Les pompiers du Doubs déploient l’appli du Bon Samaritain

Les pompiers du Doubs déploient l'application Staying Alive, connue sous le nom de Bon samaritain, pour limiter les crises cardiaques.

La prise en charge de la crise cardiaque est un enjeu majeur de santé publique. La réactivité est la clé pour accroître les taux de survie. La connaissance des gestes qui sauvent également. Dans cette perspective, les pompiers du Doubs déploient l’application Staying alive, aussi connu sous le nom de Bon samaritain.

La prise en charge de la crise cardiaque est un enjeu majeur de santé publique. La réactivité est la clé pour accroître les taux de survie. La connaissance des gestes qui sauvent également. Dans cette perspective, les pompiers du Doubs déploient l’application Staying alive, aussi connu sous le nom de Bon samaritain.

40 000 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque en France chaque année. Sans prise en charge immédiate, la personne a 92 % de chance de mourir. Pourtant, sept fois sur dix, ces drames se nouent devant témoin. Mais seulement 40 % connaissent les gestes de premiers secours à adopter pour sauver une vie. Ces chiffres, glaçants, sont édités par la fédération française de cardiologie.

Aujourd’hui, le taux de survie n’excède pas 8 %. « Il est 4 à 5 fois plus élevé dans les pays où les lieux publics sont équipés en défibrillateurs automatisés externes et où la population est formée aux gestes qui sauvent. Depuis 2007, un décret autorise enfin tout citoyen à utiliser un défibrillateur automatique externe », rappelle la fédération de cardiologie.

C’est pour répondre à cet enjeu que la présidente du conseil départemental du Doubs, Christine Bouquin, a souhaité que les pompiers doubistes se dotent de l’application Staying alive, « afin d’améliorer la sécurité́ des habitants notamment dans les zones les plus éloignées d’un centre de secours », écrivent les pompiers dans un communiqué de presse. « Cette application permet de déclencher, dans l’attente de l’arrivée des secours, une personne inscrite comme bon samaritain qui serait globalisée via son smartphone à proximité́ d’une personne en détresse », détaille le communiqué.  

Deux profils

L’application regroupe deux types de profil : des citoyens formés aux gestes qui sauvent ; des citoyens sans notion de secourisme qui seront envoyés en première intention vers un défibrillateur automatisé externe (DAE) avant de rejoindre la victime. « Pour que ces derniers soient alertés, il faut obligatoirement qu’un bon samaritain avec notion de gestes qui sauvent, ait répondu favorablement au déclenchement effectué par le centre opérationnel d’incendie et de secours du Doubs (Codis 25) », expliquent les pompiers. Quand les soldats du feu reçoivent un appel, ils déclenchent d’abord les secours nécessaires « alerte également après l’avoir géolocalisé, via l’application Staying alive, le ou les bons samaritains qui se trouvent à proximité́ de la victime ». Les pompiers estiment que cela représente environ 500 interventions par an où un bon samaritain pourrait être engagé.

Des tutoriels sont également proposés par l’application, pour connaître le comportement à adopter et apprendre les gestes de premiers secours en cas d’arrêt cardiaque. « Le déclenchement des bons samaritains dans notre département sera, dans un premier temps, réalisé́ uniquement pour les personnes présentant un arrêt cardiaque. À terme, d’autres types d’interventions pourront s’ajouter, notamment en fonction des retours d’expériences », évoque le communiqué.

Ceci vous intéressera aussi
Des vers luisants dans la nuit

Les habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté sont invités à participer à une enquête en ligne pour recenser les vers luisants Lire l'article

Condamnation « inédite » d’une fromagerie du Doubs pour avoir pollué un ruisseau

Une fruitière à comté de Doubs a été condamnée vendredi par le tribunal correctionnel de Besançon à 70.000 euros d'amende, Lire l'article

Météo : l’Est de la France passe en vigilance orange canicule

Le pic de chaleur s’intensifie sur l’Hexagone. Les températures grimpent encore. Et encore. Alors que la façade Atlantique est placée Lire l'article

Les 4 infos à retenir sur la natalité en Bourgogne Franche-Comté

L'INSEE a publié son bilan démographique pour 2021 dans la région. Au-delà de la crise sanitaire, le recul de la Lire l'article

Défilement vers le haut