Besançon: l’incendie qui visait la voiture du député Eric Alauzet a raté sa cible

Eric Alauzet (Photo profil Facebook).

Un collectif anarchiste revendique la destruction de la voiture du député LREM du Doubs. En fait, ce sont deux autres voitures qui ont été détruites.

(AFP)

Un collectif anarchiste revendique la destruction de la voiture du député LREM du Doubs. En fait, ce sont deux autres voitures qui ont été détruites.

Une enquête a été ouverte après l’incendie de deux véhicules, revendiqué par un collectif anarchiste qui dit avoir ciblé la voiture du député LREM du Doubs Eric Alauzet mais a manqué sa cible, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.
L’acte, commis dans la nuit de vendredi à samedi, a été explicitement revendiqué samedi sur un blog anarchiste baptisé « Attaque », qui dit avoir « mis le feu » à la voiture du député, candidat aux municipales à Besançon. Deux véhicules ont bien été incendiés dans un parking où M. Alauzet « avait l’habitude de garer sa voiture », mais cette dernière n’a pas été endommagée, selon le parquet de Besançon.
Une enquête pour « dégradations par incendie » a été confiée à la police judiciaire de Besançon qui va « creuser » la piste de ce blog anarchiste, « sans fermer d’autres portes », a-t-on ajouté. « On s’est payé une petite visite (…) là où se trouve le domicile et le cabinet de médecin du député en marche Eric Alauzet », indique un communiqué diffusé samedi sur le blog « Attaque ». « Après avoir réussi à pénétrer sur le parking de la copropriété, on a mis le feu à sa voiture personnelle », écrivent le ou les auteurs, semblant ignorer que l’acte a manqué sa cible.
« Je ne sais pas s’ils se sont trompés ou s’ils s’en fichaient: ils voulaient intimider », a déclaré à France Bleu Besançon M. Alauzet, qui n’était pas joignable dans l’immédiat. « Je suis révolté (…) c’est un épisode gravissime après toute une séquence de un an où j’ai subi des insultes » et des « intimidations », a dit à France 3 Bourgogne-Franche-Comté le député qui, avec 18% des voix, est arrivé en troisième position à l’issue du premier tour des municipales, devancé par l’écologiste Anne Vignot (30%) et le LR Ludovic Fagaut (25%). Tout deux ont condamné l’acte visant Eric Alauzet. « L’intimidation des élus et des candidats n’a pas sa place en démocratie », a réagi Anne Vignot, tandis que Ludovic Fagaut a condamné un acte « particulièrement choquant et inquiétant ».

Ce dimanche, plusieurs ténors de la majorité ont apporté leur soutien au député du Doubs, condamnant l’acte le visant. « Toute ma solidarité à notre collègue @ericalauzet », a déclaré sur Twitter le président LREM de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. « Les actes de violence et d’intimidation à l’égard d’un élu de la République sont intolérables et doivent être condamnés par tous ».
« Tout mon soutien cher @ericalauzet face à ces intimidations. C’est intolérable », a tweeté de son côté le patron de LREM, Stanislas Guerini. « Rien ne justifie de tels actes criminels« , a renchéri Jean-Louis Fousseret, le maire LREM de Besançon.
Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a lui aussi dénoncé cet « incendie volontaire » ainsi que « sa revendication ». « Une instruction de vigilance renforcée concernant l’ensemble des parlementaires » a été donnée aux forces de l’ordre du Doubs, a-t-il ajouté dans un communiqué.

Ceci vous intéressera aussi
Doubs : 5 membres de la famille de la jeune Bosniaque tondue expulsés vers Sarajevo
Les parents de la jeune Bosniaque tondue ont été expulsés.

Condamnés hier vendredi en première instance, les parents de la jeune femme ont été expulsés ce samedi matin. Les parents Lire l'article

Relaxe disciplinaire confirmée en appel pour l’avocat de Jonathann Daval
Me Randall Schwerdorffer

Me Randall Schwerdorffer était accusé de violation du secret professionnel. Me Randall Schwerdorffer| © photo profil Facebook (AFP) Me Randall Lire l'article

Besançon: un automobiliste condamné pour avoir délibérément percuté la terrasse d’un bar
Justice

Un automobiliste de 46 ans qui avait percuté la terrasse d'un bar en septembre à Besançon, sans faire de blessé, Lire l'article

Besançon : manifestation contre la « marchandisation » de la santé
Les manifestatnts réclamaient des moyens pour l'hôpital.

Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut