Bourgogne-Franche-Comté: « le combat loin d’être terminé » (Dufay, PS)

La présidente sortante arrive en tête au soir du premier tour. Elle indique vouloir « rassembler les forces de gauche ».

(AFP)

La présidente sortante arrive en tête au soir du premier tour. Elle indique vouloir « rassembler les forces de gauche ».

« Le combat est loin, loin d’être terminé », a averti la présidente socialiste sortante de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, malgré sa position en tête au premier tour des régionales, devant le RN. « Le combat est loin, loin d’être terminé. Le poids de cette abstention engendre une incertitude très forte » au second tour, dimanche prochain, a estimé la tête de liste PS-PCF-PRG.
Selon les résultats officiels sur près de 92% de bulletins saisis, Mme Dufay arrive en tête du premier tour, avec 26,32% des voix contre 23,73% pour le RN Julien Odoul, pourtant donné gagnant par l’ensemble des sondages d’avant le scrutin.
« Je pressentais cette gifle de l’abstention », qui a atteint « 64,57% dans la région », a ajouté Mme Dufay, se disant « en recherche d’une alliance avec (sa) famille de gauche ».
La présidente sortante avait à plusieurs reprises, avant le premier tour, évoqué sa volonté de faire alliance avec la liste EELV de Stéphanie Modde (10,28% selon les résultats partiels) et la tête de liste d’extrême gauche Bastien Faudot (4,40%).

Décision demain matin pour LREM

« Réveillez-vous », a pour sa part scandé Julien Odoul lors d’une conférence de presse à Dijon. « La victoire est possible dimanche, c’est vous qui allez la construire. J’appelle les électeurs républicains à faire barrage à la gauche. J’appelle les électeurs LR à se rassembler derrière ma candidature », a-t-il ajouté, assurant qu‘ »une abstention est une voix pour Macron ».
Selon les résultats partiels, le candidat LR Gilles Platret, qui a fait alliance notamment avec Debout la France, se classe troisième, avec près de 21%.
La tête de liste LREM, le maire de Nevers Denis Thuriot, arrivé quatrième avec 11,64% selon les résultats partiels, a indiqué qu’il « prendrait (sa) décision au plus tard demain matin » quant à sa stratégie de second tour.
Le candidat marcheur a nié que son faible score soit dû à un vote contre Emmanuel Macron. « Ce n’est pas un rejet du président de la République. Ce n’est pas un rejet du gouvernement », a-t-il assuré.

Ceci vous intéressera aussi
Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Voitures neuves : quatrième mois de rebond en novembre

Les ventes de voitures neuves ont poursuivi leur léger rebond en novembre, pour le quatrième mois consécutif, et devraient s'approcher Lire l’article

Belfort : des températures de 3,45 °C au-dessus des normales à l’été 2022

Le comité interdépartemental de la ressource en eau du bassin de l’Allan a tiré le bilan de la sécheresse de Lire l’article

Sochaux : négociations salariales à haut risque pour Stellantis

Les négociations salariales obligatoires débutent ce jeudi 1er décembre, à Stellantis. Les attentes des salariés sont énormes, notamment avec les Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal