Belfort : face aux arrêts cardiaques, les pompiers sur le rythme de Staying alive

Un défibrillateur autonome externe, installé sur la façade de l'hôtel du Département, à Belfort. Un dispositif accompagné par les pompiers.

Pour renforcer la chaîne des secours et améliorer la prise en charge des victimes d’arrêts cardiaques, les pompiers du Territoire de Belfort ont accompagné les mairies du département pour acheter des défibrillateurs autonomes externes. Ils rejoignent également la communauté des Bons Samaritains et de l’application Staying alive. Sur laquelle tous les citoyens sont invités à s’inscrire.

Pour renforcer la chaîne des secours et améliorer la prise en charge des victimes d’arrêts cardiaques, les pompiers du Territoire de Belfort ont accompagné les mairies du département pour acheter des défibrillateurs autonomes externes. Ils rejoignent également la communauté des Bons Samaritains et de l’application Staying alive. Sur laquelle tous les citoyens sont invités à s’inscrire.

Pas sûr que les Bee Gees imaginaient cette postérité pour leur chanson Stayin’ alive, en 1977, quand ils l’apposèrent sur la bande originale du film La Fièvre du samedi soir. Et pourtant.  Aujourd’hui, c’est le nom de l’application qui cartographie les défibrillateurs en France et recense des volontaires – Les Bons Samaritains – qui peuvent intervenir s’ils sont à proximité d’une personne faisant un arrêt cardiaque, en attendant l’arrivée des secours.

Lors d’un massage cardiaque, il est même préconisé de murmurer ces paroles, car elles marquent le rythme à adopter. C’est ce que confie le colonel Stéphane Helleu, directeur départemental du service départemental d’incendie et de secours du Territoire de Belfort (Sdis 90). Et ce que confirme la page Wikipedia de la célèbre chanson ! Et si ces paroles pouvaient être aussi performatives…

70 % des arrêts cardiaques devant témoins

40 000 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque en France chaque année. Sans prise en charge immédiate, la personne a 92 % de chance de mourir. Pourtant, sept fois sur dix, ces drames se nouent devant témoin. Mais seulement 40 % des Français connaissent les gestes de premiers secours à adopter pour sauver une vie. Ces chiffres, glaçants, sont édités par la fédération française de cardiologie. Le taux de survie, de 8 %, « est 4 à 5 fois plus élevé dans les pays où les lieux publics sont équipés en défibrillateurs automatisés externes et où la population est formée aux gestes qui sauvent », rappelle la fédération de cardiologie.

Les pompiers de Belfort – exception faite des pompiers de Paris et des marins-pompiers de Marseille, des militaires – sont les plus rapides de France. Mais même en intervenant en moins de 10 minutes dans la majorité des interventions, ce sont 10 minutes de trop face à un arrêt cardiaque. Il est donc essentiel que les gestes qui sauvent soient prodigués immédiatement pour augmenter les chances de survie.

Pour ce faire, il faut améliorer la chaîne de survie, composée de 4 maillons : former ; déployer un nombre suffisant de défibrillateurs, géolocalisés ; prodiguer les bons conseils aux témoins ; et l’intervention des secours. « Avant, nous avions une relative faiblesse sur les trois premiers éléments de la chaîne », acquiesce le médecin lieutenant-colonel Michael Idrissi, chef du service de santé et de secours médical du Sdis 90. Et comme une chaîne est aussi solide que son maillon le plus faible, il est fondamental de renforcer les autres maillons.

PUB

Expertise du Sdis

Le décret du 19 décembre 2018 oblige tous les établissements recevant du public (ERP) à être équipés d’un défibrillateurs automatisés externes. L’entrée en vigueur de ce décret est au 1er janvier 2020 pour les ERP des catégories 1 à 3, au 1er janvier 2021 pour les ERP de catégorie 4 et au 1er janvier 2022 pour les ERP de catégorie 5. Ces derniers étant les plus nombreux dans les communes. Lors de la parution de ce décret, le Sdis 90 a reçu de nombreuses sollicitations des maires pour les aider à installer les équipements et pour les aider à choisir le matériel. Il a donc surfé sur cette évolution réglementaire pour renforcer sa chaîne de survie et « améliorer la performance des secours à la personne », relève le colonel Stéphane Helleu.

