Confinement : le préfet du Doubs attaque l’arrêté de Martial Bourquin sur l’ouverture des commerces

La préfecture du Doubs a saisi le tribunal administratif de Besançon pour faire annuler l’arrêté municipal pris par le maire d’Audincourt, Martial Bourquin (notre article), pour autoriser l’ouverture des commerces, même non-essentiels.

La préfecture du Doubs a saisi le tribunal administratif de Besançon pour faire annuler l’arrêté municipal pris par le maire d’Audincourt, Martial Bourquin (notre article), pour autoriser l’ouverture des commerces, même non-essentiels.

Martial Bourquin, maire d’Audincourt, a pris ce samedi 31 octobre un arrêté autorisant l’ouverture des commerces non-essentiels, pour lutter contre « la rupture d’égalité de traitement entre commerçants ». « Il est immédiatement apparu au préfet du Doubs que cet arrêté a été pris en méconnaissance des dispositions du décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020, prescrivant des mesures générales pour faire face à la crise sanitaire », indique la préfecture du Doubs dans un communiqué de presse. Selon la préfecture, « en autorisant l’ouverture de l’ensemble des commerces de sa commune, le maire d’Audincourt a entaché son arrêté d’un excès de pouvoir ».

« Situation sanitaire préoccupante »

La préfecture du Doubs a saisi le tribunal administratif du Doubs en vue de l’annulation de l’arrêté. « En tout état de cause, les forces de sécurité intérieures ont reçu des consignes de fermeté pour faire respecter de façon immédiate les dispositions du décret du 29 octobre 2020 », indique également la préfecture, rappelant ainsi aux commerces l’interdiction d’accueillir du public. « A l’heure où notre département connaît une situation sanitaire très préoccupante, il est plus que jamais, nécessaire de veiller à la bonne application des mesures sanitaires destinées à entraver la circulation du virus », écrit-elle finalement.

En fin d’après-midi, l’agence régionale de santé a  diffusé auprès des rédactions un communiqué de presse véhément à l’encontre des élus qui ont pris ce type d’arrêtés municipaux (notre article). « L’ARS déplore qu’en ce deuxième jour de confinement, le débat public soit presque exclusivement saturé de polémiques consternantes à la faveur de quelques arrêtés municipaux manifestement aussi clientélistes qu’illégaux, au risque de perdre de vue l’enjeu vital que constitue la réussite du confinement », écrivait-elle

Ceci vous intéressera aussi
338 armes récupérées dans le Territoire de Belfort

L’opération d’abandon d’armes à l’État a été fructueuse dans le Territoire de Belfort. Plus de 300 armes et près de Lire l’article

En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal