Besançon: 8 ans de prison pour avoir tué un voisin qui se plaignait du bruit

Une altercation entre voisin a mal tourné le soir du 24 janvier 2015 : l’un des deux protagonistes est mort d’un coup de couteau porté par son voisin bruyant.

Un homme de 22 ans a été condamné à 8 ans de prison, ce lundi 18 décembre par la cour d’assises du Doubs, pour avoir tué d’un coup de couteau en plein cœur un voisin qui se plaignait du bruit, en 2015 à Besançon. La victime, un homme de 59 ans, avait été tuée au cours d’une altercation avec l’accusé qui était accompagné de deux frères et plusieurs amis. Le soir du 24 janvier 2015, l’accusé, Kevin Rassouw, passait la soirée dans un appartement du quartier Planoise de Besançon avec ses deux frères, un ami et des copines, quand son voisin du dessous, frappa à sa porte pour se plaindre du bruit.

Le groupe d’amis buvait de l’alcool, fumait du cannabis et écoutait de la musique. Excédé de ce énième tapage nocturne, le quinquagénaire avait prévenu la police et était descendu au pied de l’immeuble pour attendre la patrouille avant de se retrouver nez à nez avec l’un des jeunes. Une altercation avait éclaté et le reste du groupe était descendu à son tour. Emportant un couteau de cuisine, Kevin Rassouw avait planté un unique coup de lame dans le cœur du voisin, qui s’était écroulé quelques mètres plus loin. Reconnu coupable de « violences volontaires suivies de mort sans intention de la donner », Kevin Rassouw, a reconnu au procès être l’auteur de ce coup mortel, et été condamné à 8 ans de prison.

Pour l’avocat général, qui a requis de 9 à 10 ans de réclusion, l’accusé est « descendu au bas de l’immeuble avec un couteau » pour « frapper et faire mal » au voisin. Ses deux frères et un ami, présents avec lui le soir du crime, ont été condamnés à 2 ans avec sursis pour « non-assistance à personne en danger ».

« Oui, il a mis un coup, mais pas un coup pour tuer. Son intention n’était pas de tuer », a martelé son avocate, Me Catherine Bresson, soulignant le « concours de circonstances » à l’origine du crime. « Ce qui a motivé ce geste, c’est la peur » d’un individu qui « ne sait pas comment réagir face à un voisin qui tient deux plaques de fer », a-t-elle assuré.

Selon les avocates de la défense, le quinquagénaire était « excédé » par le bruit et « hors de lui ». Une image catégoriquement contestée par Me Ornella Spatafora, conseil de la famille de la victime, qui a décrit « homme bosseur, serviable, calme et droit' » qui est « mort pour le respect des règles ».

(AFP)

Ceci vous intéressera aussi
« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Défilement vers le haut