Besançon : 10 000 euros pour faire assassiner son mari

Une femme a été interpellée : elle est soupçonnée d'avoir passé un contyrat pour faire assassiner son mari. Image par Klaus Hausmann de Pixabay 

Une infirmière a été mise en examen à Besançon et placée en détention provisoire : elle est soupçonnée d’avoir passé un contrat pour faire assassiner son mari, avec lequel elle est en instance de divorce.

(AFP)

Une infirmière a été mise en examen à Besançon et placée en détention provisoire : elle est soupçonnée d’avoir passé un contrat pour faire assassiner son mari, avec lequel elle est en instance de divorce.

Une femme de 51 ans suspectée d’avoir commandité pour 10 000 euros l’assassinat de son mari, père de ses trois enfants, a été mise en examen et placée en détention provisoire, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Besançon.

Cette infirmière domiciliée à Périgueux a reconnu devant les enquêteurs avoir recruté un homme pour assassiner son mari, « tout en disant n’y avoir jamais cru », a expliqué le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, lors d’une conférence de presse. Le mobile réside dans « une haine terrible accumulée au fil des années contre son mari », avec lequel elle était en instance de divorce dans un contexte très conflictuel, après vingt-cinq ans de vie commune, selon le magistrat.

Le 22 avril, un habitant de Besançon âgé de 55 ans avait déposé plainte : il expliquait alors avoir été contacté par une personne affirmant avoir été recrutée par sa femme pour l’assassiner. L’individu n’avait pas l’intention de le tuer, mais lui proposait des preuves de ce qu’il avançait en échange d’argent.

Le « tueur » vend la mèche

Cet homme de 24 ans et la femme accusée ont été placés sur écoute par les enquêteurs de la police judiciaire de Besançon. « Ces écoutes téléphoniques, ainsi que des mails, ont immédiatement rendu crédible ce scénario », a relevé le procureur. Des écrits manuscrits attribués à la commanditaire présumée et envisageant l’assassinat au mois de juin ont aussi été retrouvés au domicile du jeune homme.

Les investigations ont également permis de mettre en évidence qu’un contrat d’un montant de 10 000 euros avait en effet été passé entre ces deux personnes, qui s’étaient rencontrées dans un club de vacances du sud de l’Italie, près de Naples. En garde à vue, le jeune homme a expliqué avoir reçu de l’argent en liquide, mais que, contrairement à ce qu’il avait fait croire à la dame, il n’avait jamais eu le projet de tuer son mari, a relevé Étienne Manteaux. Aucun acte préparatoire de passage à l’acte n’a été constaté.

Le jeune homme, domicilié dans l’Essone et connu de la justice pour des escroqueries, a été placé sous le statut de témoin assisté. L’infirmière a été mise en examen et incarcérée le 15 mai pour « mandat criminel », c’est-à-dire le fait de « passer un contrat pour faire assassiner quelqu’un, même si cet assassinat n’a été ni commis, ni même tenté », a expliqué le magistrat. Il s’agit d’une infraction créée en 2004 et passible de dix ans de prison.

Ceci vous intéressera aussi
Doubs : 5 membres de la famille de la jeune Bosniaque tondue expulsés vers Sarajevo
Les parents de la jeune Bosniaque tondue ont été expulsés.

Condamnés hier vendredi en première instance, les parents de la jeune femme ont été expulsés ce samedi matin. Les parents Lire l'article

Relaxe disciplinaire confirmée en appel pour l’avocat de Jonathann Daval
Me Randall Schwerdorffer

Me Randall Schwerdorffer était accusé de violation du secret professionnel. Me Randall Schwerdorffer| © photo profil Facebook (AFP) Me Randall Lire l'article

Besançon: un automobiliste condamné pour avoir délibérément percuté la terrasse d’un bar
Justice

Un automobiliste de 46 ans qui avait percuté la terrasse d'un bar en septembre à Besançon, sans faire de blessé, Lire l'article

Besançon : manifestation contre la « marchandisation » de la santé
Les manifestatnts réclamaient des moyens pour l'hôpital.

Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Les manifestants ont réclamé plus de moyens pour l'hôpital public. Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut