Tissus 100 % coton, élastique, fil et aiguilles…

La vente mensuelle habituelle, aux particuliers, d’élastique se situe entre 800 et 1 200 mètres pour les 4 magasins. Depuis le 29 avril, elle est de 12 000 à 16 000 mètres par jour ! Les volumes hebdomadaires de tissus en coton ont été, eux, multipliés par au moins 50 indiquent Les Coupons d’Alsace. Les quatre principaux produits recherchés sont l’élastique, les bobines de fil, les aiguilles pour remplacer celles des machines à coudre et le tissus 100 % coton « avec des motifs ultra colorés de calaveras, ces fameuses têtes de mort mexicaines ». « Certains souhaitent porter leur masque de façon sobre en prenant de l’uni, quand d’autres sont en quête de fantaisie pour amenuiser son côté́ anxiogène », observe l’entreprise dans son communiqué.

Coupe-file pour les soignants

L’entreprise avait donné son stock de tissus, élastiques et biais pour confectionner des masques aux personnels soignants. Elle est approvisionnée depuis le 29 avril et il n’y a pas de rupture de stock. « Ce commerce de proximité́ a refusé de reporter l’inflation en maintenant ses prix au plus bas, afin que le prix ne soit pas un frein pour s’équiper », s’engage-t-il également.

La réouverture est conditionnée par la mise en place d’un protocole sanitaire. Parfois, il faut patienter 15 minutes à l’extérieur pour accéder au magasin. « Parce que c’est un temps de trop pour les professionnels de santé et les personnes vulnérables, les Coupons d’Alsace ont instauré́ Prem’s. » C’est un coupe-file pour ces publics.  Un service qui doit perdurer par la suite. Il est aussi proposé de préparer les commandes sur des produits courants, après commande via la page Facebook des Coupons d’Alsace, et de les retirer ensuite en magasin. Ce service fonctionne si on sait précisément ce que l’on veut. Une adaptation au contexte en l’absence d’e-shop.

Ceci vous intéressera aussi
Olivier Véran : « un bel hôpital, flambant neuf et ultra moderne »

Olivier Véran, ministre des Solidarité et de la Santé, a inauguré ce vendredi matin l’hôpital Nord-Franche-Comté, près de 4 ans Lire l'article

Covid-19 : « Une aggravation de la situation », selon l’hôpital Nord-Franche-Comté

Depuis ce mardi 27 octobre, l’hôpital Nord-Franche-Comté a réactivé son plan Blanc, lui permettant de prendre des mesures pour faire Lire l'article

Covid-19 : visites restreintes à l’hôpital Nord-Franche-Comté

Les visites sont restreintes à l'hôpital Nord-Franche-Comté, pour gérer l'épidémie de la covid-19. | ©Le Trois – TQ Pour faire face Lire l'article

« Un cercle sans fin » : le témoignage d’une infirmière de l’hôpital Nord-Franche-Comté
Claire est infirmière en maladie infectieuse et en première ligne sur la covid-19 à l'hôpital Nord-Franche-Comté.

Colère. Incompréhension. Fatigue. Au cœur de cette seconde vague, les soignants font fronts, encore et toujours, mais marquent le pas. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut