Besançon : enquête ouverte après des dénonciations de « violences sexuelles » à l’école des Beaux-Arts

Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Une enquête a été ouverte après que des élèves de l’école des Beaux-Arts de Besançon ont dénoncé des « violences sexuelles » sur une page Facebook intitulée « Balancetonecoledart », a-t-on appris mardi auprès du parquet.

(AFP)

Une enquête a été ouverte après que des élèves de l’école des Beaux-Arts de Besançon ont dénoncé des « violences sexuelles » sur une page Facebook intitulée « Balancetonecoledart », a-t-on appris mardi auprès du parquet.

Sur leur page Facebook siglée d’un porc rose embroché sur fond noir, qui fait écho au mouvement « Balance ton porc », un groupe d’étudiants de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts (ISBA) de Besançon dénonce des faits de harcèlement ou d’agressions sexuelles commises, selon eux, par des « professeurs » et des « membres de l’équipe administrative », notamment pendant des soirées alcoolisées. Une plainte a été déposée par un étudiant, « il y a une dizaine de jours », auprès du commissariat de Besançon, a-t-on appris de source policière. « Une enquête est en cours.

Au vu des éléments qu’on nous donne, on reste prudent, les investigations se poursuivent », a-t-on précisé. « La justice ne peut pas se baser sur des propos publiés sur les réseaux sociaux, il faut des dépositions devant les enquêteurs pour établir la matérialité des faits », a souligné auprès de l’AFP le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux. Il invite « toute personnes qui aurait subi ou été témoin de faits de cette nature à venir en faire une déposition au commissariat ».

« Des investigations seront ensuite menées à charge et à décharge, puis une audition du ou des mis en causes sera effectuée, de manière contradictoire », poursuit M. Manteaux. Selon la maire de Besançon, Anne Vignot (EELV), « ces témoignages, s’ils sont confirmés, sont à prendre très au sérieux. Si des faits graves étaient avérés, ils ne pourraient rester impunis ». Une enquête administrative interne a été diligentée par la ville de Besançon pour examiner le fonctionnement de l’ISBA et « permettre de libérer la parole, si c’est nécessaire ».

Ceci vous intéressera aussi
« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Voitures neuves : quatrième mois de rebond en novembre

Les ventes de voitures neuves ont poursuivi leur léger rebond en novembre, pour le quatrième mois consécutif, et devraient s'approcher Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal