Belfort: H2Sys prévoit 25 recrutements en trois ans et lève 5 millions

Sébastien Faivre dans le bâtiment qui abritera les futurs ateliers d'H2Sys.

La société H2Sys, issue du laboratoire Femto-ST de l’UTBM, conçoit et produit des groupes électrogènes à hydrogène. Elle vient de bénéficier d’aides dans le cadre du plan de relance et du fonds Maugis. L’emménagement dans des locaux de 1300 m² est programmé, avec 25 recrutements.

La société H2Sys, issue du laboratoire Femto-ST de l’UTBM, conçoit et produit des groupes électrogènes à hydrogène (notre article). Elle vient de bénéficier d’aides dans le cadre du plan de relance et du fonds Maugis. L’emménagement dans des locaux de 1300 m² est programmé, avec 25 recrutements.

H2Sys est la première entreprise à bénéficier du fonds Maugis, créé à partir des pénalités versées par GE pour la non-création des 1000 emplois promis lors du rachat de la branche énergie d’Alstom, en 2015. Elle a aussi bénéficié des fonds débloqués dans le cadre du plan de relance, qui privilégie la transition énergétique.

Ces aides créent visiblement un vrai effet de levier pour cette entreprise issue du Femto-ST, le laboratoire de recherche de l’UTBM qui travaille sur l’hydrogène. Créée en 2016, l’entreprise compte actuellement 18 personnes (y compris les associés). Elle prévoit de recruter 25 personnes supplémentaires : des ouvriers spécialisés pour la production, des chargés d’affaires, des responsables de la logistique, du personnel administratif.

L’entreprise est actuellement hébergée par l’UTBM, dans les locaux du site de Belfort, au Techn’hom. Elle va rester au Techn’hom, mais va déménager à quelques centaines de mètres, dans les anciens locaux de la Serrib. 1000 m² d’ateliers vont être aménagés, ainsi que 300 m² de bureaux. Une station à hydrogène est prévue également en bordure du bâtiment pour alimenter les produits conçus et construits par H2Sys, pour les essais. L’emménagement est espéré pour la fin de ce premier semestre de 2021.

L’entreprise produit depuis plusieurs années le Rcel, dont la pile à hydrogène constitue le cœur de l’appereil (certains clients ne commandent d’ailleurs que la pile elle-même, pour l’inclure dans leurs propres équipements). Une cinquantaine de Rcel sont actuellement produits par an ; la prévision est de 150 à 200 fin 2022. La gamme s’est élargie cette année avec le Boxhy, destiné aux chantiers du BTP, à l’événementiel (il a été utilisé lors des Eurockéennes de 2019), aux événements sportifs.

Sébastien Faivre avec l'un des groupes électrogènes construits à Belfort.
Sébastien Faivre avec l'un des groupes électrogènes construits à Belfort.

Bientôt plus une start-up

Un troisième groupe est en cours de développement : le Thytan. Alors que le Boxhy dispose d’une puissance de 20 kilowatts, le Thytan fournira de 300 à 400 kilowatts. De quoi intéresser des entreprises du secteur industriel. Sa production est programmée pour 2022.

Alors que l’entreprise a signé pour 1 million d’euros de contrats en 2020, le chiffre d’affaires espéré pour 2023 est de 5 millions d’euros. D’ici peut, on ne devrait donc plus parler de « start-up » à propos d’H2Sys.

L’entreprise arrive donc à point pour répondre au plan national de relance, plus particulièrement axé vers la transition écologique et l’énergie décarbonnée. Sébastien Faivre, dirigeant de H2Sys espère d’ailleurs que ce plan va bien favoriser le développement de la production et de la distribution d’hydrogène verte : « Aujourd’hui, pour produire de l’hydrogène, on a besoin d’électricité. Si on a émis du CO2 pour produire l’hydrogène, on n’a fait que déplacé le problème », souligne-t-il. Le plan hydrogène donne justement la priorité à la production d’hydrogène à partir de sources renouvelables.

  • A lire également: L’article sur le site de notre partenaire Traces Ecrites News, ici.

H2Sys lève un total de 5 millions d'euros

H2Sys annonce ce mardi 26 janvier avoir levé  « 5 millions d’euro pour accélérer son développement ». Cette somme inclut les 800 000 euros d’aides allouées dans le cadre du plan de relance, l’aide attribuée par le fonds Maugis (dont le montant n’est pas précisé), mais aussi l’entrée au capital de plusieurs investisseurs. « Les investisseurs de ce tour de table sont les sociétés de gestion, BDR Innovation & Transmission (Filiale de la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté), BFC Croissance & Innovation (filiale de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté), le Crédit Agricole Franche-Comté Investissement et la société Zébu Développement », indique le communiqué de H2Sys.

Le communiqué rappelle également le contexte dans lequel se développe l’entreprise et les prix qu’elle a pu décrocher : « Localisée en plein « territoire » hydrogène, cette entreprise s’appuie sur le savoir-faire unique de ses associés, spécialisés dans le domaine de l’intégration des systèmes hydrogène-énergie. Ainsi, grâce à l’exploitation de brevets, elle augmente la durée de vie et les performances des piles à hydrogène, en les hybridant notamment à des batteries, au sein de systèmes à la fois performants, compactes, durables et respectueux de l’environnement. Les domaines d’application concernent tant le transport, notamment frigorifique, que les groupes électrogènes stationnaires. L’entreprise qui génère du chiffre d’affaire depuis sa création et affiche un carnet de commande en constante hausse n’a cessé depuis de croître, tant au niveau national qu’à l’international. H2SYS est également active et reconnue au sein de l’écosystème de l’Energie Hydrogène en tant qu’acteur industriel, a depuis sa création remportée de nombreux prix dont notamment le concours national de l’innovation de la BPI et le trophée Hydrogénies (ADEME/Hydrogenium) dans la catégorie Export. En octobre dernier, H2SYS a également été lauréate du fond de soutien à l’investissement industriel dans les territoires et sa gamme de groupes électrogènes hydrogène BOXHY® a été labellisée par la fondation SolarImpulse. »

Ceci vous intéressera aussi
Frédéric Vadot (Essert) : « Je savoure mes premiers jours de liberté retrouvée »

Frédéric Vadot adresse un message suite à l'installation du nouveau conseil municipal. | © Le Trois_TQ Nouvel ancien maire d’Essert, Lire l'article

EDF et GE en discussions pour le rachat de l’ex-branche nucléaire d’Alstom
La direction de General Electric répond à la mise en demeure des syndicats CFE-CGC et Sud Industrie.

EDF et General Electric ont annoncé mercredi à l'AFP mener des "discussions exploratoires" en vue d'un éventuel rachat, par l'énergéticien Lire l'article

Les grandes dates de General Electric en France et à Belfort [repères]
En commun pour Belfort critique la révision du plan local d'urbanisme opérée par Damien Meslot et la ville de Belfort.

General Electric et EDF ont annoncé l’ouverture de discussions en vue du rachat par l’industriel français de la partie nucléaire Lire l'article

Négociations GE-EDF : « On nous agite les grelots, mais pour le moment, on ne sait rien »
Mari-Guite Dufay écrit à Emmanuel Macron pour obtenir un moratoire sur le plan social à General Electric Steam Power

General Electric et EDF viennent d’annoncer ce mercredi des « discussions exploratoires » en vue d’un possible rachat par EDF des activités Lire l'article

Défilement vers le haut