Un groupement de commandes a été réalisé pour diminuer les coûts et accompagner les élus. « Cette loi a permis de mutualiser », apprécie le colonel Stéphane Helleu, qui devient, à partir du 4 janvier, le directeur départemental du Sdis 70. « L’expertise du Sdis aide les maires à faire le bon choix », explique l’officier. Achète-t-on un défibrillateur extérieur ou intérieur ? Avec une option de maintenance ou non ? Où l’installe-t-on ?

Le matériel a été acheté à une entreprise du Bas-Rhin. Ensuite, les édiles faisaient leur choix en fonction de leurs besoins, envies et problématiques. 130 défibrillateurs ont été achetés ; ils sont en cours de livraison. Le défibrillateur de base coûte 700 euros hors taxe, sans les options. Une maintenance coûte par exemple 85 euros par an. Le boitier peut coûter entre 45 et 300 euros, selon s’il est fait pour l’intérieur ou l’extérieur, s’il est chauffé ou encore connecté…

Inauguration, le 15 décembre 2020 d'un défibrillateur autonome externe, installé sur la façade de l'hôtel du Département, à Belfort. Un dispositif accompagné par les pompiers.
Inauguration, le 15 décembre 2020 d'un défibrillateur autonome externe, installé sur la façade de l'hôtel du Département, à Belfort. Un dispositif accompagné par les pompiers.

« Gagner des vies »

« C’est ça aussi la solidarité territoriale », apprécie Florian Bouquet, président du conseil départemental du Territoire de Belfort, qui a installé un défibrillateur autonome externe, sur la façade extérieur de l’hôtel du Département, à Belfort. « Le prix a été divisé par deux », ajoute-t-il, grâce à cette commande groupée.

Tous ces équipements vont être enregistrés et géolocalisés. Les secours pourront alors indiquer aux témoins s’il y en a un à proximité, en cas d’arrêt cardiaque. Parallèlement, le département rejoint la communauté de l’application Staying Alive, comme le Doubs. Les secours peuvent déclencher des volontaires inscrits sur l’application. Soit ils connaissent les gestes qui sauvent et peuvent les prodiguer ; soit ils vont chercher un défibrillateur pour l’installer sur la victime. L’application, c’est le dernier maillon de la chaîne. Le but, « c’est de gagner des vies », résume Florian Bouquet. « Ha. Ha. Ha. Ha. Stayin’ alive. Stayin’ alive. Ha. Ha. Ha. Ha. Stayin’ aliiiiiiiive… »

Téléchargez l'appli Staying Alive

PUB
Ceci vous intéressera aussi
Belfort : un nouveau portail numérique pour les archives départementales
Les archives départementales du Territoire de Belfort ont mis en ligne un nouveau portail numérique.

Le nouveau portail du site des archives départementales du Territoire de Belfort. | ©DR Depuis un mois, les archives départementales Lire l'article

Territoire de Belfort : le réseau routier départemental perturbé par les intempéries
L'épisode de pluie et de neige de ce jeudi 14 janvier entraîne des perturbations sur le réseau routier départemental.

Les précipitations de pluie puis de neige, ce jeudi 14 janvier, ont perturbé le réseau routier départemental. Selon des informations Lire l'article

Jusqu’à 20 cm de neige dans le Territoire de Belfort, circulation difficile
Condition de circulation difficile dans le Territoire de Belfort ce 14 janvier 2021.

Le déneigement a été difficile cette nuit, dans le Territoire de Belfort. | ©Le Trois – archives L’épisode neigeux se poursuit ce Lire l'article

Territoire de Belfort : la situation se stabilise sur le réseau routier

De nombreuses chutes d'arbres ont ralenti les opérations de déneigement. | ©CD 90 L’ensemble des axes principaux (R.D. 83, R.D. 19, Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut