Besançon: un policier grièvement blessé lors d’une intervention pour un rodéo urbain

Un jeune homme de 23 ans a été mis en examen et écroué jeudi à Besançon après avoir vendu de l'héroïne particulièrement pure à une femme de 48 ans décédée d'une overdose, a annoncé lundi le procureur de Besançon.

La victime a été opérée pendant plusieurs heures, mais elle n’est pas sûre de retrouver l’usage intégral de ses jambes.

(AFP)

La victime a été opérée pendant plusieurs heures, mais elle n’est pas sûre de retrouver l’usage intégral de ses jambes.

Un policier de 38 ans a été grièvement blessé par un scooter dans la nuit de jeudi à vendredi à Besançon, alors qu’il intervenait pour faire stopper un rodéo urbain, a-t-on appris de source policière. Sollicitée par des riverains en raison d’un rodéo urbain de deux-roues, la brigade anti-criminalité (BAC) de Besançon est intervenue vers 1 h du matin dans le quartier Saint-Claude de Besançon.
Les policiers sont descendus de leur véhicule et ils ont été visés par des tirs de mortier, avant qu’un « scooter monté par un ou deux individus, possiblement cagoulés, se dirige délibérément vers eux », a expliqué à l’AFP le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) du Doubs, Yves Cellier.
« Les policiers se sont écartés, mais trop tard et l’un d’eux a été percuté », a-t-il ajouté. La victime a été transportée au centre hospitalier universitaire de Besançon où elle a été opérée durant plusieurs heures. Selon le DDSP du Doubs, le policier « souffre de blessures sérieuses aux membres inférieurs et il existe une inquiétude sur la possibilité qu’il retrouve l’intégral usage de ses jambes ».
L’enquête ouverte pour « violences volontaires aggravées » sur un policier et avec arme par destination, en l’occurrence le scooter, a été confiée à la sûreté départementale. « J’ai demandé qu’on s’implique particulièrement sur ce dossier. Il n’est pas question que dans cette ville je laisse penser qu’on puisse s’en prendre de cette manière à des policiers sans en rendre compte », a déclaré Yves Cellier. « Les policiers ont des devoirs particuliers, mais ils bénéficient aussi d’une protection particulière », a-t-il souligné.

Ceci vous intéressera aussi
« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Défilement vers le haut