Coronavirus : les entreprises dans le monde durement touchées [repères]

Les annonces qui tombent en rafale ces derniers jours ne laissent aucun doute: les entreprises mondiales sont durement touchées par les conséquences de la pandémie de coronavirus, à quelques exceptions près.

Les annonces qui tombent en rafale ces derniers jours ne laissent aucun doute : les entreprises mondiales sont durement touchées par les conséquences de la pandémie de coronavirus, à quelques exceptions près.

Jean-Louis Doublet – AFP

Les annonces qui tombent en rafale ces derniers jours ne laissent aucun doute : les entreprises mondiales sont durement touchées par les conséquences de la pandémie de coronavirus, à quelques exceptions près. La « saison des résultats », ces quelques semaines pendant lesquelles les entreprises dévoilent leurs bilans des trois premiers mois de l’année, bat son plein. Jusqu’ici, elle a un grand gagnant : Netflix, avec 15,8 millions de nouveaux abonnés de janvier à mars, profite à plein du confinement. Mais le groupe américain reconnait que cette hausse pourrait n’être que temporaire. Ailleurs, le tableau est sombre.

Automobile

Renault et PSA ont vu leurs ventes et leurs chiffre d’affaires chuter considérablement, alors que la relance de leurs usines s’amorce à peine. Les groupes allemands Volkswagen et Daimler ont vu leurs bénéfices opérationnels s’effondrer, de respectivement 80 % et 78 %. L’Américain Ford s’attend à une perte trimestrielle de 2 milliards de dollars. Si l’équipementier automobile français Plastic Omnium a résisté à la crise du coronavirus au premier trimestre, il prévoit « une forte décroissance » entre avril et juin.

Alimentation – Boissons

Les ventes du numéro deux mondial des vins et spiritueux Pernod Ricard ont plongé de 14,5%, faute notamment de pouvoir écouler ses produits dans les aéroports désormais désertés. Le brasseur néerlandais Heineken a subi une baisse de 68,5% de son bénéfice net. Son compatriote Unilever, (Knorr, Lipton, Dove ou encore Magnum) est parvenu a faire très légèrement progresser son chiffre d’affaires grâce aux ménages qui ont fait des stocks, mais souffre de la fermeture des restaurants et points de vente hors domicile. Le groupe alimentaire Danone a résisté à la tourmente au premier trimestre, grâce à la ruée sur les yaourts et le lait infantile.

Tourisme – hôtellerie – restauration

Le géant français de l’hôtellerie Accor a fait état d’un chiffre d’affaires en baisse de 17% après la fermeture les deux tiers de ses 5 000 hôtels dans le monde. Celui de la restauration Sodexo s’attend à un « impact significatif » de la pandémie sur ses résultats. Le groupe allemand TUI, numéro un mondial du tourisme, a signé un prêt relais de 1,8 milliard d’euros, garanti par l’État allemand, pour faire face à l’arrêt de ses activités.

Compagnies aériennes

L’Association internationale du transport aérien (Iata) chiffre à 314 milliards de dollars la baisse de leur chiffre d’affaires en 2020. Le directeur général d’Air France-KLM Benjamin Smith a prévenu que le soutien des États français et néerlandais sera « indispensable » pour que le groupe se relève. Japan Airlines a abaissé de près de moitié ses prévisions annuelles et son concurrent ANA prévoit un bénéfice net en baisse de 75%. Austrian Airlines a annoncé qu’elle allait se séparer du quart de ses avions. Ethiopian Airlines, la première compagnie africaine, se bat « pour sa survie ». Et Virgin Australia s’est déclarée en cessation de paiements, devenant la première grande compagnie aérienne à s’effondrer sous le choc de l’épidémie de coronavirus.

Banques

Les grandes banques américaines ont commencé à faire d’importantes réserves pour faire face à une flambée attendue des impayés. David Solomon, PDG de Goldman Sachs, conseille aux clients de la firme « de se préparer au pire ». Bank of America a « provisionné » 4,8 milliards de dollars, dont 1,1 milliard de dollars pour des prêts non remboursés par des entreprises. Citigroup a observé une chute de 30% des dépenses réalisées avec ses cartes bancaires.

Luxe

Les dirigeants de LVMH, dont Bernard Arnault, ont déjà annoncé qu’ils allaient renoncer à une partie de leur salaire face à la crise liée au coronavirus, qui aura un impact sur l’ensemble de l’exercice malgré un début de reprise en Chine. Le groupe rival Hermès a annoncé que ses ventes seront « fortement impactées » au deuxième trimestre mais reste « confiant » sur sa « résilience » et annonce des tendances favorables en Chine continentale où les magasins ont rouvert. Kering (Gucci, Saint Laurent, Balenciaga, Bottega Veneta…) se montre également « confiant » mais a subi une baisse de plus de 15% de son chiffre d’affaires au 1er trimestre.

Ceci vous intéressera aussi
Alain Fousseret, l’écologie en partage

C’est un pionnier de l’écologie politique qui s’en est allé subitement. Alain Fousseret, ancien vice-président du conseil régional Franche-Comté, est Lire l’article

La pive, cette monnaie locale qui se développe dans le Territoire de Belfort

Redonner du sens à l’économie. Promouvoir une économie locale et circulaire. C’est le but de la pive, une monnaie locale Lire l’article

Les Fake news : la construction d’une autre réalité [vidéo]

Les Fake news inondent nos réseaux à une échelle jamais vu et avec une rapidité qu’il est très difficile de Lire l’article

40 communes du nord Franche-Comté ont un fort potentiel radon dans leur habitat

Le pôle métropolitain, après une étude de l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, propose aux communes potentiellement soumises à Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal