Besançon: la maire écologiste interdit le transit poids lourd sur le principal axe de la ville

La maire écologiste de Besançon interdit le transit des camions sur certains axes; Image par GREGOR de Pixabay

Selon une association de riverains, 2000 camions circulent sur la RN57 désormais interdite au transit des poids lourds, ainsi que deux départementales et trois boulevards.

(AFP)

Selon une association de riverains, 2000 camions circulent sur la RN57 désormais interdite au transit des poids lourds, ainsi que deux départementales et trois boulevards.

La maire écologiste de Besançon, Anne Vignot, a pris mardi un arrêté interdisant la circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes sur la RN57, qui traverse la ville, en mettant en avant les « risques » et les « nuisances » engendrés par le transit des camions. « Nous souffrons énormément du transit poids lourd qui ne fait qu’augmenter, avec des camions, à la fois de très grand tonnage et de tonnage plus faible, qui sont à la queue leu leu, y compris le samedi, et qui dégradent la qualité de vie », a déclaré Anne Vignot.
Selon l’association de riverains « Bonne route », 2.000 camions circulent quotidiennement sur cet axe. « Ces véhicules participent à la saturation de l’entrée et de la traversée de la ville », a ajouté l’élue, pointant le fait que la RN57, route reliant le nord et le sud de Besançon en contournant le centre historique par l’ouest, passe de quatre à deux voies en entrant dans la ville, la deuxième plus grande de la région Bourgogne Franche-Comté. Plusieurs autres axes routiers, deux routes départementales et trois boulevards, sont également concernés par l’interdiction du transit des poids lourds.
Dans son arrêté, consulté par l’AFP, la maire estime que le trafic des camions « présente des risques importants » pour les piétons et les cyclistes, « occasionne des nuisances sonores » ainsi que des « nuisances environnementales » affectant « la santé et la qualité de vie des riverains ». Elle met en avant l’existence d’une « alternative économiquement raisonnable » offerte par « les autoroutes A36 et A39 », qui contournent la ville par l’ouest au prix d’un détour d’une vingtaine de kilomètres au minimum.
« Nous avons aussi une ligne ferroviaire, de Besançon au Locle (en Suisse, ndlr), qui pourrait servir pour délester pas mal de transit », a souligné Mme Vignot, déplorant « le très grand retard que nous avons, en France, dans le fret ferroviaire. Nous avons besoin de trouver des alternatives pour tout ce transport qui n’a pas de bénéfice pour le territoire, mais qui fait porter ses nuisances aux habitants », a-t-elle complété, s’interrogeant sur la « cohérence de la politique nationale » de transport.

Ceci vous intéressera aussi
Affaire Narumi : le Chilien Nicolas Zepeda sera jugé en mars 2022
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Le Chilien Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné en 2016 à Besançon Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans dont Lire l'article

Me Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval, livre son récit de l’affaire
Me Randall Schwerdorffer

Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval, condamné pour le meurtre de sa femme Alexia, livre son récit et son Lire l'article

Pour Gala Avanzi, soutien-gorge ne rime pas avec obligation

Trop petite, trop grosse, trop décolletée, trop rembourrée, trop découverte ou trop cachée, la poitrine est au cœur de l’essai Lire l'article

Besançon : un automobiliste ivre grille un feu rouge à 140 km/h et tue une infirmière

Un jeune automobiliste fortement alcoolisé a mortellement percuté, le 19 septembre, une infirmière en franchissant à 140 km/h un feu Lire l'article

Défilement vers le haut